INVENTORIER

L’ouverture du Premier Congrès Pédagogique des Instituteurs et Institutrices de France (1881).

Cet évènement fondateur eut lieu à Paris le 19 avril 1881; le discours d’ouverture étant  prononcé par Ferdinand Buisson, à l’époque Directeur de  l’Enseignement primaire  au Ministère de l’Instruction publique. C’est Jules Ferry qui le désigna pour accueillir les délégués venus de toute la France représenter leurs collègues . Plusieurs notes de ce site ont déjà fait mention des modalités de préparation de ce Congrès en Finistère.  
      Les visiteurs intéressés pourront consulter, en cliquant ici,  une transcription quasi complète  de ce discours retrouvé dans les archives de la BnF (Gallica).

Après l’exposition: « Quimper, les couleurs du temps »

Les Archives municipales de la ville de Quimper avaient conçu conçu, au printemps  2020, une exposition de 45 clichés en noir et blanc colorisés grâce à une application basée sur l’intelligence artificielle. Pour les Journées européennes du patrimoine, les fichiers qui furent obtenus obtenus à partir des collections iconographiques de la Ville furent transcrits en images. Celles-ci ont été présentées au public dans le hall  de l’Hôtel de Ville.  Le plus souvent inédites, elles témoignent de l’histoire collective ou individuelle de Quimper et de ses habitants entre 1870 et 1970. 
 
          Comme l’indique B. Le Gall, Directeur du Service des Archives municipales, l’approche originale effectuée « permet d’acquérir une connaissance renouvelée de cette société disparue qui semble rejoindre à nouveau notre fragile temporalité« . Les thèmes privilégiés sont les costumes, les portraits, l’école, les fêtes, les manifestations, le travail, les loisirs et la vie quotidienne, entre 1870 et 1970.
 
           Les visiteurs de ce site pourront consulter, en cliquant ici,  deux clichés relatifs au Cours privé Saint-Mathieu  datant de 1908 et 1910  dont  les fichiers ont été mis à la disposition de l’Association par B. Le Gall. Qu’il soit  chaleureusement remercié  pour son soutien et pour l’originalité de sa contribution.
 
          Pour une visite complète de l’exposition, les visiteurs pourront suivre le lien archives.quimper.bzh/exhibit/28.

Une lettre de Ferdinand Buisson à Victor Hugo sur la Laïcité (1869)

Quelques mois avant le 4 septembre 1870, date de proclamation de la  3è République par Gambetta  après le Second Empire, Ferdinand Buisson réfugié en Suisse sollicite  Victor Hugo lui aussi en exil. Il souhaite obtenir son soutien pour  combattre le cléricalisme catholique en France. Il s’agit d’unir leurs volontés et leurs forces pour créer une grande « entreprise » laïque et philosophique . Celle-ci  devra oeuvrer pour  faire oublier à jamais les rêves pieux du mysticisme,  pour  instaurer le régime de la liberté et obtenir la suppression du budget des prêtres  et la séparation de l’Etat des Eglises. 
       Cette demande donne lieu à une lettre  considérée comme décisive dans l’instauration de la laïcité dans notre pays. On sait, qu’après bien des vicissitudes, F. Buisson deviendra Inspecteur primaire  (Jules Simon étant ministre) , Inspecteur général et enfin  Directeur de l’Enseignement primaire au Ministère de l’Enseignement public , du temps de Jules Ferry.
 
     Les visiteurs intéressés pourront consulter, en cliquant successivement sur :
 
 
          Document 1 cliquer ici .  Quelques repères sur l’émergence du mot et du concept de laïcité         
 
        Document 2 cliquer ici .  La lettre de Ferdinand Buisson à Victor Hugo sur la Laïcité  (1869),  
 
                                 In:  www.persee.fr › doc › r1848_1155-8806_1938_num_35.

La Lettre de Jean Jaurès aux Instituteurs et Institutrices (1888)

Lors de l’hommage national rendu à Samuel Paty, assassiné le 16 octobre 2020, des extraits de la lettre de Jean Jaurès aux Instituteurs et Institutrices (1888) ont été lus . 
 
          Les  visiteurs  intéressés pourront consulter ,en cliquant ici, la lettre  écrite par J. Jaurès en 1888 alors qu’il n’avait  que 29 ans .Elle fut publiée dans la Dépêche de Toulouse du 15 janvier 1888.
 
        Il est rappelé que J.Jaurès, normalien  agrégé de philosophie, fut professeur  au lycée d’Albi. Il donna aussi  des cours à l’École normale d’instituteurs. Dès 1883, il fut chargé de cours à la faculté de Toulouse, fonctions qu’il dut quitter, étant devenu le plus jeune député de France en 1885. 
 
        C’était alors un admirateur de Jules Ferry et plus tard, devenu socialiste, il souligna toujours l’importance de son œuvre législative dans le domaine scolaire même s’il s’agissait, à ses yeux, d’une œuvre incomplète et paradoxale puisqu’elle ne  s’était pas accompagnée  pas de l’émancipation économique et sociale des classes populaires. 
 
       Jamais J. Jaurès n’oubliera ce qu’il doit à l’école et à ses professeurs, ni ses premières fonctions. Il se préoccupera toute sa vie durant de la transmission des savoirs et des passeurs de connaissances que sont les enseignant(e)s, tout en se  démarquant progressivement de Jules Ferry ( D’après Agnès  Sandras, BnF, Actualités, Billets, Billets d’histoire, Histoire contemporaine du 23 octobre 2020, In

La lettre « aux Instituteurs et Institutrices » de Jean Jaurès

histoirebnf.hypotheses.org › ..

Après le livre choc de J-P. OBIN (2020) sur les atteintes à la laïcité et l’entrée du communautarisme à l’école; refaire de l’école un sanctuaire !

Les visiteurs intéressés par – ou  engagés sur- ce champ d’action intangible   de notre école publique laïque et républicaine pourront revenir aux sources    en cliquant ici . Ils y trouveront  les circulaires de Jean ZAY fondatrices  à cet égard  et  diffusées en 1936 et 1937. Elles restent d’une parfaite actualité .  Ils pourront également se référer aux liens suivants pour se documenter  sur cette question:
 
1[http://jean%20zay%20%281904-1944%29%20:%20Circulaires%20de%201936%20%E2%80%93%201937%20…%0dwww.fnlp.fr%C2%A0%E2%80%BA%202007/11/24%20%E2%80%BA%20jean-zay-1904-1944-circul…%0d]Jean Zay (1904-1944) : Circulaires de 1936 – 1937 …
 
 
    A l’instar de ce ministre qui fut assassiné par la milice sous le « régime de Vichy », on soulignera ici que «  les écoles doivent rester l’asile inviolable où les querelles des hommes ne pénètrent pas « . 

Quand l’on redécouvre, en 2019, que l’Ecole Normale des Filles sise rue de Brest à Quimper (Site de Stang ar C’hoat) possédait une conciergerie…

 Convertie en « maison des gardiens » du domaine -cela ne s’invente pas- puis désaffectée, squattée  et dans un état de délabrement inquiétant, le petit immeuble se trouve actuellement en cours de rénovation.  Ce chantier avait suscité, bien naturellement, les interrogations de journalistes de la presse locale  que l’on pourra découvrir via le lien suivant : 
 
 
    Les visiteurs intéressés par le devenir du patrimoine foncier  des élèves-maîtresses quimpéroises pourront par ailleurs consulter, en cliquant ici, le reportage photographique effectué sur place, en plein mois d’août 2020, par une adhérente qui souhaite conserver l’anonymat. Nous la remercions vivement pour la contribution mise à disposition de l’Association
 
    Il convient de souligner  que cette conciergerie emblématique  sera prochainement un site d’accueil quimpérois pour les enfants placés (dans le cadre  de la loi  de 2007 relative à la protection de l’enfance et des articles  371-5 et 375 du Code civil). Intervenant comme un lieu neutre de rencontre  parents-enfants, elle contribuera  à rétablir ou à restaurer le lien familial entre l’enfant et le parent dont il est séparé au quotidien. 
 
    L’Association ne peut que se féliciter  des choix effectués pour la réhabilitation  de cet immeuble.    
 
                      
F. R.LARHER

L’oeuvre pionnière du Baron Boullé, préfet du Finistère, dans la mise en application de la loi Guizot sur l’instruction primaire sous la Monarchie de Juillet(1830-1848).

Guizot promulgua, le 28 juin 1833, la première grande loi sur l’enseignement primaire public.Elle n’imposait ni la gratuité ni l’obligation, mais contraignait les collectivités à créer trois types d’établissement : une école primaire de garçons dans toutes les communes, une école primaire supérieure dans chaque chef-lieu de département ou dans chaque ville de plus de 6000 habitants et une école normale d’instituteurs dans chaque département…
 
      « Napoléon avait laissé la responsabilité de l’enseignement primaire aux Frères des Écoles chrétiennes » .  François Guizot,  faisant référence à ses origines protestantes et aux textes fondateurs des grands pédagogues protestants du 17è et du 18è siècles,  rendit possible un enseignement laïc en créant les Ecoles normales d’instituteurs… 
      Le cheminement, laborieux  dans nos campagnes finistériennes,dura une bonne douzaine d’années avant d’être interrompu par la promulgation de la loi Falloux (1850). Quoi qu’il en soit, il eut un rôle fondateur grâce à la ténacité bienveillante du préfet de l’époque , le baron Boullé dont il convient- en toute équité- de célébrer la mémoire et l’oeuvre qu’il accomplit .
 
      Celle-ci fit l’objet d’une analyse très détaillée  et d’un article dont l’auteur , Louis Ogès (1886-1977), était  instituteur finistérien, ancien maître d’application. Publié  en 1934 dans le Bulletin  de la Société Archéologique du Finistère, il est intitulé :
 
« L’instruction publique sous le régime de la loi Guizot (1833-1850) »
 
      Il donna lieu à un document, issu d’une reconnaissance optique, de lecture difficile. Les visiteurs pourront consulter en cliquant ici   une version améliorée obtenue  à partir de fichiers  mis à notre disposition par le Service des Archives municipales de la Ville de Quimper. Que M. Le Gall  directeur de ce service et ses collaborateurs soient chaleureusement remerciés pour leur collaboration.
      La matière, particulièrement  abondante,   est présentée  selon le plan suivant :
 
                                                Etat de l’instruction dans le Finistère avant la loi Guizot,
Loi sur l’enseignement primaire, dite loi Guizot (28 juin 1833),  p. 3
Autorités préposées au développement et à la surveillance de l’instruction primaire dans le Finistère, 
A. Le Préfet, p.8
B. Les Comités d’instruction, p.11
C. Les Inspecteurs,  p.16
 Situation économique du Finistère, état d’esprit de la population, le clergé et  l’instruction publique, p.19
Situation des écoles : leur progression de 1833 à 1850, p.26
       Arrondissement de Brest, p.34
       Arrondissement de Morlaix, p.40
       Arrondissement de Châteaulin p.43
       Arrondissement de Quimper, p.44
       Arrondissement de Quimperlé p.47
Résultats d’ensemble, p.49
 
       Le Conseil général et l’instruction primaire, p.55
           Les locaux scolaires, p.60
           L’enseignement,  p. 76
           Les livres,  p.79
          Règlements scolaires, p.84
          Les écoles congréganistes, p.86
       Les écoles privées laïques p.96
Formation professionnelle des instituteurs, p.97
           L’école normale, p.98
.          Les  conférences pédagogiques, p.103
Valeur professionnelle et morale des instituteurs, p.106
 
Situation matérielle de l’instruction, p.117
Enseignement de l’agriculture, p. 123
Cours d’adultes, p.127
Ecoles primaires supérieures, p.132
Les écoles de filles,  p.137
Préparation professionnelle des maîtresses: le Cours normal, p.149
Les salles d’asile, p. 158

Prémices normaliennes quimpéroises sous le régime de la loi Guizot: le Cours normal de la pension ORSIBAL

Plus de 30 ans avant la création de l’Ecole normale d’Institutrices,  la pension pour jeunes filles dirigée par Mme Orsibal dispensait un « Cours normal« à des boursières du Conseil général du Finistère. Celles-ci étaient appelées à devenir, en deux ans, les maîtresses des écoles de filles  existantes ou créées à l’époque. Ledit Cours ne subsistera pas longtemps après promulgation de la loi Falloux (1850).
 
     Les visiteurs intéressés par cette épisode peu connu de l’instauration de l’instruction primaire dans Le Finistère  pourront consulter, en cliquant sur  deux documents relatifs à l’institution Orsibal et à ses résultats en matière de formation.
 
       Document 1 cliquer ici.La pension ORSIBAL de Quimper (Henri Chalm)
 
 
       Document 2 cliquer ici .Le cours normal de l’institution Orsibal  (Louis Ogès)

Les créationnismes contre la liberté

Pour se préserver  de l’emprise des créationnismes et des idéologies obscurantistes, mener  avec pugnacité  le combat scientifique nécessaire…
Les visiteurs indignés par la montée  des obscurantismes et l’asservissement intellectuel qui en résulte pourront consulter à ce propos, en cliquant ici

Les créationnismes contre la liberté, un article de Catherine Kintzler paru dans son blog  revue Mezetulle le 22 juillet 2020. L’auteure y procède à la recension de l’ouvrage  de :
Cyrille Baudouin et Olivier Brosseau;
« Enquête sur les créationnismes. Réseaux, stratégies et objectifs politiques »
(Paris : Belin, 2013).
Dans ce contexte préoccupant, elle invite les lecteurs  à l’autodéfense intellectuelle.  Qu’elle soit remerciée de nous autoriser  à reproduire  son article intitulé :
                    « Les créationnismes contre la liberté« 

Récitation Française – (Livre du Maître)

Au cours élémentaire et dans les petites classes
de  A. SOUCHE
(Librairie classique Fernand Nathan, Paris; 1932)
Un normalien de la promotion CHARLESTON (1927-1930) à l’ENG de Quimper avait confié à sa fille, adhérente à l’ASVPNF, le livre de récitation qu’il utilisait dans sa classe  au début des années 30.  L’ASVPNF ayant obtenu l’autorisation de le reproduire, les visiteurs trouveront en cliquant ici la première de couverture de cet ouvrage remarquable, la préface de l’auteur A. Souché, la table des matières et la quatrième de couverture…

Posts Navigation