Cabinet des curiosités normaliennes

Le célibat des prêtres de l’église catholique

Après les terribles égarements de certains prêtres  qui ont récemment défrayé la chronique, les visiteurs indignés pourront consulter, en cliquant ici, trois articles publiés il y a plus  de 90 ans  dans le périodique Le Flambeau de 1928. Ils posent en termes documentés les questions  de l’origine, des difficultés d’application et des conséquences dramatiques de cette pratique.

Poèmes « confidentiels » découverts inopinément dans les colonnes  du périodique Le Flambeau paru en octobre 1931

Le premier est un sonnet de Sully Prud’homme (1839-1907), prix Nobel de littérature en 1901. Le second fut écrit par Madeleine Vernet (1878-1949), fondatrice de la Ligue des femmes contre la guerre.
Les visiteurs pourront les consulter en en cliquant ici.

La voix de la Raison, texte fondateur écrit par Anatole FRANCE (1844-1924)

Transcrit dans les colonnes du périodique Le Flambeau d’octobre 1928, il renvoie -entre autres- à l’Hymne à l’école laïque de Jean RYNAT et Francis POPY composé pour la célébration du cinquantenaire de l’école laïque, école qui en effet  nous « montra la Science, le chemin du Vrai, celui de la Raison « …
Anatole FRANCE, Prix Nobel de Littérature en 1921, est considéré comme ‘l’une des consciences les plus significatives de son temps ».  Son oeuvre fit cependant l’objet d’une condamnation papale en 1922…
Les visiteurs pourront prendre connaissance du texte en question en cliquant ici.

Les carrefours de l’histoire : à propos de la célébration du centenaire de la conquête de l’Algérie en 1930

Depuis1830, plusieurs générations de français ont été impliquées dans les « évènements » souvent guerriers et dramatiques accompagnant la conquête, la colonisation, puis la décolonisation de l’Algérie…
Celle engagée par l’Etat français lors de la Guerre d’Indépendance(1954-1962) comportant bon nombre d’ anciens élèves-maîtres de nos écoles normales primaires, ne s’est exprimée que trop rarement sur ce site. Et pourtant il y avait et il reste encore matière!
Jules Ferry lui-même dont les relations à la politique coloniale restent complexes et controversées fut le responsable direct de la promulgation en 1881 du Code de l’Indigénat. Il se rendit bien compte de la violence de l’opposition des « colons » européens à la mise en application de ses lois scolaires et de la difficulté de l’édification d’un enseignement pour les Indigènes.  Pour ceci, il fit  d’abord un long voyage privé en Algérie en 1887 avant de présider, en 1892, une commission sénatoriale d’enquête qui, bien que très mal reçue, y séjourna pendant 53 jours.
De façon étonnante, le compte rendu correspondant ne fut publié qu’en juin 1914,bien après la mort de J. Ferry… sans doute en raison de son contenu à charge pour le « colonat ». Ce fut sans doute l’occasion perdue car ensuite vint la guerre avec l’engagement des troupes coloniales pour libérer la France…
Ceci étant, en 1930, on célébra en grandes pompes le centenaire de la conquête alors que le mécontentement et la révolte grondaient… 
      
Le Flambeau, (Périodique de la Libre Pensée), en fait mention dans 4  articles publiés en février, avril, mai et juin 1930 . Les visiteurs  pourront les consulter en cliquant ici.

Les exploits « légendaires » des normaliens…  au bout des quais fleuris de Quimper !

L’un d’entre eux est raconté et illustré ici par notre éminent contributeur André Le Goff.  D’aucuns pourront s’y reconnaître !

Activités normaliennes du « bout des quais » – André Le Goff, avril 2019.

  

L’origine « rabelaisienne » du surnom  PICRO  attribué à un élève-maître de la Promotion Etincelle ( ENG,1954-1958)

Parmi les traditions normaliennes, surnommer constituait un élément fondateur de l’esprit de promotion à la base de l’esprit normalien… Notre adhérent André Le Goff rapporte ici des souvenirs pouvant justifier le caractère revêche ou (et)  mélancolique de son camarade. De surcroît, il les illustre au moyen d’un crobar dont il a le secret. Qu’il soit remercié de l’avoir mis à disposition de l’Association.

PICRO – Souvenir André Le Goff

En 1928 Le  Flambeau organe périodique régional de la Libre Pensée, publié à  Brest, entretenait une chronique antireligieuse virulente accompagnée d’un « Livre d’Or des curés de France et de Navarre » !

Les visiteurs intéressés pourront consulter, en cliquant ici, un poème de la même veine de Joseph Le Fouler intitulé :  » Produits léthargiques « .

A propos des funérailles de la  Grande Dame de Roz Avel demeurant 8 rue Bertrand de Rosmadec à Quimper

Le 3 juillet 1991 l’Ecole Normale Primaire d’Instituteurs de Quimper, inaugurée en 1884 et après 107 ans de  bons et loyaux services au profit de la République, se voyait contrainte -en tant qu’institution dévolue à la formation des maîtres de l’école publique-de mettre un terme à sa noble tâche.
Pour la circonstance et  selon les traditions fondatrices de l’esprit normalien, les derniers descendants, futurs instituteurs, organisèrent des cérémonies restées quelque peu inédites. Au moyen des archives personnelles d’une ancienne normalienne devenue professeur de mathématiques à l’ENG, gracieusement mises à notre disposition par son ayant droit, nous avons pu rassembler quelques uns des souvenirs émouvants de cet évènement.
Les visiteurs intéressés pourront  consulter les fichiers correspondants  en cliquant ici:
– Deuxième document : Photos souvenirs

L’histoire dramatique  du jeune Chevalier de la Barre (1745-1766)

Le récit des tortures et de l’exécution  de  François-Jean Lefebvre de la BARRE, ainsi  résumé en 1769 par Voltaire :
 » « Lorsque le chevalier de La Barre, petit-fils d’un lieutenant général des armées, jeune homme de beaucoup d’esprit et d’une grande espérance, mais ayant toute l’étourderie d’une jeunesse effrénée, fut convaincu d’avoir chanté des chansons impies, et même d’avoir passé devant une procession de capucins sans avoir ôté son chapeau, les juges d’Abbeville, gens comparables aux sénateurs romains, ordonnèrent, non seulement qu’on lui arrachât la langue, qu’on lui coupât la main, et qu’on brûlât son corps à petit feu ; mais ils l’appliquèrent encore à la torture pour savoir combien de chansons il avait chantées, et combien de processions il avait vu passer, le chapeau sur la tête » témoigne amplement du niveau d’intolérance religieuse qui régnait à l’époque. »

Elle fut rappelée en 1927 dans deux articles publiés dans Le Flambeau, organe périodique régional de la Libre Pensée. Les visiteurs intéressés pourront les consulter en cliquant ici . Cette lecture peut s’avérer salutaire  par les temps présents…

Après la révélation des terribles égarements d’une partie du clergé catholique ne datant pas d’hier,

les visiteurs pourront consulter en cliquant ici, quelques unes des turpitudes ordinaires de ces prêtres telles qu’elles furent stigmatisées en…1927, dans un poème qui avait sans doute échappé à la sagacité normalienne.

Posts Navigation

ABONNEMENT

Inscrivez-vous ci-dessous pour être averti par mail quand un nouvel article paraît dans la rubrique actualités :

ARTICLES

Le célibat des prêtres de l’église catholique
Poèmes « confidentiels » découverts inopinément dans les colonnes  du périodique Le Flambeau paru en octobre 1931
La voix de la Raison, texte fondateur écrit par Anatole FRANCE (1844-1924)
Les carrefours de l’histoire : à propos de la célébration du centenaire de la conquête de l’Algérie en 1930
Les exploits « légendaires » des normaliens…  au bout des quais fleuris de Quimper !
L’origine « rabelaisienne » du surnom  PICRO  attribué à un élève-maître de la Promotion Etincelle ( ENG,1954-1958)
En 1928 Le  Flambeau organe périodique régional de la Libre Pensée, publié à  Brest, entretenait une chronique antireligieuse virulente accompagnée d’un « Livre d’Or des curés de France et de Navarre » !
A propos des funérailles de la  Grande Dame de Roz Avel demeurant 8 rue Bertrand de Rosmadec à Quimper
L’histoire dramatique  du jeune Chevalier de la Barre (1745-1766)
Après la révélation des terribles égarements d’une partie du clergé catholique ne datant pas d’hier,
Les risques du métier en 1930
Une gwerz facétieuse de Prosper Proux (barde breton , 1811-1873) et sa traduction en français
Quand les « grenouilles » quimpéroises cherchaient un aumônier … en 1930 !
L’évêque baladé en aviso au mépris de la Loi de 1905
Lauréates et lauréats  des concours d’entrée aux EN de Quimper de 1930
L’itinéraire du voyage de fin d’études de la promotion CHARLESTON (ENG 1927-1930)
Les caricatures de deux élèves-maîtres de l’ENG de Quimper (Promotion ARMOR, 1950-1954) effectuées par leur Professeur de Dessin
L’ECOLE PUBLIQUE de LESTONAN, de 1967 à 1975
Photos oubliées du bagad de l’ENG
Les échos de la Foire  Saint-Corentin à Quimper en 1937
Quelques poésies de Cornouaille récemment mises à jour
Bruits de cloches et laïcité sous le Front Populaire (1936)
Les missives oubliées jalonnant la création du bagad de l’ENG
Rapprochement incongru d’éléments de la vie (normalienne) quimpéroise
Le maréchal-ferrant
Histoire du trousseau normalien
La malle verte d’une normalienne en 1938
A la cuisine, de bons petits moinillons, Après matines, s’en allaient faire réveillon…
Une benne bleue découverte dans la cour d’honneur du domaine de Roz Avel !
Travaux et sauvegarde du patrimoine à Stang ar c’Hoat (mi-novembre 2016)
Groupe d’élèves-maîtres de l’ENG de Quimper (Promotion EMERAUDE) en « grande sortie »… à Mousterlin en 1954.
Quand les anciens de la Promotion Charleston (ENG, 1927-1930) et leurs épouses se retrouvaient…
Du temps où l’Ecole Normale d’Instituteurs de Quimper faisait valoir les qualités architecturales  de son bâtiment principal, outre-Atlantique…
DETOURS ET ALEAS ETHIQUES AUTOUR DE l’HISTOIRE DES INSTITUTEURS PUBLICS
Récréation des demoiselles en robes noires, le 17 janvier 1909
Implication des normaliennes et des normaliens dans la vie de la cité
Dans l’attente de la Cantate à La Tour d’Auvergne…
UNE REPUBLICAINE – Sous l’œil des Cléricaux
Joseph GOURLAY (1906-2005), un « cas d’école » !
Hagiographie normalienne de la deuxième moitié du XXè siècle  
Commémoration en timbre-poste
Pérégrinations finistériennes d’un normalien de Rennes pendant les « années de plomb » (1940-1945)
« Aux élèves des écoles, il est défendu… »
GLOIRE A L’ECOLE !
« L’homme le plus haï de France »
La création de l’Ecole Normale en Martinique
Normalien ordinaire adhérant au SNI dès 1954
Pierre Le Grand (1792-1839) – Premier Recteur laïc de l’académie de Rennes
Tribulations et cogitations d’un écolier nord-bigouden… devenu normalien à Quimper en 1942
Cabinet des curiosités normaliennes

Posts Navigation