SAUVEGARDER & VALORISER

Pourquoi la Gauche française est-elle à la dérive ?

“La Gauche” i.e. les partis et associations s’en réclamant fut  considérée, depuis l’avènement de la 3è République, comme incarnant(et défendant activement)  mieux qu’aucun autre courant de pensée les principes de tolérance et de  laïcité républicaines et les institutions y afférent , notamment l’Ecole publique. Ceci  semblait constituer  une doxa irréfragable jusqu’à ce que lesdits mouvements  ne se trouvent, sans doute, par la volonté  de  contempteurs  divers (venus ou non de ses rangs),  en voie  de disparition. 

Les résultats des élections présidentielle et législatives de l’année 2022 en témoignent largement . En parallèle et c’est bien naturel, paraissent  des  ouvrages tentant de faire l’exégèse  de ces déchéances coupables. Des éléments explicatifs pourraient résider dans l’effet boomerang  provoqué  soit  par les gesticulations et actions d’ une “gauche” dressée contre les Lumières   soit par celles d’ une gauche qui, trahissant   le peuple de France , s’oppose au progrès et à la justice sociale.  C’est ce qui ressort des recensions de tels ouvrages  effectuées par Philippe Foussier  et publiées  dans  Mezetulle, le bloc revue de Catherine Kintzler .

Comment, devant  des réalités si préoccupantes, ne pas revenir à des  principes fondateurs à cet égard  tels qu’ils furent exprimés au début du 20è siècle  par  Jean Jaurès et d’en tirer le meilleur tant pour les nécessaires refondations du présent que pour celles de l’avenir ? .  Jaurès indiquait entre autres  :

  – Tout recul et toute somnolence de la République a été une diminution ou une langueur de la Laïcité.  (Jean Jaurès, discours de Castres, 30 juillet 1904)

 – C’est à nous de fatiguer le doute du peuple par la persévérance de notre dévouement. 

 – Un des principaux obstacles au progrès social, c’est l’esprit de découragement d’une trop grande partie des exploités eux-mêmes. ( Jean Jaurès, Chambre des Députés, 19 juin 1906)
 
– Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots.(Congrès socialiste international, septembre 1900)

 – La République doit être laïque et sociale mais restera laïque parce qu’elle aura su être sociale

 

 

Dès 2020, Stéphanie  Roza rapportait  dans un  des ouvrages cités dans cet article,  des éléments nouveaux “pour analyser cette offensive considérable menée par la Gauche française ou ce qui est considéré comme la représentant contre l’héritage des Lumières, la raison, le progrès, l’universalisme, et même tout simplement l’humanisme. Pour sortir de cette logique, elle proposait de se ressourcer auprès de Jaurès, qui représente selon elle « la matrice idéologique la plus féconde pour affronter les problèmes de notre temps ». Quelle que soit la recette, si la gauche continue à s’éloigner des Lumières et a fortiori à les condamner, elle n’aura bientôt plus de gauche que le nom. Le triomphe de ses adversaires sera total.” (URL. https://www.mezetulle.fr/la-gauche-contre-les-lumieres-de-stephanie-roza-lu-par-p-foussier/«  )

 

Dans ce contexte, au printemps 2022,  on pouvait lire dans le quotidien   La Croix  : « Le principal problème de la gauche, c’est que les milieux populaires ne votent plus pour elle » ce quotidien rendant compte d’un entretien accordé par Rémi Lefebvre, professeur de science politique à Lille,  bon connaisseur de la gauche française. À l’occasion de la sortie de son livre Faut-il désespérer de la gauche ?  et à trois semaines du premier tour de l’élection présidentielle, il expliquait comment les responsables politiques de gauche n’ont pas su retrouver une place dans l’échiquier politique (URLhttps://www.la-croix.com/debats/le-principal-probleme-gauche-cest-milieux-populaires-votent-elle-2022-03-22-1201206321)

 
 
Au lendemain de l’élection présidentielle du printemps  2022, le journaliste Renaud Dély analyse la manière dont la gauche a trahi le projet des Lumières et les idéaux du progrès dans un ouvrage intitulé « Anatomie d’une trahison. La gauche contre le progrès « .

 

Il y note : « Quand Emmanuel Macron a moqué le « modèle amish » à propos de ceux qui refusaient le déploiement de la 5G, était-il si éloigné de la réalité ? La gauche n’aurait-elle pas bel et bien trahi le progrès, si cher à ses pères fondateurs ?Au fil de l’ouvrage, Renaud Dély dissèque la métamorphose d’un camp qui se détourne de ses idéaux et se fourvoie dans des combats hermétiques. Entre dérives identitaires, repli communautaire, rejet du patriotisme et conversion au catastrophisme, cette famille politique fondatrice de la République tourne le dos à l’avenir et se referme sur des certitudes désuètes, déconnectées du réel et de l’époque. L’indignation lui tient lieu de réflexion. Privilégiant l’invective et le sectarisme au dialogue et à la nuance, cette gauche de l’entre-soi exclut aujourd’hui tout, jusqu’à elle-même. La gauche en France n’est plus. Au lendemain de l’élection, il y a urgence à en mener l’autopsie, dans l’espoir de la voir un jour opérer son indispensable résurrection ».(URL.https://www.editionsobservatoire.com/content/Anatomie_dune_trahison)

 La gauche  dite de pouvoir (ou de gouvernement?) se serait-elle réfugiée dans le confort de l’irrationnel? C’est l’une des questions existentielles posées ; elle reste comme d’autres sans réponse. Pendant ce temps toutes les organisations de gauche  s’étiolent  abandonnant le peuple de France aux dérives les plus diverses,  de mauvais augure pour  le devenir de la république et de la justice sociale.

 On peut ainsi lire dans Tribune juive,une analyse dévolue à l’ouvrage de Renaud Dély : » Pour comprendre la genèse de la crise idéologique que traverse la gauche française, à l’origine des ruptures et recompositions en cours. Comment elle s’est laissée peu à peu gouverner par l’émotion plutôt que par la raison, comment elle a cédé au règne de l’indignation et de l’excommunication, bref, comment la gauche, faute de pouvoir le changer, a tourné le dos au réel, par démission ou par illusion, pour se réfugier dans un confortable repli identitaire qui comble l’aspiration à la pureté idéologique d’un noyau militant, mais l’éloigne durablement du pouvoir. Une évolution qui vient de loin et s’achève par un tournant historique: l’effacement de la social-démocratie au profit d’une gauche radicale et souverainiste. »

(URL.tribunejuive.info/2022/05/07/renaud-dely-anatomie-dune-trahison-la-gauche-contre-le-progres/)

 Les visiteurs de ce site pourront consulter  en cliquant ici la recension  de l’ouvrage de R. Dély lu par Philipe Foussier publiée dans Mezetulle le 10 juillet 2022  . Elle s’intitule :

 

 Le livre de Renaud Dély « Anatomie d’une trahison. La gauche contre le progrès »

lu par

 Philippe Foussier

« La gauche à la dérive »

Ils  y pourront aussi prendre connaissance de la recension de l’ouvrage de Stéphanie Roza (2020)  par  le même auteur.

Que Catherine Kintzler soit  sincèrement remerciée de nous autoriser ces  nouveaux emprunts .


Résurrection du trio infernal trône, autel et sabre ou RUSSIE-UKRAINE : la religion dans la guerre

Sur  le sujet d’actualité  « Conflit ukrainien et religion » La Croix écrivait récemment : « Le conflit ukrainien, une guerre de religions ? Non, mais les éléments religieux ne sont pas absents. La Russie et l’Ukraine sont deux pays de culture orthodoxe, qui a pu être mise au service d’une rhétorique nationaliste. Entre le patriarche de Moscou, Kirill, proche de Poutine, et la nouvelle Église orthodoxe d’Ukraine, reconnue par le Patriarcat de Constantinople, la rivalité est moins théologique que nationale. »

URL : https://www.la-croix.com/Religion/conflit-ukrainien-religions-ukraine

 

 On apprend par ailleurs dans MEDIAPART (28 mars 2022) que « Le 23 février, veille de l’invasion de l’Ukraine, Cyrille, patriarche de Moscou et de toutes les Russies, primat de l’Église orthodoxe russe, rend hommage à Vladimir Poutine, président de la fédération de Russie, lors de la fête du « Défenseur de la patrie ». Le 27 février, dans son homélie au Christ-Sauveur, Cyrille fustige les « forces du mal » qui veulent empêcher Vladimir Poutine de réaliser « l’unité de toutes les Russies ». C’est, pour les orthodoxes, le dimanche préludant le Carême, dit du Jugement dernier. Dès sa prise de fonction en 2009, Cyrille prône la symphōnía: accord, concorde entre l’Eglise et l’Etat. Jean-François Colosimo, auteur notamment de « L’apocalypse russe. Dieu au pays de Dostoïevski », rappelle ces faits dans le journal « La Croix ».

On découvre cependant  dans la même publication  que  « La Russie est un pays officiellement laïque. Selon l’article 14 de la Constitution de Russie promulguée en 1993  la Fédération de Russie est un Etat laïque. Aucune religion ne peut être instaurée en qualité de religion d’Etat ou obligatoire. Les associations religieuses sont séparées de l’Etat et sont égales devant la loi ».  “L’enseignement est laïque dans les écoles d’État et municipales. La loi de 2012 sur l’enseignement obligatoire de la religion à l’école est censée imposer un enseignement objectif et non prosélyte. La religion orthodoxe est néanmoins présentée comme une composante indissociable de l’identité nationale. En 2013 la loi sur l’offense aux sentiments religieux entre en vigueur. Cf.  l’URL : https://blogs.mediapart.fr/edition/laicite/article/280322/russie-ukraine-la-religion-dans-la-guerre

On peut également lire dans COURRIER INTERNATIONAL que  « L’Église orthodoxe se déchire sur la guerre en Ukraine :L’invasion de l’Ukraine par la Russie a renforcé le schisme entre le patriarcat de Moscou et celui de Constantinople. On se propose de rompre tout lien avec Moscou ayant compris  que le patriarcat de Moscou ne s’intéressait pas à la théologie, qu’il ne se préoccupait que de soutenir l’idéologie de l’État. On y  relève aussi  une position intenable pour les fidèles puisque « La guerre en Ukraine dresse les uns contre les autres des combattants qui reconnaissent l’autorité du patriarche de Moscou et met les fidèles ukrainiens dans une position particulièrement intenable.La tradition, en effet, veut que les chrétiens orthodoxes prient pour leur patriarche lors de tous les offices. “Comment pouvez-vous accepter de dire des prières pour le patriarche qui bénit les soldats qui tentent de tuer votre fils ?” .

Cf. l’URL : https://www.courrierinternational.com/article/religion-l-eglise-orthodoxe-se-dechire-sur-la-guerre-en-ukraine

Notons enfin, la matière est inépuisable, que  selon Le Monde du  4 mars 2022 :« L’Ukraine catalyse une crise au sein du monde orthodoxe entre Moscou et Constantinople . La guerre menée par la Russie en Ukraine est aussi religieuse, analyse l’historien Antoine Arjakovsky, qui explique comment ce conflit oppose le patriarche de Moscou, devenu idéologue de l’impérialisme du Kremlin, à une Eglise orthodoxe d’Ukraine qui s’est émancipée de la tutelle russe en 2019. »Cf. l’URL :  https://www.lemonde.fr/le-monde-des-religions/article/2022/03/04/l-ukraine-catalyse-une-crise-au-sein-du-monde-orthodoxe-entre-moscou-etconstantinople_6116091_6038514.html

 

On devine ainsi, sans ambage,  que dans cette guerre –il faut l’appeler par son nom- on n’en est plus au stade des fantasmes de l’alliance du trône et de l’autel telle qu’elle fut stigmatisée et combattue en d’autre lieux  et en d’autres temps et qu’il en est vraisemblablement de même pour l’union  du  sabre et du goupillon . C’est en partant de ce constat d’un nouveau triomphe de l’obscurantisme à nos portes  et de toutes les souffrances qu’il entraîne qu’il paraissait  opportun  de mettre en ligne sur ce site  deux articles parus récemment dans Ufal INFO n° 88 ( 1er trimestre 2022)  dévolus  au rôle de la religion dans la  guerre et à l’alliance avérée qu’elle entretient  avec le nationalisme, à l’origine d’un conflit fratricide.

Compte tenu de nos engagements laïques et de notre combat contre tous les cléricalismes nous proposons à l’instar de Nicolas Pomiès , Editeur en chef d’Ufal INFO, de “répandre notre vision matérialiste, laïque, démocratique de  l’humanisme des lumières-celui  qui  transcende par la Raison les vieilles divisions ethniques et religieuses”.  Au même titre, nous reprenons aussi à notre compte cette citation de Léon Bourgeois:”pas d’harmonie sans l’ordre, pas d’ordre sans la paix, pas de paix sans la liberté, pas de liberté sans la justice” . 

 Les visiteurs intéressés pourront consulter les deux articles   en question associés en un seul fichier en cliquant ici.

Il est intitulé  :

 

Les dossiers d’Ufal INFO (3)

Russie–Ukraine

Quelle est la place de la religion dans la guerre?

 

Nous remercions Ufal INFO de nous avoir autorisé à reproduire les deux articles de façon à les représenter sur ce site.

Les Dossiers d’Ufal INFO (2) « Un quinquennat perdu pour la laïcité « 

Pour rester dans une note constructive  Nicolas Pomiès ,Rédacteur en chef du périodique Ufal INFO,  rappelle dans l’ éditorial  du n°88  de son journal dévolu à l’évolution de la DEMOCRATIE au sein de notre République  qu’il s’agit désormais  de lutter  contre les dénis démocratiques et d’agir pour faire émerger  une démocratie radicale ; tout un programme  !  
Compte tenu de l’état des lieux en la matière et de l’ampleur de la tâche,  il renvoie ses lecteurs à  la citation  célèbre de Ernest Renan  reproduite ci-après :

 « Ne jamais trop espérer, ne jamais désespérer, doit être notre devise. Souvenons-nous que la tristesse seule est féconde en grandes choses, et que le vrai moyen de relever notre pauvre pays, c’est de lui montrer l’abîme où il est ». 

 N. Pomiès souligne aussi  que :  » c’est en bâtissant un mouvement social d’intervention démocratique radical et multiple puissant que la représentation et la direction politique reprendront le chemin de l’intérêt général. »

Pour notre part, nous reproduisons ici  un article de Charles Arambourou  contenu  dans le n°88 de la revue. Il est intitulé : 

 

RECULADE ; un quinquennat perdu

pour la laïcité

 

et montre via l’étude de ce qu’il appelle des « focus » que « Sur la laïcité, on peut dire que le président Emmanuel Macron a tenu les promesses du candidat. C’est justement là le problème. Un examen plus rigoureux du programme aurait sans doute permis aux républicains qui ont voté Macron en croyant en la« France nouvelle » d’éviter contorsions et/ou déconvenues par la suite. Car sur le fond, le président sortant reste étranger à la laïcité « .

Le constat de C. Arambourou  est pour le moins désolant au moment où débute, pour le même homme, un  second quinquennat .
 
Les visiteurs de ce site pourront consulter cet article à charge mettant notamment  en évidence des atteintes à la Loi de Séparation de 1905
en cliquant ici
Nous remercions vivement Marion Tournier, Gestionnaire administrative  UFAL Nationale de nous avoir autorisé à reproduire  cet article et à le représenter sur ce site. Nous sommes également redevable à Solenn Gasnier  qui a assuré la transcription de l’article  disponible dans la revue. 

Après la publication de l’ouvrage de Roland Pfefferkorn :

« Laïcité ,une aspiration émancipatrice dévoyée »

 Déjà en 2019 , la CGT  titrait dans son blog :

« Cessons de dévoyer la laïcité”:  https://www.cgt.fr/actualites/france/legislation-discriminations/cessons-de-devoyer-la-laicite  et elle en  rappelait les principes fondamentaux:

 -La laïcité n’a pas pour objectif de restreindre les libertés, mais au contraire de les garantir.

-La laïcité est une qualité conférée à la République française par la Constitution 

-La laïcité est liée aux valeurs de la République :

-La laïcité permet la liberté de conscience, –    

L’entreprise doit-elle, comme l’État, se concevoir comme laïque, avec les devoirs de neutralité qui s’imposent ? L’État est laïc, pas les personnes ni les sociétés privées, et le droit du travail ne préconise pas de neutralité religieuse.

Ceci étant clairement posé , l’ouvrage mentionné ci-dessus vient d’être publié  alors qu’en effet la laïcité  de l’Etat et de ses institutions républicaines se trouve attaquée et dévoyée de toutes parts. C’est ce constat accablant  qui a conduit Roland Pfefferkorn  à  rapporter sur ce dévoiement  dans un ouvrage  publié chez Syllepse (edition@syllepse.net).

Dès le 10 mai, l’auteur lui-même  en faisant la présentation   sur le site de “Entre les lignes entre les mots”:  voir l’URL:https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/05/10/introduction-de-roland-pfefferkorn-a-son-livre-laicite-une-aspiration-emancipatrice-devoyee/ .   Il y  considérait  que : “un retour sur la construction historique de la laïcité permet de mesurer à quel point on a assisté, au cours des dernières décennies, à un grand renversement : l’aspiration émancipatrice initiale, certes inaboutie, s’est métamorphosée en son contraire : une laïcité identitaire et discriminante.”

 L’ouvrage en question fait également l’objet d’une analyse chez Decitre . On pourra en prendre connaissance ci-dessous  :

Dans une première partie, Roland Pfefferkorn revient sur le long processus de laïcisation de l’État en France depuis le 17e siècle et dont la Révolution de 1789 approfondira le développement sans pour autant encore le parachever; Napoléon Bonaparte reviendra d’ailleurs sur certains de ses acquis.

La seconde partie porte sur les avancées de la laïcité historique vers la liberté de conscience et la séparation des Églises et de l’État avec les lois laïques scolaires de 1882 et 1886 qui permettront d’écarter les tutelles religieuses. La loi de 1905, dont l’auteur nous décrit les conditions d’adoption, parachèvera cette évolution.

La troisième partie traite d’abord des points aveugles ou des impensés de cette République laïque, présumée porteuse de valeurs universelles et de progrès. L’idéal laïque est abandonné quand elle poursuit l’aventure coloniale et se montre peu soucieuse des droits de celles et ceux qui subissent les rapports de domination patriarcaux et bourgeois. Les femmes sont scolarisées à part, et écartées du « suffrage universel ».En 1914, la « religion de la patrie » triomphe et l’idéal laïc est brisé. Après 1945, des arrangements sont obtenus par l’Église catholique, en particulier avec la loi Debré de 1959 qui lui concède d’importants subsides financiers.

Un dernier chapitre est consacré au tournant, intervenu à partir des années 1990-2000, qui se traduit par un dévoiement identitaire et autoritaire de la laïcité historique. Cette reconfiguration de la laïcité discrimine les musulman·es, et en premier lieu les femmes. Elle tourne le dos aux principes de liberté et d’égalité et à la séparation des Églises et de l’État.De plus, depuis les années 2000, des lois successives consacrent une rupture radicale avec la laïcité historique, tandis que se réaffirme une nouvelle proximité de l’État avec l’Église catholique.”

“La question de la laïcité devient alors un fer rouge qui travaille la société française dans un sens régressif par rapport à ses idéaux originels.”

(https://www.decitre.fr/livres/laicite-une-aspiration-emancipatrice-devoyee-9791039900430.html)

 Ceci étant,  l’ouvrage fait l’objet d’une nouvelle recension  publiée sur le site de “Entre les lignes entre les mots”, le 25 mai 2022 sous la plume de Didier Epsztajn. Elle s’intitule :

L’« identité française »

ou une histoire

d’une métamorphose réactionnaire

Selon l’auteur : « Un retour sur la construction historique de la laïcité permet de mesurer à quel point on a assisté, au cours des dernières décennies, à un grand renversement : l’aspiration émancipatrice initiale, certes inaboutie, s’est métamorphosée en son contraire : une laïcité identitaire et discriminante.

Les visiteurs pourront en prendre connaissance en cliquant ici

Que le Rédacteur en chef  de Entre les lignes  entre les mots soit remercié de nous avoir autorisé à reproduire ce document pour le représenter sur ce site.

Le catholicisme français au risque de l’implosion…

Le terme IMPLOSION se trouvait  déjà   dans le titre de l’article mis en ligne  par  René Pujol dans son blog Cat’lib  le 12 mai 2022 . Ledit article, très documenté, reste accessible à l’URL https://www.renepoujol.fr/le-catholicisme-francais-au-risque-de-limplosion/#more-7186

Il témoignait du   regard acéré de ce  sociologue des religions et  signifiait le dépassement avéré  d’un   simple constat  d’éclatement et de division au sein de l’Eglise catholique. Il  intervenait, suite à la publication  aux Editions SEUIL de l’ouvrage de  Danièle Hervieu-Léger et  Jean-Louis Schlegel  :   

                                                               Vers l’implosion

Entretiens sur le présent et l’avenir du catholicisme

Cet ouvrage a donné lieu à la présentation suivante par son Editeur  :

« La crise des abus sexuels et spirituels révélés depuis une trentaine d’années fait vaciller l’Église catholique. Parce qu’elle vient de l’intérieur du catholicisme, et même de ses « meilleurs serviteurs », prêtres ou laïcs, mais aussi parce qu’elle est universelle et systémique. Très affaiblie par une sécularisation intense due aux changements sociétaux de la seconde moitié du XXe siècle, l’Église apparaît, faute de réformes conséquentes, de plus en plus expulsée de la culture commune, et délégitimée. »

« Dans ces entretiens sans concession, Danièle Hervieu-Léger et Jean-Louis Schlegel diagnostiquent les raisons multiples de cet effondrement sans précédent, encore confirmé par l’épreuve des confinements liés au Covid-19. Certains y discernent l’entrée dans une sorte de stade terminal du catholicisme en quelques régions du monde. Ce n’est pas l’avis des auteurs : ce qui s’annonce, c’est un « catholicisme éclaté », où les liens affinitaires seront essentiels. Cette « Église catholique plurielle » ne signifie pas nécessairement sa fin, mais c’est un cataclysme pour une institution obsédée par l’unité. » (cf : https://journals.openedition.org/lectures/56393)

 
Selon La Croix du 18 mai 2022 , sous la plume de Isabelle de Gaulmyn  on parle d’un tableau sombre du catholicisme français, dominé par l’impuissance de l’institution ecclésiale;Cf. https://www.la-croix.com/Culture/Vers-limplosion-catholicisme-francais-eclate-2022-05-18-1201215718

 

Pour sa part, René Pujol  soulignait  que  “la sociologue Danièle Hervieu-Léger a théorisé, voici vingt ans déjà, l’exculturation du catholicisme en France comme perte définitive de son emprise sur la société. Plus récemment le rapport de la Ciase sur la pédocriminalité dans l’Eglise et les divisions autour des restrictions du culte liées au Covid19 lui paraissent avoir accéléré une forme de dérégulation institutionnelle devenue irréversible”. Dans un livre d’entretiens avec le sociologue des religions Jean-Louis Schlegel,  sorti  le 13 mai 2022 en librairie, elle précise sa vision d’un “catholicisme devenu non seulement minoritaire mais pluriel et éclaté. Un catholicisme qu’elle croit condamné à une forme de diaspora d’où il pourrait, néanmoins, tirer une nouvelle présence sociale sous forme de « catholicisme hospitalier ».

“A la condition de se réformer en profondeur, non seulement en France, mais au plus haut sommet de la hiérarchie. Une thèse qui, n’en doutons pas, fera débat sinon polémique.”

René Pujol est conduit à considérer  que : » l’institution catholique, dans sa forme actuelle, ne survivra pas longtemps à l’effondrement des trois piliers qu’ont été pour le catholicisme : le monopole de la vérité, la couverture territoriale au travers des paroisses et la centralité du prêtre, personnage “sacré“.

Cet article  a  lui-même fait l’objet d’un bref  résumé  que  René Pujol  a fait paraître  ce 26 mai 2022  dans  la « Newsletter  de Golias”.

 Intitulé  :

Catholicisme : au risque de l’implosion ?

 
Pour justifier  ce risque , il met de nouveau l’accent sur :

  –   l’exculturation du catholicisme expliquant  la perte  de son emprise sur la société française ,

 – les dérégulations internes liées à la révélation des actes pédocriminels et aux tensions générées par  l’exercice du culte pendant la pandémie de covid 19

Les visiteurs pourront consulter ce document  en cliquant ici . Il  est également accessible à  https://www.golias-editions.fr/2022/05/26/catholicisme-au-risque-de-limplosion/

Que Christian Terras , Rédacteur en  chef  de Golias, soit remercié de nous permettre ce nouvel emprunt

Pour des chartes de la laïcité bien ordonnées Eviter les « usines à gaz »!

Les débats surréalistes relatifs au  burkini vs le monokini qui ont eu  cours récemment au sein du conseil municipal de la ville de Grenoble  ont défrayé la chronique et posé la question de savoir si par les temps présents les élus de la République n’avaient pas de services plus utiles à rendre à la société pour promouvoir le bien public.
Que l’on ne s’étonne plus dès lors de trouver dans la presse hebdomadaire humoristique des propos du genre  :  

 » –Le burkini accepté à Grenoble après 4h de débat : les édiles ont dû sortir en nage  ! »

 » -Avec le burkini on va donc avoir dès cet été 2022 des tas de femmes libérées, délivrées, sautant joyeusement dans les piscines sauf que l’on se demande pourquoi  à Rennes  où c’est autorisé il y a si peu de femmes qui en profitent! En attendant le monokini…les piscines vont devenir torrides »  (sic !).     

Disons le crûment aux édiles et aux journalistes qui rapportent leurs propos : arrêtez de vendre aux citoyens ordinaires  » vessie pour  lanterne », sortez  des ténèbres pour rejoindre  les lumières; l’histoire vous regarde…

Quoi qu’il en soit  il semblerait que c’est la mise en application  des principes républicains de laïcité qui pose question aux collectivités ; l’élaboration des chartes correspondantes donnant lieu à des débats difficiles lorsqu’au moins ils ont été initiés.

Des éléments de réponse existent à condition d’avoir la volonté politique de les mettre en cohérence sans tomber dans la construction de nouvelles usines à gaz écologiquement durables. C’est ce que souligne Catherine Kintzler dans l’article qu’elle a fait paraître le 20 mai 2022 dans  son blog revue  Mezetulle. Il s’intitule :

 

Liberté d’expression, neutralité  et laïcité

dans les activités sportives

   Selon l’auteure :  » Si la question résurgente du « burkini » n’a pas changé de nature politique depuis 2016, en revanche, en se manifestant dans les piscines publiques, elle affecte un terrain plus sensible, parce que plus réglementé, que celui des plages où elle était initialement apparue. Elle n’est qu’un jalon parmi d’autres tests que les menées communautaristes font subir aux principes républicains, notamment dans le domaine du sport auquel il convient de s’intéresser plus largement en s’aidant d’un ouvrage éclairant. Publié récemment et téléchargeable sur la page du Conseil des sages de la laïcité, le vademecum Liberté d’expression, neutralité et laïcité dans le champ des activités physiques et sportives,  parcourt et analyse de manière concrète la plupart des situations qui, dans le domaine de l’activité sportive, peuvent contrevenir aux principes républicains. Doit-on, peut-on y faire obstacle et si oui, comment ? »

Les visiteurs de ce site pourront consulter  cet article en cliquant ici. Il est  d’autant plus fondateur qu’il renvoie au vademecum du Conseil des sages de la laïcité publié en 2022  accessible à :
https://www.education.gouv.fr/le-conseil-des-sages-de-la-laicite-41537

Que Catherine Kintzler soit remerciée de nous autoriser   ce nouvel emprunt  .

 

Les Dossiers d’Ufal INFO (1)

Nous reproduisons ici ,avec l’accord explicite du Rédacteur en chef de Ufal INFO, une sélection d’articles extraits des  n° 85 et 87 (2021)  de cette revue .

 

Les deux premiers  proviennent du numéro 85 dédié  au thème de :

               

                          L’égalité pour vivre libre

 https://www.ufal.org/ufalinfo/ufal-info-85-legalite-pour-vivre-libre/

dans lequel Nicolas Pomiès , Rédacteur en chef, rappelle que  si l’idée d’égalité n’est pas « une affaire nouvelle elle est bien mise à mal aujourd’hui et que le choix de société en cours  peut orienter  vers de nouvelles lumières ou vers de nouvelles ténèbres.” Il indique aussi que  « nous , humanistes , militants  de la cause républicaine  dotée de raison avons choisi : l’égalité est notre boussole  « ,un propos que nous reprenons à notre compte.

 

  Article 1:  pp1-7

 

SOCIALISME :  Pierre Leroux et l’égalité

par

Pierre Papon

Esprit éclectique, Pierre Leroux reste dans l’Histoire comme le concepteur du mot « socialisme » ainsi que comme celui qui fit passer la notion de solidarité du vocabulaire de la philosophie à celui de la politique. Il fait partie de ceux qu’Engels appelait « les socialistes utopiques » pour mieux en souligner la différence avec les tenants du « socialisme scientifique ». Or, en fait, il fut plutôt l’un des premiers socialistes à être entièrement préoccupé de liberté et d’égalité, une notion qui dicta son action et à laquelle il a consacré plus qu’un livre : un traité. Inlassable défenseur de l’égalité des droits, il fut le promoteur de la République et l’inspirateur du mutualisme et de l’économie circulaire.

On ne manquera pas de renvoyer le lecteur à l’article de Jean Annequin concernant P. Leroux  paru dans le  N° 90 de La Commune et intitulé  « Regard des communards sur le socialisme utopique ; le « Révélateur » Pierre LEroux (1797-1871) », considérant en effet  que « ses idées sont partout , son nom nulle part « .

 

Article 2 : pp 8-20 

 

CITOYENNETÉ,Mixité, égalité, parité ;

Quelques leçons des Lumières

 

par

 

Charles Coutel

 

La relation homme/femme dans l’exercice de la citoyenneté, mais aussi dans les interactions sociales, constitue une des questions les plus controversées de notre actualité. Une sorte de « pensée unique» s’en est emparée : ainsi, il est bien vu d’être pour la parité au nom de l’égalité et d’imposer la parité pour mieux penser la mixité. Or, en nous appuyant sur la philosophie des Lumières, nous pensons qu’il est possible de dépasser un certain nombre de ces confusions. Notons que beaucoup de femmes, notamment humanistes, refusent la parité au nom de l’égalité et se situent au-delà de l’opposition homme/femme au nom d’une nécessaire fraternité universelle. Sur le plan initiatique comme sur le plan politique, la parité peut s’opposer à l’égalité et à la portée universaliste de la mixité. Comment dépasser une vision communautariste voire différentialiste, entre les sexes, au sein des principes républicains ?

Le troisième est partie intégrante du  périodique n°87 dédié à la  :

 

Sécurité sociale, le grand bluff

https://www.ufal.org/ufalinfo/ufal-info-n87-dossier-securite-sociale-le-grand-bluff/

 

Nicolas Pomiès y rappelle que la « Grande sécu : la réalité c’est le mouvant  » et que ce faisant  « les réformes sont le but de tout gouvernement et que les changements apportés aux normes n’ont pas pour objectifs d’aménager la vie des français mais bien de satisfaire la rentabilité de l’accumulation du capital par l’oligarchie!  Et c’est pourquoi les réformes ne sont que peu confiées au débat parlementaire… »

 

L’article reproduit pp 21-31  s’intitule :

 

                   

Combat

La naissance de la sécurité sociale :

le conflit plutôt que le consensus.

par

Nicolas Da Silva

Il révèle que : » La sécurité sociale n’est pas un consensus mais le résultat d’un combat social démocratique et émancipateur. La vraie « Grande Sécu » ne pourra résulter que de la relance de ce combat. »

 

Les visiteurs pourront consulter tour à tour  ces 3 articles réunis en un seul fichier en cliquant ici (voir ci-dessus les paginations)

Nous remercions Marion Tournier, Gestionnaire Administrative (UFAL Nationale), Nicolas Pomiès ; Editeur en chef  de Ufal INFO et les auteurs des  trois articles mentionnés, pour leur soutien.   Nous sommes également redevable à Solenn   Gasner  qui a accepté de  numériser les documents .

Périls sectaires en 2022 ou « Les lumières à l’ère numérique »

A force de pandémie, de complotismes divers  et de préoccupations électoralistes on les avait oubliés… Cependant dès le 17 octobre   2021 Marianne titrait sous la plume de Thomas Rabino :

« Ubérisation, Youtube, bienveillance des élites… Les habits neufs du péril sectaire »

et rappelait que : “Passées au second plan depuis la crise sanitaire, les dérives sectaires persistent et même mutent à bas bruit. Un livre enquête signé par notre collaborateur Jean-Loup Adénor et par le journaliste Timothée de Rauglaudre le démontre implacablement. Au terme d’une année d’enquête, les  deux journalistes posent une question qui résonne comme un constat : « La République a-t-elle déposé les armes face au phénomène sectaire ? »

L’ampleur et la gravité  de ces dérives faisant fi de la Raison , de la Science et du Progrès social apparaissent dans un résumé publié par Decitre  pour présenter l’ouvrage  :

“Enquête inédite sur les dérives sectaires d’aujourd’hui. Près d’un demi-million de Français vivent aujourd’hui sous emprise sectaire, souvent au péril de leur intégrité physique et mentale. Pourtant, depuis dix ans, la puissance publique a baissé la garde face à un phénomène toujours plus fragmenté et difficile à cerner. De la scientologie aux Témoins de Jéhovah en passant par l’anthroposophie, connue pour ses écoles alternatives, des mouvements historiques sont devenus de véritables multinationales, parfois assez influentes pour faire pression sur la sphère politique.En parallèle, une myriade de nouveaux mouvements ont proliféré sous des formes plus pernicieuses, tirant profit eux aussi de la vulnérabilité des personnes : gourous évangéliques promettant richesse ou guérison miraculeuse, pseudo-thérapeutes foisonnant sur les réseaux sociaux,  » antivax  » intégristes ou New Age… A travers un état des lieux alarmant étayé par des dizaines de témoignages de victimes de quinze mouvements différents, cette enquête inédite démontre l’ampleur du phénomène sectaire en France et la complaisance croissante des élites économiques et politiques.” ( URL :https://www.decitre.fr/livres/le-nouveau-peril-sectaire-9782221255322.html)

Déjà  L’Humanité du 20 juin 2009 donnait l’alerte :  « D’après le dernier rapport de la MIVILUDES, la France compterait aujourd’hui environ 600 mouvements sectaires, contre 200 il y a quinze ans. Comment expliquer cette hausse ? Qu’en est-il donc aujourd’hui ?”.   L’Humanité posait la question de savoir comment lutter contre la prolifération des mouvements sectaires (URLhttps://www.humanite.fr/node/419248).

Une douzaine d’années plus tard , La Croix du  12 janvier 2022 titrait  :

Rapport Bronner : « Le Covid-19 a révélé des formes de complotisme dans certaines franges catholiques »

“Chargée par l’Élysée d’étudier la propagation des discours complotistes, la commission Bronner rend aujourd’hui son rapport. Auteurs du Nouveau Péril sectaire (1), les journalistes Jean-Loup Adenor et Timothée de Rauglaudre racontent comment la pandémie de Covid-19 et la vaccination ont mis en lumière le complotisme dans certains milieux minoritaires chrétiens (URL:https://www.la-croix.com/Debats/Rapport-Bronner-Le-Covid-19-revele-formes-complotisme-certaines-franges-catholiques-2022-01-12-1201194438)

Qu’en est- il du côté de la MIVILUDES (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires ), d’autant que ses missions paraissent bien cadrées  et définies par un décret de 2002. Il s’agit de :

-observer et analyser le phénomène des mouvements à caractère sectaire dont les agissements sont attentatoires aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales ou constituent une menace à l’ordre public ou sont contraires aux lois et règlements ;

-favoriser, dans le respect des libertés publiques, la coordination de l’action préventive et répressive des pouvoirs publics à l’encontre de ces agissements ;

-développer l’échange des informations entre les services publics sur les pratiques administratives dans le domaine de la lutte contre les dérives sectaires ;

-contribuer à l’information et à la formation des agents publics dans ce domaine ;

-informer le public sur les risques, et le cas échéant les dangers, auxquels les dérives sectaires l’exposent et de faciliter la mise en œuvre d’actions d’aide aux victimes de ces dérives ;

-participer aux travaux relatifs aux questions relevant de sa compétence menés par le ministère des affaires étrangères dans le champ international.

L’état annuel du phénomène sectaire est publié dans un rapport, et sa mission d’information l’amène aussi à publier des guides spécifiques ;cf. fr.wikipedia.org/wiki/Mission_interministérielle_de_vigilance_et_de_lutte_contre_les_dérives_sectaires)

Qu’en est-il du rapport Bronner mentionné?: 

On sait que « Le Président de la République a reçu mardi 11 janvier 2022 la commission « Les Lumières à l’ère numérique » présidée par Gérald Bronner qui lui a remis son rapport.; cf.

Composée de 14 membres, universitaires, journalistes, associatifs, historiens, cette commission s’est penchée sur le défi posé par Internet pour notre démocratie et notre accès à l’information. Elle a procédé à une centaine d’auditions dont l’ensemble des représentants des grandes plateformes numériques mais aussi des lanceurs d’alertes comme Frances Haugen.

Ce travail s’inscrit dans la continuité d’actions engagées pour réguler les grandes plateformes d’Internet et civiliser ces espaces publics, notamment en luttant contre le développement de la haine sur les réseaux sociaux »;cf.l’URL :https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2022/01/11/remise-du-rapport-de-la-commission-bronner

 Cependant  et malgré l’importance des travaux réalisés; le compte n’y est pas  et la Ligue des Droits de l’Homme communiquait  sur ce point dès le  27décembre 2021  :

“D’après le site internet de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), sur la base du travail réalisé par les commissions d’enquête parlementaires, notamment à partir des informations émanant des services de renseignement, on peut estimer aujourd’hui en France à 500 000 le nombre d’adeptes de mouvements sectaires et à 60 000 à 80 000 le nombre d’enfants élevés dans un contexte sectaire. Le phénomène est d’importance et dans ces temps de crises et de pandémie, il continue de progresser sournoisement dans des formes renouvelées.

Depuis vingt ans, l’Etat dispose, avec la Miviludes et son équipe dédiée, d’un outil unique pour évaluer et suivre le risque de dérive sectaire et agir contre sa propagation avec des succès significatifs. Cependant l’engagement de la puissance publique doit être à la hauteur des enjeux et des menaces.

Si sa dimension interministérielle a été formellement maintenue après la décision du gouvernement en 2021 de la retirer de l’autorité directe du Premier ministre, son positionnement désormais comme service du ministère de l’Intérieur sous la responsabilité du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR) reste regrettable et pointe ses limites.    

L’extension et la diversification constatées des phénomènes sectaires méritent un effort public significatif, des moyens identifiés accrus tant en nombre de fonctionnaires affectés à plein temps sur ses missions, qu’en budget de fonctionnement pour permettre un travail efficace de terrain en lien avec tous les acteurs concernés et à l’écoute des victimes.

Au vu des budgets prévus par la loi de finances 2022, le compte n’y est pas. Le million d’euros affecté en 2021 aux soutiens des associations engagées à la lutte contre les dérives sectaires est a minima à reconduire face aux besoins croissants. De plus, sauf à obérer sa capacité d’action, les moyens humains et financiers directement affectés à la Miviludes sont très insuffisants pour corriger les sous-effectifs actuels, renforcer ses services et permettre un meilleur fonctionnement.

Parce qu’il est urgent de se mobiliser, les organisations signataires demandent au gouvernement de corriger sa copie et de donner plus de forces à la lutte contre les dérives sectaires; cf. l’URL :https://www.ldh-france.org/miviludes-le-compte-ny-est-pas/)

 Il est donc tout à fait légitime  de s’interroger de nouveau sur l’évolution du fléau  sectaire dans notre société et sur les moyens à mettre en oeuvre pour l’endiguer . Il s’agit pour le moins de rester informé  et c’est ce qui est proposé aux lecteurs de ce site qui pourront consulter en cliquant ici un article à ce sujet publié dans Golias News du 3 mai 2022 sous la plume de Philippe Ardent.  Il est intitulé :

 

“Enquête sur le nouveau péril sectaire”

 

et révèle que :« Si l’Eglise catholique disparaissait, qu’adviendrait-il à sa place ? Le marché des nouvelles propositions religieuses est en plein essor. L’enjeu financier est énorme, mais entre spiritualité frelatée sinon délirante, gourous en roue libre et emprises en tous genres, les dommages collatéraux risquent d’être énormes. Actuellement, 500 000 personnes seraient « concernées » par le phénomène d’emprise sectaire selon la Miviludes, Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires. » 
Que Christian Terras, Rédacteur en chef à Golias soit remercié d’autoriser ce nouvel emprunt .

Ecoles privées sans contrat et déni des lois de la République en 2022

“Un établissement scolaire privé hors contrat en France est un établissement qui n’a pas signé d’accord avec l’État français et ne reçoit donc aucune subvention de l’État ce qui le différencie du reste de l’enseignement privé en France.

Il est ainsi financé uniquement par des fonds privés et n’a pas l’obligation de respecter le volume horaire d’enseignement ni les programmes scolaires, tout en restant tenu de faire progresser les élèves sur le socle commun de compétences, de connaissances et de culture.

Il concerne des écoles laïques ou confessionnelles de toutes religions, à pédagogies alternatives (???) . Parmi ces dernières, les plus connues sont sans doute des écoles appliquant la pédagogie Montessori de manière non compatible avec les programmes scolaires mais on trouve aussi les écoles anthroposophiques  du mouvement occultiste Steiner-Waldorf, des écoles démocratiques type Sudbury ou Summerhill , des écoles diverses radicalisantes et, pourquoi pas, des écoles « indépendantes »…

En France, la liberté de l’enseignement  fait partie des principes fondamentaux. C’est l’enseignement public qui domine largement le paysage éducatif, scolarisant 12 millions d’élèves sur les 15 millions d’élèves scolarisés.  L’enseignement privé qui, lui, scolarise plus de 2 millions d’élèves, existe sous quatre formes :

-Enseignement privé sous contrat d’association avec l’état : 2,2 millions d’élèves en 2017. Cet enseignement dépend souvent de l’enseignement catholique;

-Enseignement privé sous contrat simple, plus rare ;

-Enseignement privé hors contrat, marginal, scolarise environ 73 000 élèves ;

-Enseignement familial par la famille, plus rare.

Ces divers établissements existent tant au niveau des écoles maternelles et écoles primaire qu’au niveau des collèges et lycées . En 2020, les établissements scolaires hors contrat sont au nombre de 1571, dont 30 % revendiquent une appartenance religieuse (17 % catholiques, 5 % musulmanes, 4 % juives et 4 % protestantes). Les 70 % restants, non confessionnels, sont généralement  des écoles bilingues ou utilisant la  méthode Montessori oula méthode Steiner(d’après  Wikipedia :https://fr.wikipedia.org/wiki/Enseignement_priv%C3%A9_hors_contrat )

Selon Thomas Jallaud ,  ce qui caractérise l’ensemble des écoles hors contrat est leur liberté pédagogique. Par définition, ce sont des entreprises privées (ou associations loi 1901) totalement indépendantes de l’Éducation nationale et donc libres d’appliquer le projet pédagogique qu’elles souhaitent prodiguer. Elles procèdent elles-mêmes au recrutement de leurs enseignants, et les rémunèrent directement, tandis que les écoles privées sous contrat voient  leurs enseignants  payés par l’Éducation nationale. » n-bilans/Tout-sur-les-%C3%A9coles-hors-contrat.316.html

On retrouvera les instructions officielles concernant les établissements d’enseignement scolaire privé sachant que la scolarisation dans un établissement d’enseignement scolaire privé est une modalité d’exercice de l’obligation d’instruction.

Le code de l’éducation fixe le statut de ces établissements, par des dispositions issues de deux lois :

La loi du 31 décembre 1959, dite loi « Debré », du nom de l’auteur du projet de loi dont elle est issue, alors Premier ministre et ministre de l’éducation nationale ,

La loi du 13 avril 2018, dite loi « Gatel », du nom de la sénatrice auteure de la proposition de loi dont elle est issue.

Sont regardés comme des « établissements d’enseignement scolaire privés » au sens des articles L.144-1 et suivants du code de l’éducation, tous les lieux où sont accueillis, en vue de leur délivrer une instruction, des enfants âgés de trois à seize ans, soit en dehors de leur domicile, soit de plus d’une famille, soit relevant de ces deux catégories à la fois. »

 

Les conditions de création d’un établissement d’enseignement privé

L’ouverture est soumise à déclaration préalable au recteur qui la transmet au maire, au procureur de la République et au préfet.

 

Ces 4 autorités disposent chacune d’un délai de 3 mois pour s’opposer à l’ouverture, pour l’un des motifs suivants :

L’ordre public ou la protection de l’enfance et de la jeunesse ;

Les conditions pénales, de diplôme, de nationalité, éventuellement d’expérience professionnelle, de la personne dirigeant l’établissement, voire de celle l’ouvrant ;

Le caractère non scolaire ou non technique de l’établissement.

 

Les diplômes 

Ces établissements peuvent préparer leurs élèves aux examens afin qu’ils obtiennent les diplômes délivrés par l’État ; cette préparation s’effectue dans les mêmes conditions que dans les ÉPLE si l’établissement est lié au service public par contrat(voir la suite à l’URL :https://www.education.gouv.fr/les-etablissements-d-enseignement-scolaire-prives-2942)

Cependant dans   Le Monde du 9  mars 2022 on relève sous la plume de Mattea Battaglia  ce titre :
 
« D’ importantes dérives  épinglées dans des établissements scolaires privés hors contrat. »

 Selon cet auteur, « le Comité national d’action laïque(Cnal) a pu compulser 164 rapports d’inspections menées dans des écoles catholiques, traditionalistes, mais aussi alternatives ou sans projet pédagogique revendiqué. La synthèse qu’il en livre, mercredi 9 mars, est alarmante. C’est l’aboutissement d’un an de recherches. En janvier 2021, le Comité national d’action laïque (Cnal), fédération de cinq organisations impliquées sur le terrain de l’éducation, demandait à chaque inspection d’académie de lui fournir le « dernier » rapport de visite réalisé dans « chaque » établissement privé hors contrat relevant de son périmètre. Façon de porter l’attention, au-delà de la petite minorité d’établissements musulmans habituée au feu des projecteurs, sur l’ensemble de ces 1 800 structures qui, en vertu de la liberté reconnue de l’enseignement, peuvent accueillir un public scolaire. Aux frais des familles, sans subsides publics, et sans autre obligation que celle de transmettre aux enfants le même bagage de connaissances et de compétences – le « socle commun » – que celui garanti à tout jeune au terme de sa scolarité obligatoire (16 ans).On pourra consulter la suite en allant à :  lemonde.fr/societe/article/2022/03/09/d-importantes-derives-epinglees-dans-des-etablissements-scolaires-prives-hors-contrat_6116828_3224.html

L’affaire est reprise par Laure Daussy le 9 mars 2022  dans  Charlie Hebdo  et donne lieu à un article faisant état d’  “Écoles hors contrat : les territoires perdus de l’Éducation nationale.  Il  y apparaît notamment :

« Un monde qui se répartit par « races », Vichy qui n’est pas enseigné… Voilà quelques unes des dérives qui ont cours dans plusieurs écoles hors contrat en France, notamment chez les ultracathos. Le Comité national d’action laïque (Cnal), qui milite pour la laïcité à l’école, a lancé une grande enquête sur ces établissements privés, en demandant de consulter leurs rapports d’inspection, jamais rendus publics jusque-là. Nous avons pu les consulter en exclusivité. Malgré plusieurs manquements manifestes, certaines écoles continuent d’accueillir des enfants. En plus, bien que hors contrat, elles sont financées en partie par de l’argent public »…

 « La liberté de l’enseignement ne doit pas être prétexte à un enseignement de mauvaise qualité », dénonce Rémy-Charles Sirvent, secrétaire général du Cnal et secrétaire national du SE-Unsa.

En parallèle la Gazette des communes   titrait le 29 mars 2022   :

“Les écoles  hors contrat hors de contrôle”

et Michèle Foin y rappelait que «  le Cnal dénonce le manque de transparence des inspections académiques qui, malgré un recours dudit  Cnal auprès de la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada), n’ont transmis que 9% des rapports de visite qu’elles sont censées faire au moins une fois par an.

Sur les 1700 établissements hors contrat, le Cnal n’a pu obtenir que 164 rapports, soit 9%. « Cela démontre combien l’administration de l’Education nationale est rétive à la transparence sur cette question », dénonce le Cnal dans son enquête, d’autant que les rapports manquants concernent surtout les établissements musulmans, juifs et appartenant à la mouvance Steiner-Waldorf ».

On prendra connaissance des préconisations du Cnal en la matière en se rendant à : https://ecoleetsociete.se-unsa.org/Enquete-du-CNAL-halte-aux-derives-dans-les-etablissements-prives-hors-contrat.

Les visiteurs de ce site pourront à ce propos prendre connaissance d’un article de Alexandre Ballario  paru le 5 mai 2022 dans Golias News  que l’on ne peut a priori taxer  de partialité s’agissant des dérives stigmatisées par le Cnal .
 
 Il  est intitulé  :

 « Le grand n’importe quoi du privé hors contrat »  

Il est accessible soit en cliquant ici soit en se rendant à l’adresse : https://www.golias-editions.fr/2022/05/05/le-grand-nimporte-quoi-du-prive-hors-contrat/

Que Christian Terras, Rédacteur en chef à Golias,  soit remercié de nous autoriser ce nouvel emprunt .

Un paradoxe: Le progrès des Sciences ruine l’Ecole

L’article  ainsi titré que l’on pourra consulter sur ce site fait référence à un texte écrit par le philosophe rationaliste  Alain en 1933 et s’y  trouvant in extenso.  Il examine les effets  inattendus des progrès  de la Science sur  la ruine de l’Ecole publique. La déstructuration  de cette institution, a  déjà donné lieu à une insertion  récente sur ce site  ( Cf. l’UR: asvpnf.com/index.php/2022/04/16/2022-ecole-publique-a-lagonie-identifier-les-causes-de-sa-destruction-et-bien-la-reconstruire/).

Son auteur Jean-Michel Muglioni, dans les colonnes de  Mezetulle(23 avril,2014), Blog revue de Catherine Kintzler, affirme  que l’Ecole  ne peut plus instruire; elle ennuie élèves et maîtres. C’est pour le moins accablant !…  Selon lui, « Alain nous demande de réfléchir sur la rupture qui résulte des extraordinaires progrès des sciences entre quelques chercheurs de haut vol et les « esprits moyens ». La plupart d’entre nous sommes informés de découvertes qu’en réalité nous ne comprenons pas vraiment. L’école en vient à confondre informer et enseigner : on ne distingue plus connaissance par ouï-dire et connaissance rationnelle. J’ai vu parfois qu’en mathématiques les résultats étaient assénés sans démonstration. Ainsi disparaissent l’instruction et l’idée même d’une république des esprits ».

Ceci a des effets délétères  sur  l’équilibre de notre société démocratique et républicaine (ses valeurs et son unité) ainsi   : »Quand il n’y a plus rien de commun entre ceux qui savent vraiment et le plus grand nombre, si bien informé qu’on le suppose, quand s’impose la domination d’une élite scientifique, c’en est fini de cette république des esprits et avec elle de l’exigence d’universalité par laquelle chacun reconnaît en tout homme son semblable ».

On rappellera cependant  que   « La qualité des élèves découle (aussi) de la qualité de l’enseignement, c’est-à-dire de la compétence et de la motivation du corps enseignant pour transmettre un savoir en même temps que les codes de la vie en société. Or depuis les trente dernières années nous assistons à un double phénomène : l’indigence du recrutement qui sombre dans la médiocrité, l’abandon de nos enseignants à des conditions matérielles, psychologiques et de sécurité qui décourage les vocation(Cf.l’URL https://www.planet.fr/societe-lecole-publique-est-elle-en-ruine.846283.29336.html )

Les maux gravissimes dont souffre notre Ecole ne manquent pas d’interpeller  le bon sens et de  renvoyer inévitablement au souvenir  des  hussards noirs de l’Ecole de Jules Ferry au fondement des valeurs et de l’unité de notre République. Lesdits hussards disposaient de l’autorité, du prestige et d’une formation rigoureuse dispensée par les Écoles Normales. Dans les écoles primaires  dont ils avaient la charge, devenus instituteurs,  on apprenait à penser librement et à “faire germer  une abondante moisson en montrant  la Science et le chemin du Vrai; celui de la Raison  ( Jean Bynat, 1920)( URL:https://www.toupie.org/Chansons/Honneur_gloire_ecole_laique.htm#:~:text=Que%20nos%20p%C3%A8res%20jadis%20ont%20faite%20en%20combattant.&text=Des%2°).

On pourra consulter l’article de J-M. Muglioni  soit en cliquant ici , soit en se rendant à l’URL : https://www.mezetulle.fr/un-paradoxe-le-progres-des-sciences-ruine-lecole-commentaire-dun-texte-dalain/

Que Catherine Kintzler soit chaleureusement remerciée pour  son soutien et pour nous autoriser ce nouvel emprunt .

Posts Navigation

ARTICLES

Pourquoi la Gauche française est-elle à la dérive ?
Résurrection du trio infernal trône, autel et sabre ou RUSSIE-UKRAINE : la religion dans la guerre
Les Dossiers d’Ufal INFO (2) « Un quinquennat perdu pour la laïcité « 
Après la publication de l’ouvrage de Roland Pfefferkorn :
Le catholicisme français au risque de l’implosion…
Pour des chartes de la laïcité bien ordonnées Eviter les « usines à gaz »!
Les Dossiers d’Ufal INFO (1)
Périls sectaires en 2022 ou « Les lumières à l’ère numérique »
Ecoles privées sans contrat et déni des lois de la République en 2022
Un paradoxe: Le progrès des Sciences ruine l’Ecole
Lendemains du centcinquantenaire de la Commune de Paris et laïcité
Le retour du tragique
Revirements et contorsions chez les cléricaux de tous les pays
Une saine “respiration laïque” ne peut conduire à un intégrisme laïque contraire à la liberté d’expression.
La fin des congrégations religieuses catholiques : une aubaine pour les victimes des abus sexuels commis au sein de l’Eglise ?
2022, Ecole publique à l’agonie Identifier les causes de sa destruction et bien la reconstruire
Pas d’égalité en droit sans laïcité
L’Ecole de la République à l’épreuve de l’OCDE et de la Commission européenne
Tribulations cléricales dans le prolongement du rapport de la Ciase présidée par Jean-Marc Sauvé
“Les enfants martyrs de Riaumont Enquête sur un pensionnat intégriste” Un nouveau scandale de la pédocriminalité cléricale !
La question de la laïcité dans les programmes des candidats à l’élection présidentielle 2022 « Permanence du clivage droite/gauche »
A la guerre spectacle , 04-08 mars 2022 : la révélation de la logique de l’absurde en matière de relations internationales
Le Poutine de 2022 est(largement)notre création !
8 mars 2022 : journée internationale des droits des femmes
 » Le poutinisme français « 
Les menées obscurantistes contre la Science, les Savoirs et la Raison n’ont pas leur place à l’Ecole laïque de la République.
Le prétendu « principe d’incomplétude » ne peut justifier le retour des professeurs de religion à l’école publique laïque et républicaine
Message aux nostalgiques du tableau noir de la 3è République
L’enseignement moral et civique à l’Ecole laïque et au Collège public
À la suite du colloque « Après la déconstruction, reconstruire les sciences et la culture »
La presse finistérienne aux débuts de la IIIè République Naissance de nouvelles feuilles républicaines (2)
Une orthographe fautive permet-elle de bien nommer les choses ?
La presse finistérienne aux débuts de la IIIè République Naissance de nouvelles feuilles républicaines (1)
Les fonds récoltés par l’Eglise catholique en spoliant les moniales serviront-ils à indemniser les victimes de pédophilie?
« J’ai exécuté un chien de l’enfer. Rapport sur l’assassinat de Samuel Paty »
 » Tsunami dans l’Eglise : le rapport Sauvé »
Chronique hivernale des turpitudes ecclésiales récentes (à suivre !)
Lendemains de la Journée de la Laïcité du 9 décembre 2021
Eglise : sonner le tocsin plutôt que le glas !
La Commune de Paris 1871 et la liberté de la presse
Au coeur des grandes turbulences de l’église catholique et du sens du message christique
Nouvelle activité culturelle au Comité Trégor-Argoat des Amies et Amis de la Commune de Paris 1871
Après le rapport SAUVEE et la conférence épiscopale de Lourdes Continuer à pourfendre le cléricalisme et la toute-puissance des prêtres
Abus et cléricalisme
Maîtriser notre langue nationale !
De nouvelles activités au Comité Trégor-Argoat des Amies et Amis de la Commune de Paris 1871
Un an après la mort de Samuel Paty : Ne pas renoncer !
La pédocriminalité dans l’Eglise catholique : un problème de laïcité ?
Peut-on décrire et soigner des maux de notre société au moyen de mots ou expressions d’apparence inepte ?
Le rapport Sauvé sur les abus sexuels sur mineurs commis dans l’Eglise catholique (5 octobre 2021)
Natacha Polony et la falsification de l’Histoire
Cléricalisme à la manoeuvre : quand les laïcs se rebiffent !
Idéologies sectaires et obscurantistes versus Science, Raison et Ecole laïque
Vers les lendemains de l’année terrible dans la presse finistérienne de 1871
Jean Vanier, ami des handicapés de la Communauté de l’Arche, était un abuseur sexuel.
Petite chronique des lendemains de l’insurrection révolutionnaire de la Commune de Paris (1871) dans la presse finistérienne .
De 1904 à 2021… en passant par le projet de loi d’Emile Combes
Après le cent-cinquantenaire de la Commune de PARIS retrouver et (re)lire « Les Massacres de Paris » de Jean Cassou.
A la découverte de l’Ecole du Diable à Plouhinec (F-29780)
Après le cent cinquantenaire de la Commune de Paris : « Le mot communard, camarades ! »
A propos du projet de loi « confortant le respect des principes de la République » Complément 3
A propos du projet de loi « confortant le respect des principes de la République » Complément 2
A propos du projet de loi « confortant le respect des principes de la République » Complément 1
La pratique de la laïcité dans l’espace public Entretien Figarovox : voile des assesseurs, burkini … Faut-il interdire le port de signes religieux ostentatoires dans l’espace public?
Déclin et devenir de l’Eglise catholique romaine
Aux origines de la laïcité et de ses principes fondateurs
Lorsqu’au sortir de la guerre franco-prussienne enfantée par l’Empire, de l’insurrection de la Commune et de la Semaine sanglante on revient à une Constituante et à une nouvelle Constitution.
Les Femmes et la Commune de Paris (1871)
A propos de la réédition de Mein Kampf par Fayard (2021)
Pour la mémoire de la Commune de Paris (1871) et de la Montée au Mur du 29 mai 2021 ! Condamnons l’omerta , l’amnésie , le déni de démocratie et clamons Vive la Commune !
Au nom de la Raison, la Liberté, la Justice et de la Laïcité Jugeons les pseudo-fous ! Halte aux bouffées délirantes !
VICTOR HUGO et la Commune de Paris de 1871
Liberté d’expression et convictions religieuses : retrouver le bon cap après les critiques des missives de François Héran aux professeurs.
La Commune de Paris ; la Semaine sanglante (21mai-28 mai 1871)
Anastasie : son réveil et ses atteintes aux libertés fondamentales .
Discrimination linguistique sous les auspices de la République française ou L’émancipation républicaine par l’école laïque passait-elle par l’éradication des langues régionales de France?
La laïcisation des écoles communales en marche dans le département de la Sarthe en 1890
La Loi Deixonne et la langue bretonne Leurs places à l’école publique de la 4è République
L’appropriation d’une langue régionale où l’on se reconnaît
L’oeuvre scolaire de la Commune de Paris de 1871 Des acquis révolutionnaires occultés par les pouvoirs publics et l’histoire Des sources d’inspiration inépuisables pour les fondateurs de l’école publique de la 3è République
Regards sur la Commune de Paris : Jean Jaurès
SAUVEGARDER L’UNIVERSALITE DE NOTRE LAÏCITE !
Regards sur la Commune de Paris : Victor Hugo
 » Pour une République Laïque et Sociale « 
Le centenaire oublié : celui de la répression de l’insurrection libertaire des marins de Kronstadt par Lénine et Trotsky en 1921 !
La presse locale et la Commune de Paris (mars-mai,1871)
Le procès en conscientisation et intimidation à l’Université : Tous bons pour la rééducation ? Alerte !…
Les Communes de Paris ; épisodes emblématiques de notre Histoire et de notre Histoire révolutionnaire.
Modernité des combats émancipateurs de Nathalie Le Mel, Communarde déportée en Nouvelle Calédonie.
Le 150è anniversaire de la Commune de Paris (18 mars 1871-28 mai 1871)
Yvon Hervé, hussard noir de la fraternité et du bien public !
Quand le Tirailleur du Citoyen défendait ses Idoles !
 » L’avenir d’une désillusion : l’État et la République »
Pour le Professeur maîtriser sa discipline reste le fondement de sa pédagogie et de son autorité !
Enseigner les faits religieux et leur réfutation à l’école publique laïque en 2022.
Professeur de philosophie à l’ Ecole normale d’Instituteurs de Quimper, philosophe de la sociologie du sport : MICHEL BOUET.
Selon l’adage; Dieu est réputé être grand, bon, tolérant et laïque … Cependant, parmi ses disciples, les plus grands clercs, prêtres et théologiens ne sont ni les plus clairs ni les plus sages!
Education et laïcité : la tolérance ne s’enseigne pas elle s’éprouve et se vit !
Petite chronique finistérienne de l’instruction primaire sur une brève période encadrant la promulgation de la Loi Goblet de 1886.
 » La laïcité est le contraire d’un intégrisme »

Posts Navigation