SAUVEGARDER & VALORISER

Histoire fondatrice des ECOLES de HAMEAU du Finistère créées sous la 3è République

Le secrétaire de l’ASVPNF, J.C. Poupon, poursuit ses recherches sur ce thème, par des investigations tant sur le terrain qu’aux Archives Départementales du Finistère. En ce début d’année 2018, il propose aux visiteurs intéressés une mise au point résultant des  informations collectées. Celles-ci forment déjà un corpus conséquent voir le fichiers ci-dessous :

Les Ecoles de hameau du Finistère créées par la 3ème République

« Fougue et méthode(s) » de Germaine Le Goff, Penn Sardin penn-kalet, devenue une institutrice célèbre au siècle dernier grâce à l’Ecole Normale

Les visiteurs intéressés trouveront ci-dessous une préface du président de l’Association (Document 1) et  un article illustré d’un de nos fidèles adhérents rapportant ses observations personnelles sur la vie et l’oeuvre scolaire méconnues de cette enseignante (Document 2).
   Avertissement :  En raison de difficultés d’ordre technique liées à la qualité  et à la spécificité des  documents  utilisés,  cette parution est susceptible de présenter quelques imperfections.  

Le Professeur d’EPS Guy GANDOUIN : biographie et album souvenir

L’un des adhérents de notre Association nous a donné accès à un album souvenir de G. Gandouin en charge de l’éducation physique et sportive à l’ENG  de Quimper de 1946 à 1980.  Cet album nous a été remis par la fille aînée de  notre professeur et nous l’en remercions chaleureusement.  Elle a accepté de rédiger à notre intention une brève biographie de son père et a mis à notre disposition des photos qu’elle nous autorise à reproduire et à publier. Vous la trouverez ci-dessous accompagnée  d’une photo non datée, émouvante pour beaucoup de ses anciens élèves et de quelques aperçus de son album, sélectionnés par notre secrétaire J-C. Poupon. 

L’enseignement primaire en Finistère avant la loi GUIZOT (28 juin 1833)

La situation de l’instruction primaire dans notre département en 1833 a donné lieu à  quelques ouvrages et rapports  auxquels on peut se référer  sur  internet. Parmi ces publications on relèvera tout particulièrement celle de  Emile Souvestre éditée en 1838 et intitulée « Le Finistère en 1836« . On y découvre chapitre VII, paragraphe II, une  brève monographie dédiée à l’Instruction publique en 1836.Mais en amont de la loi Guizot, les documents sont relativement plus ténus.
Ceci  souligne l’intérêt sur le plan historique de l’étude réalisée par Bruno Le Gall , en charge du service des Archives de la Ville de Quimper, étude portant sur  la situation et les évolutions de l’enseignement primaire à Quimper dans la période allant de la  Révolution de 1789 à  la loi Guizot votée en 1833.
         Les visiteurs intéressés trouveront en cliquant ici  les observations  de l’archiviste. Celui-ci avait déjà contribué à enrichir notre site; en mettant à notre disposition une collection de photos anciennes dédiées aux deux écoles normales primaires de Quimper. On pourra les  consulter par ailleurs.

La promotion sociale  par les Ecoles Normales Primaires

Le témoignage émouvant et édifiant de Michel Derrien, ancien élève – maître à l’ENG (1947), recueilli  par Jean-Claude Poupon, lui-même élève-maître à l’ENG (Promotion TELSTAR,1962-1967, après une année en MGP à Rennes). Les visiteurs pourront  prendre connaissance, ici, du résultat de ce travail exemplaire : De la ferme au métier d’instituteur 13 09 17

« Petite histoire » des écoles publiques de hameau créées sous la 3ème République

 Ceci est l’intitulé du thème de  réflexion et de travail retenu par un  des ateliers  de l’ASVPNF. Les adhérents impliqués ont retrouvé, à l’école du hameau de Kermeur (29 640, Plougonven ), un  registre matricule datant de la fin du 19è siècle(photos 1 ) et d’autres documents en cours d’exploitation. Il apparaît ainsi que cette école (qui n’accueillait à l’origine  que des filles) fut ouverte, selon toute vraisemblance, en  janvier 1886. Ceci témoigne des effets spectaculaires des lois scolaires de la 3è République sur la scolarisation des filles dans les campagnes les plus reculées du département. On constate ainsi que jusqu’en octobre 1908, 220 écolières furent inscrites à l’école publique du Kermeur. On notera aussi que l’Inspecteur primaire venait sur place(photos 2 et 3)  et, ce faisant,  contrôlait l’effectif des inscrites. Par ailleurs  les élèves nécessiteuses bénéficiaient de fournitures gratuites(fichiers 4 et 5). Les visiteurs se rendront compte qu’il y a donc matière à recherche  sur le thème concerné. Leurs contributions  seront particulièrement bien accueillies.

Les enjeux des élections législatives de 1928 ; les dangers qu’on ne veut pas voir… Suite au scrutin uninominal à deux tours par arrondissement, la droite, alliée au centre droit et au centre gauche, remporte la majorité (!…)

On notera que M. Homais est un personnage de fiction créé par Gustave Flaubert et que M. René Renoult fut le créateur du comité central d’action républicaine en 1894, futur parti radical en 1901.En 1940, R. Renoult  vota contre les pleins pouvoirs à Pétain et s’engagea dans la Résistance à l’occupant.
       Le visiteur pourra consulter ci-dessous l’article prémonitoire publié par Le Citoyen en mai 1927 intitulé ; « C’est toujours  La République laïque qui est menacée » .

C’est toujours la République laïque qui est menacée.

Dans son remarquable discours, si sage, M.René Renoult ne pouvait toucher à toutes les questions. Mais, s’il n’a point abordé la question de la laïcité et du cléricalisme, ce n’est peut-être pas faute de temps, c’est peut-être aussi par un souci d’élégance, une crainte de la raillerie, et pour ne pas avoir l’air d’être un disciple de M. Homais. Oui, c’est peut-être par une sorte de bon goût qu’il a gardé le silence sur le péril et la défense de la laïcité. Comme le parti socialiste, pour d’autres raisons, qui sont de prudence et d’espoir, garde le même silence sur le même sujet ; c’est un peu trop commode pour nos adversaires. Ce qu’il faut dire, ce que je veux dire, c’est qu’aux élections générales de 1928, c’est par l’Eglise que se fera l’union des modérés, des conservateurs de toutes nuances, contre les républicains de gauche, unis ou désunis. Quand il s’agit de dénoncer le péril clérical, l’histoire devrait nous guérir de la peur du ridicule. Tous les grands mouvements de réaction en France, depuis la Révolution, ont été animés, conduits par l’Eglise catholique. C’est par l’Eglise qu’en 1850, en 1873, les partis de droite ont mené leur bataille de réaction sociale. Sans l’Eglise, leur troupe bigarrée se serait aussitôt dispersée. C’est l’Eglise qui les a menés au combat en un front unique et discipliné.Tout annonce qu’il en sera de même, en d’autres modalités, aux élections générales de 1928.

Ce n’est point pour nos beaux yeux que le pape actuel, politique avisé, a procédé, à l’égard de la République française, à un ralliement d’un nouveau genre. Cela a consisté à intervenir dans nos luttes politiques intérieures pour mettre hors de combat certains extrémistes de droite et tuer un royalisme qui est mort depuis longtemps en France, et qui, même si on le ressuscitait artificiellement, ne peut offrir aucun espoir solide au pape ni faire courir aucun danger sérieux à la République. Le pape ne donne rien pour rien. Ce qu’il veut, c’est saper peu à peu la laïcité en France, parce que c’est en France qu’elle est le plus redoutable, y étant la plus parfaite, la mieux organisée. La France est dans le monde la grande puissance laïque, la seule qui soit fière et franche. Pour l’Eglise, c’est un exemple funeste et à détruire. Pour atteindre la République laïque, il faut atteindre d’abord l’école laïque c’est à-dire atteindre l’avenir.

D’où cette campagne contre l’école laïque, campagne concertée, campagne sournoise ici, effrontée là, et dont l’arme principale est la calomnie, ce gaz empoisonné. Systématiquement, dans les départements de l’Ouest, on discrédite les instituteurs et les institutrices publics par d’odieuses légendes, A l’aide du mensonge, on vide les écoles de la nation. On essaie d’habituer l’opinion et l’idée d’une proportionnelle scolaire, qui aurait pour but et pour .résultat de faire payer par la République les frais des écoles où on éduque les enfants contre la République.

Ce même pape, qui chez nous condamne l’Action Française, favorise en Allemagne les ultra-nationalistes, leur facilite l’accès au pouvoir. Contradiction ? Duplicité ? Non I II espère obtenir ainsi que dans les régions catholiques du Reich, l’école confessionnelle, qui est l’exception par rapport à l’école simultanée, devienne la règle, et que ce soit l’école simultanée qui devienne l’exception. C’est la même politique contre la laïcité que, par des gestes différents, le pape soutient en Allemagne, comme en France, comme partout, Il joue son jeu. Jouons le nôtre en nous défendant. Le danger est sur nous, sous nous, à côté de nous, sournois et agissant. On veut, je ne saurais trop le répéter, cléricaliser la France par l’exemple de l’Alsace, au lieu de laïciser l’Alsace par l’exemple de la France.

Si une majorité modérée, conservatrice sort des prochaines élections générales, voilà la République que nous fera l’Eglise. Ce danger, — qui ne se voit à plein que dans certaines régions de la France, — c’est un devoir de le dénoncer à toute la France. Car le dénoncer, c’est déjà presque le conjurer. Masqué, le cléricalisme pourrait triompher, par un coup de surprise et d’équivoque. Démasqué, il est déjà moins dangereux. Il y a dans le peuple français un fond historique et solide de laïcité, et, dès qu’il voit le piètre dans la politique, ce peuple se cabre. Mais encore faut-il qu’il le voit, qu’on le lui signale. Si on ne l’avertissait pas, occupé comme il l’est à son travail, il pourrait être pris an piège. Averti, et si ses chefs républicains sont unis, il déjouera encore une fois la conspiration clérico-conservatrice. A. AULARD. Républicain»

D’après Le Citoyen du jeudi 26 mai 1927, n°21, 20è année.

Lorsque l’on retrouve trace des associations des anciens élèves des écoles normales de Quimper…

dans Le Citoyen du jeudi 5 mai 1927 (affaire à suivre…)

Cliquer ici pour télécharger le document :
ASSOCIATIONS DES ANCIENS ÉLÈVES DES ÉCOLES NORMALES DE QUIMPER

La défense des Lois laïques en Finistère en mai 1929 : l’annonce du meeting du Comité départemental de défense laïque du 15 mai, dans Le Citoyen du 5 mai

Cliquer ici pour télécharger le document :
COMITE DE DEFENSE LAÏQUE DU FINISTERE

Lorsque l’ENG de Quimper fut réquisitionnée par l’occupant allemand pour « recueillir » les officiers de l’armée française en débâcle, avant et après le soi-disant armistice du 22 juin 1940

Cliquer ici pour télécharger le document :
L’armée allemande dans le Finistère d’après Le Citoyen du 28 juin 1940

Posts Navigation

ABONNEMENT

Inscrivez-vous ci-dessous pour être averti par mail quand un nouvel article paraît dans la rubrique actualités :

ARTICLES