SAUVEGARDER & VALORISER

Les trousseaux des lauréat(e)s des concours d’entrée dans les Ecoles Normales du Finistère (années 60)

Les visiteurs trouveront dans le document 1  les commentaires  d’une adhérente de l’Association, ancienne normalienne, ayant constaté la charge qu’avait représenté pour ses parents la constitution de son trousseau. La liste de référence (document 2) a fait l’objet d’annotations relatives aux prix payés. Ils découvriront ensuite (document 3 et document 4) les éléments  relatifs au trousseau obligatoire des normaliens .
Ils sont,à leur tour sollicités,  pour tenter d’établir le montant du dégrèvement pour frais de trousseau accordé  aux parents des élèves admis aux concours d’entrée dans les écoles normales , dans les années 60.

La lettre circulaire du  Directeur de l’ENG aux lauréats du Concours d’entrée de juin 1968…

les visiteurs prendront connaissance ici des recommandations du Directeur, s’agissant des parcours de formation proposés aux futurs élèves-maîtres :

Des taupes jésuites au séminaire laïque de Roz Avel.

Comme nous l’avons déjà illustré sur asvpnf.com,1929 fut une mauvaise année pour l’ENG de Quimper… les trois promotions de normaliens ayant été mises à pied pour rébellion (pendant 3 semaines). Notre institution s’en sortit affaiblie alors que nos adversaires surent saisir des opportunités pour s’installer dans la place. 
Les lecteurs intéressés prendront connaissance des titres d’une série de 5 articles relatifs au « noyautage » de l’ENG parus dans les numéros de juillet et août 1929 du Citoyen (document 1). Ils en trouveront les approfondissements dans le document 2. Ils ne manqueront pas de rapprocher ces évènements et leur signification en termes de guerre scolaire  fde ceux relatifs aux davidées qui eurent cours dans diverses ENF de France .

L’album-souvenir de Guy GANDOUIN et le fonds photographique y afférent accessibles sur le site

Cet objet, révélateur de notre « petit patrimoine », a fait l’objet d’un contrat de cession de ses droits patrimoniaux détenus par Mme Nicole Gandouin(ayant-droit) au profit de l’ASVPNF.
Conformément aux termes de ce contrat, il a fait l’objet d’une reproduction complète par un procédé numérique afin d’être représenté sur le site internet de l’Association. Les visiteurs intéressés pourront en prendre connaissance à la suite de cet article. Ils ne manqueront pas de saluer l’investissement personnel de Jean-Claude Poupon, secrétaire de notre Association, pour tous les travaux préparatoires effectués. Ils trouveront ci-dessous la présentation qu’il propose pour ce bel ouvrage:

 » Il y a quelques mois, Mme Nicole Gandouin a confié à notre ami Jean Morvan un gros registre noir de grand format. En prenant connaissance du contenu, Jean a été enthousiasmé : 11 années de résultats sportifs consignés à l’issue des rencontres multisports des normaliens, allant de l’année 1960-61 à l’année 1970-71. Chaque normalien qu’il soit acteur ou spectateur avait pour objectif de lever haut les couleurs de l’Ecole Normale d’instituteurs de Quimper.

L’épopée de l’équipe de football qui s’était hissée en demi-finale du championnat de France ASSU battue par les « pro » de l’ENSEP, les succès des équipes de handball qui trustèrent durant plusieurs années les titres de champions d’académie avant d’échouer de justesse aux championnats de France sont restées gravées dans nos mémoires.

En fin de registre, l’année 70-71, les compositions des équipes sportives sont vides. Il semble encore possible de retrouver les noms des camarades impliqués notamment dans les articles de presse. Nous sollicitons votre aide et restons à votre écoute pour établir les listes et compléter le grand livre du sport normalien quimpérois.

Monsieur Gandouin a compilé toutes ces données durant 11 années ! (ceci correspond à 14 ou 15 promotions). La fin du recrutement des normaliens en seconde en 1969, a mis un terme à cette collecte de résultats. Merci Monsieur Gandouin d’avoir écrit l’histoire sportive de notre adolescence.

Le bureau de l’Association, lors de sa réunion de janvier2018, a nommé Mme Nicole Gandouin Membre d’Honneur de l’ASVPNF pour la remercier de nous avoir fait don du recueil tenu par son père. « 

GANDOUIN-BIOGRAPHIE
GANDOUIN-60-61
GANDOUIN-61-62
GANDOUIN-62-63
GANDOUIN-63-64
GANDOUIN 64-65
GANDOUIN 65-66
GANDOUIN 66-67
GANDOUIN 67-68
GANDOUIN 68-69
GANDOUIN 69-70
GANDOUIN 70-71

Les combats du Syndicat de l’Enseignement laïque du Finistère en1934

Les visiteurs prendront connaissance ci-dessous d’un bref communiqué revendicatif paru dans les colonnes de Le Citoyen du 6 décembre 1934 en cliquant ici.

Restrictions budgétaires et répression contre les élèves-maîtres sortants et les instituteurs publics en 1934

Les visiteurs pourront consulter en cliquant ici un document où le sénateur Le Bail révèle à la presse des informations sur le devenir des normaliens et normaliennes  en fin de scolarité. Ils y découvriront également :
– La protestation du  Comité de Défense Laïque du Finistère contre les mesures de répression exercées à l’égard des instituteurs suite à la tenue de leur Congrès…
– Le bref communiqué paru en août 1934 sur « L’Ecole Laïque sacrifiée ».

Défense et Action Laïques en Finistère ; quelques repères sur la période de l’entre deux guerres

Le combat pour l’école laïque fut (et demeure) rude en Finistère. Les principes fondateurs de la 3è République, la Loi de Séparation des églises et de l’état ne furent appliqués qu’à grand peine. Il s’agit ici de rapporter et de rappeler avec toute la déférence et l’admiration nécessaires quelques aspects de l’œuvre militante et pionnière de nos aînés – en accueillant sur notre site qui est aussi le leur – la reproduction de quelques uns de leurs écrits, témoins de l’âpreté de leurs luttes clairvoyantes. Nous en avons tous été, peu ou prou, les bénéficiaires. Il est plus que jamais nécessaire de faire connaître leurs expériences, d’en tirer les enseignements  pour les temps présents et de les transmettre aux générations montantes.
Les lecteurs intéressés découvriront ci-dessous  :
Document 1: Défense laïque.Quelques textes de référence en matière de laïcité
Document 2 : La copie du bandeau  d’en-tête du premier numéro de l’organe trimestriel « La Défense  Laïque » (1923) du Finistère et le texte de l’éditorial de Ernest Lavisse.
Document 3 : Les copies de trois numéros de « Défense (et Action) Laïque(s) » de 1934, l’année de tous les dangers pour la laïcité.

« Mistri-skol laïk » : les maîtres de l’école laïque du Finistère confrontés aux turpitudes de 1934, prémices de la fin  de la Troisième République ! 

Les visiteurs du site découvriront ci-dessous une première parution en langue bretonne qui fut, pour nombre de ces instituteurs et institutrices leur langue maternelle. Mais on sait que la seule et unique langue des hussards noirs de la République était le français et il n’était pas question d’en déroger. On sait aussi que la liberté d’expression et notamment celle de la presse qui en dérive (loi du 29 juillet 1881) fut exploitée à leurs dépens par certains journaux privilégiant le breton.

Pour illustrer cette situation, les visiteurs intéressés trouveront un article extrait de Le Courrier du Finistère du 8 décembre 1934 intitulé : « Petra sonj mistri-skol publik a zo diwarbenn servicha ar Vamm-Bro ».

Difficilement numérisé, cet article fut remis en forme par l’un de nos amis* qui a, de plus, accepté d’en donner la traduction française : « Que pensent certains maîtres d’école à propos de servir la mère-patrie ? ».

On y trouvera des propos calomnieux, voire diffamatoires stigmatisant les instituteurs publics sous la plume acérée d’un journaliste qui, au demeurant, se réclame de Pierre (Per) et Pau l(Paol), les deux apôtres piliers de l’église catholique…

Cliquer ici pour télécharger l’article et sa traduction en cliquant


*Que Marcel Diouris –dont le frère fut élève-maître à l’ENG de Quimper- soit remercié pour l’exemplarité de sa contribution.

Quand l’Ecole Publique et la Laïcité étaient malmenées, en 1934, dans le canton de Plogastel-Saint-Germain (F-29710)

Un « plosgastelliz » témoigne de son inquiétude et de son amertume en première page de l’hebdomadaire Le Citoyen. Les visiteurs pourront prendre connaissance ci-dessous des effets pervers de la « guerre scolaire », tels qu’ils furent vécus dans un des cantons du Finistère.

Que sont donc devenus  les  normaliens et  les normaliennes des promotions 1936-1939?

La question fait suite à la parution récente sur ce site de « Avoir 20 ans en 40 ». En effet quelques semaines après leurs « fuites » respectives; intervint le déclaration de guerre  de la France à l’Allemagne du 3 septembre 1939. Les informations et témoignages les concernant restent ténus . Un appel est lancé de façon que des témoignages et documents les concernant puissent être recueillis et valorisés. Si les normaliennes avaient baptisées leur promotion 1936-1939 du nom hautement prémonitoire « Comme l’Eclair », l’intitulé et la composition de la promotion ENG restent inconnus.
En attendant  la mise à jour  d’éléments objectifs associés à  l’histoire de leurs premiers contacts avec l’état de guerre, les visiteurs intéressés par les débuts de la « drôle de guerre perdue avant de l’avoir livrée » trouveront  une déclaration de Albert Le Bail (député du Finistère) en date du premier septembre 1939 (document1) et  une copie de la première page du journal Le Citoyen* (ou de ce qu’il en restait), paru le 8 septembre 1939 (document 2). Celle-ci fait état des premiers évènements militaires d’une guerre qui allait faire des ravages.
* Organe Hebdomadaire de Défense Laïque et d’Action Républicaine

Posts Navigation

ABONNEMENT

Inscrivez-vous ci-dessous pour être averti par mail quand un nouvel article paraît dans la rubrique actualités :

ARTICLES