Célestin Perrigault (dit Tintin), ancien normalien de Rennes et de Quimper, décoré de la Légion d’Honneur, pour son implication dans la Résistance

Normalien de l’ENG de Rennes, ayant achevé sa formation d’Instituteur à Quimper et en Finistère pendant l’occupation allemande, notre camarade a reçu l’insigne de Chevalier de la Légion d’Honneur, dans les salons de l’Hôtel de Ville de Rennes, le 4 août 2018.
Les visiteurs intéressés pourront retrouver sur site un article du récipiendaire intitulé « Pérégrinations finistériennes d’un normalien de Rennes pendant les années de plomb (1940-1945) » et prendre connaissance d’un article de presse concernant la remise de cette distinction (Document 1).
L’association lui adresse ses sincères félicitations.

Le nouveau chanoine de Latran

Quand le premier et unique  chanoine honoraire E. Macron met en cause la laïcité, la loi  de séparation des églises et de l’Etat de 1905 reste et doit rester DEBOUT !
Les visiteurs intéressés par ce sujet brûlant pourront consulter ci-dessous un texte de Albert Ricchi paru dans Cent Papiers du 3 juillet 2018 (www.centpapiers.com) et l’éditorial de Jean-Sébastien Pierre dans Libre Pensée 35 ( n°75 , 2è trimestre 2018) :

L’enseignement  laïque obligatoire des faits religieux

 « L’enseignement laïque des faits religieux est inscrit dans le socle commun de connaissances de compétences et de culture. Il décrit et analyse les faits religieux comme éléments de compréhension de notre patrimoine culturel et du monde contemporain, à travers les disciplines comme l’histoire, les lettres, l’histoire des arts, l’éducation musicale, les arts plastiques ou la philosophie ». La mise en oeuvre de  ces principes beaucoup de rigueur sous peine  de  verser dans une sorte de prosélytisme au profit de certaines obédiences religieuses .
Sur ce sujet d’actualité, les visiteurs intéressés pourront consulter en cliquant ici une mise  en garde écrite par Mme la Présidente de l’APPVER * et l’un de nos adhérents.
* APPVER : Association Pour la Promotion et la Valorisation de l’Ecole de la République

Appel à manifester pour déjouer les attaques incessantes contre la Loi de Séparation des églises et de l’Etat (Loi du 9 décembre 1905, portée par Aristide Briand)

La défense de l’Ecole Laïque Républicaine et de ses maîtres ne peut se concevoir et s’exercer que dans l’observance, sans concession, des termes de cette Loi et de la laïcité institutionnelle qui en dérive (constitution de 1958). C’est l’objet essentiel de notre Association.       
Aussi, est-ce sans réserve qu’elle apporte son soutien à la démarche initiée par la Fédération Nationale de la Libre Pensée pour la sauvegarde des acquis de la Loi de 1905.
Dans le texte que les visiteurs du site pourront consulter en cliquant ici, ils sont cordialement invités à participer à la manifestation nationale qui aura lieu sur ce thème à Abbeville (Somme), le samedi 30 juin 2018 à 15h.

Harmonie de l’ENG  de Quimper… Souvenirs ! Appel à contributions

Son fondateur, André CORBIQUE (promotion ETINCELLE, 1954-1958), a pris l’initiative  de reconstituer son histoire en vue d’une publication illustrée à insérer sur le site de l’Association. On sait que ce fut un « objet éphémère » et nous sommes nombreux à le regretter.  
Notre collègue, adhérent de notre Association, souhaiterait pouvoir bénéficier  de la collaboration non seulement de ceux qui lui succédèrent dès 1958 à la responsabilité de ce groupe mais aussi de celle de tous les « artistes en herbe »  qui eurent la chance d’y exprimer ou d’y découvrir leurs talents musiciens. Leurs témoignages (datés), leurs photos souvenirs, les photos de leurs instruments , les copies des partitions, les titres des répertoires, les enregistrements… les articles de presse et les éléments matériels concernant la fin de vie de l’Harmonie et le devenir des instruments -propriétés de l’ENG- sont attendus. Ils demeurent des éléments matériels (voire immatériels) de notre patrimoine normalien.  Il nous appartient  de les identifier, d’en faire ressortir la signification tant qu’ils restent  accessibles et d’en assurer la  transmission.
Toutes les contributions directes ou indirectes sont à adresser  à André Corbique : ya.corbique@laposte.net

Ite, non jam missa est (la messe n’est plus dite).

Les lecteurs intéressés par ce titre pourront prendre connaissance, en cliquant ici dans le communiqué des fédérations de la Libre Pensée de Meurthe-et-Moselle et de la Moselle, des tribulations concordataires récentes ayant cours à l’ Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education (ESPE), partie intégrante de l’Université de Lorraine.

Nouvel avatar de la laïcité républicaine

A la tribune  de la conférence des évêques de France réunie  le 9 avril 2018 au Collège des Bernardins à Paris, le Président de la République Française a tenu des propos qui, tout en faisant diversion, ne manquent pas se susciter des interrogations chez les citoyens pour qui la laïcité  constitue le pilier essentiel de nos institutions publiques républicaines .
Les visiteurs trouveront ci-dessous quelques indications salutaires pour refonder (si nécessaire) leur conviction  sur ce plan :
Le lien suivant les conduira à des définitions  qu’on ne peut mettre en cause :
La laïcité repose sur trois principes et valeurs : la liberté de conscience et celle de manifester ses convictions dans les limites du respect de l’ordre public, la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses, et l’égalité …
Ils pourront aussi, s’ils le souhaitent,retrouver sur ce site le texte intégral de la Loi de  SEPARATION des églises er de l’Etat du  9 décembre 1905 , adoptée à l’initiative de Aristide Briand.
Cette Loi ,toujours en vigueur, reste d’une toute particulière  actualité . Ses articles 1 et 2 sont transcrits ci-dessous :
• Article premier. La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public.
• Article 2. La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l’État, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l’exercice des cultes. Pourront toutefois être inscrites auxdits budgets les dépenses relatives à des services d’aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels que lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons. Les établissements publics du culte sont supprimés, sous réserve des dispositions énoncées à l’article 3…