Max raconte ses exploits de jeunesse : Une relation précoce et momentanée au tabac .

Initiation  précoce au tabagisme,  addiction à la nicotine  confortée pendant ses études normales et sevrage salutaire en début de parcours professionnel…  le récit des moments marquants de l’expérience  d’un ancien adepte de la « cibiche » ..
Sur ce thème les visiteurs pourront consulter  deux fichiers :
Fichier 1 (pdf). A propos du Tabac et du tabac .
Fichier 2 . L’addiction  par André Le Goff.

Anciens élèves-maîtres, nostalgiques de la « petite reine »…

Les deux protagonistes en question, amoureux inconditionnels de « la petite reine », invitent les visiteurs de ce site à consulter le récit de leurs exploits  cyclistes respectifs accomplis-sans concertation préalable- à différents moments de leurs  parcours d’enseignants. Leur cursus normalien, effectué au début de la seconde moitié du 20è siècle ne les préparait pas particulièrement  à une utilisation ludique ou sportive de la bicyclette. En  effet leurs enfances   s’étaient déroulées dans les campagnes finistériennes au moment de l’occupation allemande  où pour des raisons stratégiques ( ?) les vélos en bon état de marche avaient « disparu » de nos contrées. Ce n’est qu’à partir  de la Libération qu’il leur fut donné d’ expérimenter  les joies de la bicyclette  au moyen de nouvelles machines (aux marques restées dans les mémoires telles Stella, Mercier, Glorius, Gitane ou de celles  retrouvées, parfois comme par enchantement, après la fuite  de l’occupant…Mais il faut bien le reconnaître, à l’époque  la bicyclette demeurait un  objet précieux que l’on ne confiait  pas facilement aux enfants. On était encore loin  des plans vélos et autres activités cyclistes développées dans les écoles et les collectivités à la faveur de divers plans citoyens et écologiques de développement durable. On parle désormais du vélo de fonction  mis à disposition des travailleurs en entreprise , vélo devenu un vecteur de décarbonation (quel vocabulaire !) des déplacements des salariés.

Mais la popularité de leur « petite reine »  tient aussi au développement du sport cycliste initié qu’il fut par le Tour de France  (inventé en 1903)  et popularisé par un magazine tel « Miroir Sprint »créé en 1946 par d’anciens Résistants et  dont les images furent fondatrices pour  nos deux protagonistes  et nombre de leurs comparses. Certes  ledit journal glorifait la vision mythique des champions exemplaires des routes du Tour de France suscitant engouement, vocations cyclistes et cyclopédestres. Ce n’était point le temps de l’assistance électrique c’était celui des « jarrets bien garnis » « construits à dure enseigne ».

On renverra les visiteurs à l’évocation poétique de la « petite reine » en les orientant vers l’adresse du   Petit Braquet   (Cf.  https://www.lepetitbraquet.fr/chron24_Michaux.html)

et : https://www.lepetitbraquet.fr/bicyclette-et-poesie.html.)

Ils y apprendront avec Aristide Bruant que :

« Le bicycliste a le cerveau tranquille,
Bon estomac, excellent appétit,
Loin des tracas et du monde imbécile,
Il est toujours frais de corps et d’esprit.
Pédalons donc tous autant que nous sommes,
Tournons, virons, courons dur et longtemps,
La bicyclette améliore les hommes,
Et l’on vivra bientôt jusqu’à cent ans. »

Et avec Jean Mélis que :

« Je sais que toi, ma petite reine,
Ma compagne fidèle et docile,
Comprenais que hors du domicile
On pouvait oublier soucis et peine.

Toujours tu seras au fond de mon cœur
Et ensemble dans notre garage
Nous évoquerons notre jeune âge
Et retrouverons un peu de bonheur.

Tu n’es qu’une simple bicyclette
Mais nous pourrons toujours nous comprendre,
Nous aimer et converser ensemble
D’une façon simple et muette. »

Mais … « petite reine » de quoi, au juste ?

Cette expression remonte au XIXe siècle et tire son origine dans l’histoire des Pays-Bas, au temps du règne de Wilhemine d’Orange Nassau . En effet en 1890, en succession à Guillaume III, la reine, âgée de 10 ans à peine, est à la tête de l’Etat néerlandais.

« Quelques années plus tard, la Presse française en visite, souligna la drôle habitude qu’avait la reine de se déplacer à vélo dans le royaume. C’est ainsi que l’expression «la petite reine à bicyclette » fut reprise par de nombreux journaux français et l’expression « la petite reine » fut adoptée par l’ensemble de la population pour désigner la bicyclette.  Wilhemine deviendra une icône non seulement dans l’histoire de son pays mais aussi dans l’histoire de la bicyclette française ! Mais les visiteurs intéressés trouveront une définition plus complète en se rendant à l’adresse :https://www.sudouest.fr/archives/tour-de-france-2023-pourquoi-le-velo-est-il-surnomme-la-petite-reine-15882253.php. où on remonte à l’histoire de Wildemine en passant par celles du poète  Edmond Haraucourt et du journaliste sportif Pierre Giffard,inventeur du Paris-Brest-Paris de 1200km en 1905 !

Ce sont donc  les contributions originales de nos deux compères de l’ENG de Quimper  qui nous ont orienté vers ces aspects historiques et parfois romantiques de l’histoire de  la « petite reine ». Nous leur savons gré  de nous avoir permis d’évoquer ces effets collatéraux  ayant imprégné durablement tant nos scolarités normaliennes que nos cursus professionnels.

Les visiteurs pourront consulter les deux fichiers suivants d’un simple clic gauche .Ils nous sont parvenus  dans l’ordre de leur présentation :

Fichier 1. Les cyclo randonneurs par André Le Goff.

Fichier 2. Souvenirs vélocipédiques  par Pierre Guinamant, agrémentés d’ un crobar de Max.

Que nos amis André Le Goff et Pierre Guinamant soient chaleureusement remerciés pour leurs nouvelles contributions.

Pierre-Jakez Hélias notre Professeur, ethnologue de cœur.

Il était naturel que  la mémoire de celui qui fut notre vénéré  professeur de  français à l’Ecole normale d’Instituteurs de Quimper et l’importance de son œuvre pour  représenter l’âme et la langue bretonnes  puissent donner lieu à de nombreuses parutions sur ce site .

Il  était, sans aucun doute, moins bien préparé à accueillir la signification remarquable que pouvait revêtir son  œuvre sur le plan de l’ethnologie, celle-ci étant prise  au sens de « l’étude explicative et comparative de l’ensemble des caractères de groupes humains, particulièrement des populations  primitives , qui tente d’aboutir à la formulation de la structure et de l’évolution des sociétés » (https://www.cnrtl.fr/definition/ethnologie).

C’est une publication récente de Fañch Broudic, parue le 6 février 2024 dans son blog revue www.langue-bretonne.org qui  a largement ouvert nos perspectives en la matière et nous l’en remercions chaleureusement. Ladite publication  faisait suite à la disparition à 101 ans de Jean Malaurie, ancien Directeur de recherches au CNRS, devenu titulaire de la chaire d’ « Anthropologie et écologie arctiques » à l’EHESS et fondateur de la mythique collection «Terre humaine». Jean Malaurie en effet, géographe-physicien devenu  ethno-historien mondialement connu, avait découvert non seulement l’œuvre de P-J. Hélias mais aussi l’homme  sage, quêteur et éveilleur de mémoire qu’il fut.

Nous rappellerons tout d’abord la teneur des  hommages qui furent rendus à Jean Malaurie et à son oeuvre emblématique. Ainsi s’exprimaient à ce propos :

 Romain Huret,président de l’EHESS :

https://www.ehess.fr/fr/hommage/hommage-jean-malaurie

 « L’EHESS a appris avec une profonde tristesse la disparition du géographe et anthropologue Jean Malaurie, explorateur du Grand Nord, le 5 février 2024.En 1990, les éditions Plon publient un livre sobrement intitulé Pour Jean Malaurie. De Jacques Le Goff à Claude Lévi-Strauss, le sommaire se lit comme une cartographie française des sciences sociales des années d’après-guerre. C’est dire l’exceptionnel apport du fondateur du Centre d’études arctiques à la recherche, et ces quelques lignes ne feront que l’esquisser. Formé à la géographie et à la géomorphologie, il découvre ces terres lointaines en 1948 lors d’une expédition conduite par Paul-Emile Victor. À vingt-quatre ans, il se passionne pour un terrain qu’il cartographiera avec patience tout au long de sa vie. Sur place, au contact des populations, il forge une méthode, empruntant à toutes les sciences sociales dans une féconde pratique interdisciplinaire. Son premier livre, Les Derniers Rois de Thulé (1955), en fait la brillante démonstration. Cette publication marque également la naissance de la collection « Terre Humaine » aux éditions Plon. Le directeur de recherche au CNRS rejoint notre établissement dès 1975 avec une chaire intitulée « Anthropologie et écologie arctiques ». Dans nos murs, il peaufine sa méthode anthropo-géographique et son œuvre, inventive, attentive aux autres, ouverte à la diversité des mondes. En notre nom à toutes et tous, j’adresse mes plus sincères condoléances à ses proches et à sa famille. »

France Info avait déjà souligné que le géographe-physicien “Jean Malaurie fut le premier homme au monde à avoir atteint le pôle géomagnétique Nord avec deux traîneaux ( le 29 mai 1951). Au cours de cette aventure, il découvre à Thulé une base militaire américaine pour bombardiers nucléaires ! Celui qui est devenu un ethno-historien mondialement connu s’élèvera contre cette implantation, réalisée sans avoir consulté la population locale. cf.(https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/13h15/13h15-du-samedi-11-juillet-2015_983339.htm)

Samuel Etienne ( In le Dictionnaire prosopographique  de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes) cf. https://prosopo.ephe.psl.eu/jean-malaurie) :

 « la carrière de Jean Malaurie a été consacrée à des études de géomorphologie polaire (météorisation, structures dynamiques d’éboulis), d’anthropogéographie arctique dans un esprit animiste et à l’étude du développement des populations Inuit et nord-sibériennes. Le travail de recherche de Jean Malaurie commence en 1948 et 1949, à la suite de sa nomination, par son maître Emmanuel de Martonne (Académie des Sciences), en tant que géographe-physicien aux deux expéditions de Paul-Émile Victor sur la côte centre-ouest du Groenland (inlandsis et secteur déglacé). Fin 1949, Jean Malaurie démissionne, l’Académie des Sciences ayant décidé, par cohérence avec le programme antarctique, de supprimer toute étude des sociétés humaines au Groenland. L’hiver 1948-1949 et l’hiver 1949-1950, il effectue une mission solitaire CNRS dans le Hoggar à 2800 mètres d’altitude pour étudier la desquamation des roches et la géomorphogénie des éboulis dans un climat désertique aux données thermiques inverses du nord du Groenland. En 1950-1951, le directeur du CNRS charge Jean Malaurie d’une mission solitaire de géomorphologie et de géographie humaine à Thulé, dans le nord du Groenland. Le 29 mai 1951, au cours d’une mission de reconnaissance géomorphologique sur l’inlandsis, il est le premier homme à atteindre, en deux traîneaux à chiens, le pôle géomagnétique en compagnie de Kutsikitoq, son fidèle compagnon Inuit. « L’homme qui parle aux pierres », comme le désignent les Inuits, apprend petit à petit à écouter les réponses des roches, de la végétation, appuyant ses réflexions de géomorphologue naturaliste sur les relations qu’entretiennent les Inuits avec leur territoire, relations de parenté et de courtoisie vis-à-vis du monde animal, minéral, végétal, au cœur même de la pensée chamanique. Le 9 avril 1962, il défend à la Sorbonne une thèse principale de géomorphologie climatique et quantitative, et une seconde thèse dite complémentaire d’anthropogéographie démographique et d’étude animiste. Jusqu’en 1990, Jean Malaurie a assuré trente et une missions arctiques : Groenland, Arctique canadien, Alaska et Tchoukotka. En 1990, il est directeur scientifique de la première expédition franco-soviétique en Tchoukotka qui permettra d’étudier l’Allée des baleines, préalablement découverte par des archéologues soviétiques en 1976 et qui sera reconnue, après les travaux de Jean Malaurie sur l’esprit Yi-King de la répartition numérique des crânes de la baleine sur le littoral, comme un haut-lieu chamanique, une « Delphes de l’Arctique ».

-Monde des grandes écoles et universités : « Jean Malaurie est assurément un des très grands hommes de sa génération. Refusant le STO en 1942, il entre en Résistance à 21 ans. Revenu du maquis, magnétiquement, d’abord avec l’expédition Paul-Emile Victor, puis seul, dans des conditions de vie extrême. La rencontre des peuples de l’Arctique, ignorés jusque-là, modifiera considérablement cet esprit scientifique, Grand Officier de la Légion d’honneur depuis cette année. Alors que sa Lettre à un Inuit de 2022 est sur le point de paraître, il a accepté de donner au Journal des Grandes écoles une de ses très rares interviews. »Cf. https://www.mondedesgrandesecoles.fr/rencontre-avec-un-homme-ocean/

– Pour revenir  à notre ancien Professeur et à sa rencontre avec Jean Malaurie on peut se rendre à l’adresse  https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre-J   akez_H%C3%A9lias   pour y découvrir       que  « Le Cheval d’orgueil fut écrit à la demande de Jean Malaurie et publié en 1975 dans la collection Terre humaine . Ce récit de son enfance lui donna une célébrité nationale,alors qu’il suscitait  des critiques virulentes de la part de Xavier Grall dans Le Cheval couché et, bien plus tard, de Jean Rohou dans Fils de ploucs, écrit aussi en réaction au Cheval d’orgueil. »

Quoi qu’il en soit il bénéficiait de la reconnaissance scientifique de l’ethnologue Jean Malaurie et c’est cet aspect de la notoriété de Pierre-Jakez Helias qui est mis en évidence par Fañch Broudic dans l’article  intitulé :

« Quand l’ethnologue Jean Malaurie

a rencontré

la Bretagne de Pierre-Jakez Hélias »

que nous  avons reproduit, avec son acco, de façon à le représenter sur le site asvpnf.com . Il est accessible directement  en cliquant sur Document 1 ou en se rendant à l’URL : http://www.langue-bretonne.org/archives/2024/02/06/40198558.html

On notera   que la rencontre intellectuelle entre  Malaurie et Hélias a été mentionnée récemment dans un article rendant hommage à Malaurie paru dans Le  Canard enchaîné du 14 février 2024 et dont la copie (Document 2 ) nous a été  adressée par un fidèle lecteur de cet hebdomadaire, ancien  élève de l’Ecole normale de Quimper !  On ne manquera pas plus de rappeler que  Michel Troadec dans Ouest–France du 6 février 2024 soulignait : « De Jean Malaurie, Pierre-Jakez Hélias avait dit, dans les colonnes de ce journal  en décembre 1978 : « Il a réalisé le tour de force de me faire écrire un livre… moi qui n’en avais jamais écrit.» avant d’ajouter : « Jean Malaurie a une façon d’autant plus convaincante de présenter les choses que sa façon de les voir est contraire à l’universitaire. » (Cf. https://www.ouest-france.fr/culture/livres/jean-malaurie-avait-decouvert-pierre-jakez-helias-51e82ece-c4ff-11ee-8011-b976796527e7)

 

 Que Fañch Broudic soit chaleureusement remercié de  nous avoir permis cet emprunt et d’avoir ainsi contribué à la reconstitution de la mémoire normalienne quimpéroise .

Les bons mots de Jakez

Un fidèle visiteur de ce site –  souhaitant conserver l’anonymat- nous a fait remarquer que la rubrique ayant trait au cabinet des curiosités normaliennes lui semblait vivre de ses acquis et qu’il était opportun de susciter de nouvelles contributions pour l’enrichir . Pour sa part, il a glané au fil de ses lectures un certain nombre de pensées  et  citations de son ancien Professeur de « français »  à l’Ecole normale de Quimper (F-29000).Il considère qu’elles sont de nature à  caractériser la « relation affective  privilégiée» instaurée entre le Professeur et les élèves-maîtres dont il fit partie au début de la seconde partie du 20è siècle. Les temps ont changé.

Les cours de Français dispensés par P.-J. Hélias (dit Jakez) aux normaliens des deux premières années du cursus normal étaient souvent ponctués  du récit d’anecdotes  vécues pendant son enfance en pays bigouden.  Ceci  contribuait sans doute à réconcilier les élèves-maîtres bretonnants avec les secrets et les beautés de la langue française.

Les visiteurs pourront consulteren cliquant ici ,  quelques un des bons mots de Jakez.

La peur un des moteurs de l’Histoire

par

Pierre Hénaff

Doyen d’âge de l‘ASVPNF

 

Le doyen d’âge de notre Association, Pierre Hénaff, un  des piliers de la Promotion En Avant (1942-1945), Ecole Normale de Garçons de Quimper, première promotion normalienne hors murs  du fait de la fermeture des lieux par Pétain et leur occupation par les troupes de l’occupant allemand, a repris la plume  en cet automne pluvieux et venteux.

Il  nous  livre avec un humour  teinté de nostalgie les leçons étonnantes qu’il a tirées d’un long cursus marqué par des progrès techniques et technologiques extraordinaires, par son engagement dans la conception et la mise en oeuvre de projets professionnels innovants  d’éducation populaire et par ses expérimentations plus personnelles.

Passionné  tant par les  problèmes de l’énergie et de sa gestion par les collectivités que par ceux  des mutations introduites par l’électricité en terme  de motorisation et de mécanique industrielle, il s’interroge avec réalisme sur  la nature  des  facteurs humains et sociétaux jouant un rôle déterminant dans ces progrès. Il parvient à l’idée de la fonction première de la peur comme  moteur de l’Histoire et de l’ histoire de nos sociétés.

Il a déjà porté un regard critique, au moment opportun, sur la peur du changement climatique et stigmatisé à différentes reprises l’irruption d’une véritable religion verte…  Cette peur aussi est partie prenante  dans les débats intellectuels actuels.  A ce titre on trouvera dans son propos souvent déroutant et ironique des allusions au retour aux énergies renouvelables  et notamment celles  résultant du cycle de l’eau. On notera aussi son adoption raisonnée et sans appel  de l’énergie nucléaire.

Au total il s’agit  pour P. Hénaff au-delà de la peur et de l’inquiétude qui sont le propre  de l’homme,  de garder le cap malgré les vents contraires et ceci exige de l’énergie et surtout un moteur. Faut-il rappeler que ce moteur c’est le cœur qui  n’a pas le droit au retour de manivelle et qui,  sans crier gare, fait circuler dans notre corps  près de 10 m3 de sang par jour. C’est le moteur de la vie !

Soulignons enfin que « la peur est la plus terrible des passions » . Si elle exerce « ses premiers effets contre la raison, elle peut paralyser le cœur et l’esprit ».  Dans un monde où tout s’accélère il est donc nécessaire de savoir la contrôler en restant, selon P. Hénaff, optimiste et confiant dans la recherche du  progrès social et l’innovation scientifique.

Les visiteurs de ce site, agréablement surpris par l’énergie de notre Doyen , pourront consulter son nouveau plaidoyer en cliquant ici. D’autres suivront !

MOËLAN en MAI

Dans la série inépuisable … 

« André Le Goff raconte »

réactivée  en cette  saison estivale  2023, les visiteurs de ce site pourront consulter le récit illustré  des « évènements » de mai 68  tels qu’il furent vécus par notre collègue , jeune instituteur public  de 30 ans, dans la charmante commune de Moëlan-sur-Mer (F-29150) où il exerçait son métier d’enseignant. Ils se  rendront  compte  que pour  la génération de l’auteur ayant connu l’occupation allemande, la seconde guerre mondiale, la Libération et les guerres de décolonisation , mai 68 fut une  insurévolution. Ils en découvriront des éléments fondateurs au niveau local  et ne manqueront pas de s’interroger sur la signification qu’ils revêtent dans les mémoires individuelle et collective .

Comment ne pas rappeler qu’au sortir de Mai 68, les vacances d’été étaient proches …et  que le slogan « Sous les pavés,la plage ! » était, avec d‘autres, à l’ordre du jour sur les barricades du quartier latin. Cependant la saison balnéaire et touristique paraissait compromise  notamment en Bretagne. En réalité elle fut  relativement animée ainsi qu’en témoigne la  photo d’une des plages de Moëlan-sur-Mer prise en juillet 68 et dont on  trouvera la reproduction  à l’URL : https://bcd.bzh/becedia/fr/loin-des-paves-la-plage-les-vacances-en-bretagne-pendant-l-ete-1968

 La copie du récit   d’André Le Goff (document 1) est  accessible en cliquant ICI : 

Document 1 .    « MOËLAN en MAI » par  André Le Goff , août 2023 (fichier pdf.)

Que notre fidèle contributeur soit chaleureusement remercié pour son témoignage sur Mai 68 . Il devrait en susciter d’autres…

Des leçons de l’histoire aux expériences de la vie

par

Pierre Hénaff

 

Pierre Hénaff, doyen inoxydable de l’ASVPNF et ancien élève-maître de l’ENG de Quimper -Promotion  En Avant 1942/1945 – au sortir de quelques problèmes de santé  a souhaité par une nouvelle contribution, tenter de faire  sortir ses associés et autres visiteurs de ce site de la torpeur estivale. Nous l’avons accueillie après bien  d’autres  déjà en ligne sur ce site, d’autant qu’en toute humilité   son auteur l’avait intitulée  « Réflexions » alors  qu’elle portait un regard singulier  sur un long cursus débuté, il y a belle lurette, dans une école publique créée  sous les auspices de la 3è République dans une  commune rurale du pays bigouden.

 Ceci correspondait au moment où, de retour sur ses terres, il était invité à participer à  la  « Fête des battages » qui se tenait à Pendreff en Pouldreuzic (F-29710).  Cette commune s’est donnée vocation , dans ses projets patrimoniaux, à mettre en valeur les progrès spectaculaires intervenus  en agriculture  notamment en matière de machinisme agricole (Cf.  « Le  Hangar du Patrimoine »  à l’URL :https://www.facebook.com/patrimoinepouldreuzic/?locale=fr_FR .  

La présence de notre aîné à cette manifestation  n’avait pas échappé à l’attention des journalistes  qui vinrent à sa rencontre pour l’interviewer. On pourra prendre connaissance du contenu de la coupure de presse correspondante en se rendant à l’URL ;

https://www.letelegramme.fr/finistere/pouldreuzic-29710/pierre-henaff-98-ans-apprecie-la-fete-de-la-moisson-6406768.php

Il y apparaît que P . Hénaff, fils de cultivateurs, titulaire du Certificat d’Etudes Primaires en 1937 devenu normalien en 1942 (l’année terrible) après un passage par l‘EPS se considère comme un privilégié d’avoir pu bénéficier  des enseignements fondateurs  de  l’école publique de la 3è République instaurée sous la houlette de Jules Ferry. Ladite école faisait référence  à la Science et à la Raison  et nul doute que son rôle émancipateur a largement contribué non seulement  à  former le  jugement de P. Hénaff sur le monde et sur l’agriculture mais aussi à la marche de cette dernière vers le progrès et  sa signification.

Les visiteurs pourront consulter l’article de Pierre Hénaff intitulé : « Des leçons de l’histoire aux expériences de la vie  » en cliquant ici .

Que Pierre Hénaff soit chaleureusement remercié pour ce nouvel article montrant, s’il le fallait, que parmi  les associés de l’ASVPNF  il demeure un adhérent actif exemplaire. On attend son prochain billet …