Parlons Français ! Que reste-t-il de la langue Française ?

Les visiteurs de ce site ont déjà eu l’opportunité de consulter  l’éditorial de Nicolas Pomiès  du n° 89 du magazine Ufal INFO  dévolu à notre langue nationale, celle-ci étant  considérée comme un outil d’unification  porteur de progrès et de liberté (Cf. https://asvpnf.com/index.php/2022/11/17/parlons-francais/)

A l’instar de N. Pomiès il nous faut,  plus que jamais, rester convaincus   des vertus citoyennes  de notre langue alors qu’elle aussi (comme l’Ecole publique) se trouve attaquée de «  toutes parts ».  Ceci est un signe de «  dépérissement de l’Etat à un moment où la communauté imaginée  et unie par la langue risque de se diluer, laissant place soit à des renfermements communautaires soit à des mobilisations nationalistes à la mesure de la nation ou limitées à  des communautés imaginées internes ».

Les visiteurs de ce site pourront consulter, en cliquant ici, l’article complet de N.Pomiès intitulé :

« Que reste-t-il de la langue française ? »

L’auteur y aborde la  question de l’origine et du devenir de la  langue française …
« Qu’est-ce qu’une langue interroge-t-il ? ». Selon lui, il s’agit d’ « un système de signes permettant l’intercompréhension à l’intérieur d’un groupe humain. Or il n’existe aucune limite claire, sur le plan linguistique, entre une langue, un  dialecte, un parler ou un patois : on parle au contraire d’un continuum linguistique ». Ceci conduira les visiteurs à découvrir une « petite histoire de la langue française ».
Nous remercions vivement Mme la Secrétaire de rédaction de Ufal INFO qui nous a autorisé à reproduire et à  représenter  cet article.

Quel est ce mystère ? Feignons de n’y être pour rien…

Le blogue de François Braize DECODA(NA)GES…. prénom CHARLIE reproduit ci-après le texte de Renée Fregosi, extrait de l’ouvrage collectif paru le 10 novembre 2022, « Penser Salman Rushdie » . « Cet  ouvrage entend se dresser contre toutes les lâchetés et bêtises face à l’immonde totalitarisme qui partout entend avancer ses pions (barbus)… et ses pionnes (voilées). On aime ce texte remarquable car aucun des coupables ou des complices n’est épargné, fût-ce même parmi certains de nos amis de gauche. L’insouciance n’est plus de mise, on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas car tous les éléments d’une analyse lucide sont présents, offerts, il n’y avait, il n’y a, qu’à s’en saisir ».

L’ouvrage « PENSER SALMAN RUSHDIE», dirigé par Daniel Salvatore Schiffer et paru le10 novembre 2022 aux Editions de  L’ Aube fait l’objet d’une présentation sur le site de l’éditeur ainsi libellée :

« 12 août 2022, État de New York : Salman Rushdie, sous le coup d’une fatwa depuis trente-trois ans, est grièvement blessé lors d’un attentat. Son crime, aux yeux des islamistes ? Être coupable de « blasphème » et d’« apostasie », pour avoir écrit Les Versets sataniques, roman devenu dès sa parution, en 1988, universellement célèbre. C’est donc pour défendre Salman Rushdie, son œuvre et sa pensée, mais encore nos valeurs démocratiques, la ­liberté et la tolérance, les droits de l’homme et de la femme, la dignité humaine, que cet ouvrage collectif réunissant des textes critiques et inédits de vingt-six auteurs majeurs voit le jour. Son titre, Penser Salman Rushdie, souligne qu’il s’agit aussi d’une réflexion plus approfondie qu’une simple succession d’hommages. Ainsi cet ouvrage, dans la lignée des intellectuels engagés, s’avère-t-il également un livre de combat contre toute tentation fasciste, au seul nom de la liberté et pour un nouvel humanisme. »

Daniel Salvatore Schiffer

On en trouvera  une présentation  plus détaillée   sur le site de la Fondation Jean Jaurès que les visiteurs pourront consulter  en se rendant à l’adresse :

https://www.jean-jaures.org/publication/penser-salman-rushdie/?post_id=38056&export_pdf=1

 Il y est souligné qu’il s’agit « d’un ouvrage collectif réunissant des textes critiques et inédits de vingt-six auteurs pour défendre l’écrivain, son œuvre et sa pensée, mais aussi nos valeurs démocratiques, la liberté et la tolérance, les droits et la dignité humains. Plus qu’une simple succession d’hommages, cet ouvrage se veut une réflexion approfondie et un livre de combat. »

  Les visiteurs pourront consulter, en cliquant ici, la contribution  de   Renée Fregosi intitulée :

 

« Salman Rushdie est également victime

de l’islamocomplaisance »

Ils pourront aussi  y accéder en se rendant  à l’URL :

https://francoisbraize.wordpress.com/2022/11/21/quel-est-ce-mystere/

On retiendra notamment que selon cette auteure  « l’ennemi en première ligne contre la laïcité aujourd’hui, c’est l’islamisme » . On condamnera avec fermeté  toute démarche où, « au cœur d’associations de défense de la laïcité, on se propose de défaire  les principes laïques au nom d’une laïcité « ouverte » fondée sur la  liberté religieuse  et non plus sur la liberté de conscience ».

Puisque la démystification a désormais eu lieu, faisons connaître le message dans nos environnements respectifs afin que chacun puisse en tirer des leçons pour l’immédiat et pour l’avenir !

Que François Braize , soit chaleureusement remercié de nous faire découvrir des  textes  aussi fondateurs et de nous autoriser à les reproduire sur ce site.

Parlons français

Tel est le titre  du n° 89 de Ufal INFO, le magazine  de l’UFAL Nationale paru au 2è trimestre 2022. Nous reproduisons ici ,avec l’accord explicite de l’UFAL, l’éditorial correspondant du Rédacteur en chef Nicolas Pomiès intitulé :

 

« (Re)parlons français ! »

Par des temps difficiles pour le devenir de nos institutions , notamment celui de l’Ecole, il était opportun sinon nécessaire de le mettre en exergue  sur l’une des pages de ce site dévolu  au patrimoine éducatif porté par notre langue nationale.

A l’instar de Nicolas Pomiès, on rappellera à ce propos la citation remarquable  de  Bertrand Barère (1794) :

« Je viens appeler aujourd’hui votre attention sur la plus belle langue de l’Europe, celle qui, la première, a consacré franchement les droits de l’homme et du citoyen, celle qui est chargée de transmettre au monde les plus sublimes pensées de la liberté ».

Bertrand Barère, avocat méridional, fut élu à la Constituante, puis à la Convention où il était  une des têtes politiques de la Plaine (la majorité des députés) avant de se rallier — comme elle et jusqu’au 9 thermidor— à la Montagne, menée par Robespierre. Bertrand Barère fut  l’un des orateurs les plus importants de la Révolution : l’énoncé de ses motions et de ses rapports occupe plus de douze colonnes du Moniteur, contre huit pour Robespierre et deux pour Danton. »(d’après Wikipedia :         https://fr.wikipedia.org/wiki/Bertrand_Bar%C3%A8re   )

On  voudrait aussi souligner  la recommandation finale  (re) fondatrice de l’éditorial de Nicolas Pomiès  aux « enseignants républicains conscients » :

« Pour cela la langue française est incontestablement un outil d’unification porteuse de progrès et de liberté lorsqu’elle est enseignée par des républicains conscients. C’est pour cela que nous souhaitons réinstituer l’école et redonner ses lumières à la langue française. (Re)parlons français telle doit être notre mot d’ordre ! Cela nous aidera à faire des égaux ! »

Les visiteurs pourront consulter, en cliquant ici , le texte complet de l’article de Nicolas Pomiès.

La laïcité dans tous ses états Commentaire de l’émission « Répliques » du 12 novembre 22 par André PERRIN

Catherine Kintzler présentait ainsi son commentaire alors qu’à peine elle terminait «  d’écouter le « podcast » de l’émission Répliques (La laïcité : état des lieux) du 12 novembre 2022, où Alain Finkielkraut avait invité Iannis Roder et Jean-Fabien Spitz1, à pein(me) disais-je que la pseudo-argumentation de Jean-Fabien Spitz méritait quelques commentaires bien sentis que, relevant mes messages, je trouve cet article envoyé par André Perrin ! Fidèle au style caustique et précis dont il nous a déjà régalés dans plusieurs livres2 – mentionnons le tout récent Postures médiatiques (L’Artilleur, 2022) – l’auteur y reprend, en les démontant, les sophismes et inexactitudes que Jean-Fabien Spitz a égrenés tout au long de l’émission. »
 
Les visiteurs de ce site pourront consulter, en cliquant ici , le texte original de l’article d’André Perrin. Il est également accessible à :https://www.mezetulle.fr/la-laicite-dans-tous-ses-etat

 
Que Catherine Kintzler soit chaleureusement remerciée  pour ce nouvel emprunt  à son Blog-revue.

Les méfaits de la pédophilie ecclésiale et du cléricalisme.

La loi du secret au sein de l’Eglise

 par

Golias
 
5 octobre 2021

 “L’Église a instauré la loi du secret qui dépasse le silence entourant le fonctionnement de ses institutions. Elle savait que le secret fait partie intégrante du mode opératoire des prêtres pédophiles. L’Eglise a nié et minimisé l’ampleur des agressions sexuelles sur mineurs tant en nombre, qu’en gravité, en contournant, et déviant la notion de crime en choisissant de parler plutôt de pédérastie et d’homosexualité. L’Église a appliqué de manière inconsidérée le pardon, en ne plaçant pas l’abus sexuel comme un crime. L’Église ne pourra en finir avec la pédophilie, tant qu’elle attirera en son sein des individus immatures psychiquement et sexuellement, et tant qu’elle continuera à entretenir et à développer, dans le modèle clérical, le fantasme de la toute puissance divine. C’est l’archaïsme de l’Église qui favorise les abus sexuels et spirituels, car ces deux types d’abus sont la conséquence d’un même rapport malsain du pouvoir et du sacré. L’Église n’en finira avec les abus sexuels et spirituels que lorsqu’elle s’ouvrira à la démocratie, et qu’elle fera sa réforme notamment dans le domaine de la sexualité. Elle en finira avec ces maux, lorsque son fonctionnement interne cessera de renforcer les tendances à l’immaturité psychologique et spirituelle de ses clercs…” (Cf. l’article de Christian Terras  en cliquant ici . Il est également accessible à l’URL : https://www.goliaseditions.fr/2021/10/05/rapport-sauve-comment-leglise-catholique-a-instaure-la-loi-du-secret/

 Plus récemment le 2 novembre   2022, Golias a fait paraître, dans le prolongement de cet article fondateur, un ouvrage collectif  écrit sous la direction de Christian Terras  et intitulé :

 

« Rapport Sauvé : l’évangile de la honte »

 

 Selon Golias, “L’Église a appliqué de manière inconsidérée le pardon, en ne plaçant pas l’abus sexuel comme un crime. L’Église ne pourra en finir avec la pédophilie, tant qu’elle attirera en son sein des individus immatures psychiquement et sexuellement, et tant qu’elle continuera à entretenir et à développer, dans le modèle clérical, le fantasme de la toute puissance divine. C’est l’archaïsme de l’Église qui favorise les abus sexuels et spirituels, car ces deux types d’abus sont la conséquence d’un même rapport malsain du pouvoir et du sacré. L’Église n’en finira avec les abus sexuels et spirituels que lorsqu’elle s’ouvrira à la démocratie, et qu’elle fera sa réforme notamment dans le domaine de la sexualité. Elle en finira avec ces maux, lorsque son fonctionnement interne cessera de renforcer les tendances à l’immaturité psychologique et spirituelle de ses clercs » URL : https://www.golias-editions.fr/produit/rapport-sauve-levangile-de-la-honte/

 On rappellera à ce propos  que si :

  – Evangile équivaut en matière de foi chrétienne, à  « Bonne Nouvelle, annonce du salut du monde offert en Jésus-Christ; vie et enseignement du Christ par les Apôtres » 

  Honte peut signifier un « Trouble de l’âme causé par la crainte du déshonneur », la honte est quelquefois la conscience d’une action qui dégrade l’homme dans sa propre estime ; elle peut être aussi la crainte de recevoir un blâme mérité ou non, la vexation d’être désapprouvé, et par conséquent elle peut se soumettre soit aux préjugés dominants soit aux lois morales permanentes, aux exigences de l’honnêteté ou à celles des usages (voyez Trench, Synonymes du Nouveau Testament, paragraphe XIX).

– Le pape François lui-même  clamait sa honte : après avoir fait part (mardi )de son « immense chagrin », le souverain pontife a exprimé mercredi « sa honte », à la suite de la publication d’un rapport accablant sur la pédocriminalité au sein de l’Église de France. Dévoilées par une commission indépendante, les conclusions de l’enquête estiment à 216 000 le nombre de mineurs sexuellement agressés par des clercs ou religieux en France depuis 1950. Cf.l’URL : https://www.france24.com/fr/france/20211006-p%C3%A9docriminalit%C3%A9-au-sein-de-l-%C3%A9glise-j-ai-honte-dit-le-pape-fran%C3%A7ois

 
En l’occurrence pontificale,  ladite Honte correspondait –sans doute- à un « effet d’opprobre entraîné par un fait, une action transgressant une norme éthique ou une convenance (d’un groupe social, d’une société) ou par une action jugée avilissante par rapport à la norme (d’un groupe social, d’une société)…

Quoi qu’il en soit , Il est assuré que l’intitulé  retenu par Golias  qui, sur le plan de la foi chrétienne, peut revêtir un caractère oxymorique est de nature à  susciter  tant  l’intérêt  que l‘indignation  du bon sens commun.

Pour clore ce nouveau chapitre  de turpitudes  ecclésiales on rappellera que l’Eglise  ne pourra s’exonérer  des taches indélébiles  de la pédophilie érigée en système qu’en s’ouvrant aux vertus et à la pratique de la démocratie . Les citoyens émancipés et épris de liberté de ce pays  appellent de leurs vœux un tel changement .

Faut-il enfin rappeler que :

1. Avoir honte de changer , c’est avoir honte d’être humain,

2.Le sage a honte de ses défauts mais n’a pas honte de s’en corriger,

3. Ne pas avoir honte de  sa faute, c’est la  commettre deux fois,

4.Qui ne sent point la honte n’a pas d’honneur.
 
Que Christian Terras, Directeur de Golias, soit très cordialement remercié de  nous autoriser  ces nouveaux emprunts.

Transcendantale, la laïcité est ou n’est pas !

L’adjectiver nuit à son essentialité

au sein de

nos institutions républicaines.

Parmi les termes de la langue française celui de « laïcité» est connu pour faire l’objet de qualifications extrêmement variées, celles-ci reflétant les choix philosophiques, spirituels (ou) politiques tant d’adeptes- nouveaux venus dans le champ de la laïcité- que de faux amis du principe républicain  sous-tendu.

Le terme laïcité vient du grec laïcos (λαϊκὸς), lui-même issu de laos (λαὸς), « qui est du peuple ». Il désigne le cadre juridique d’une société qui refuse la tutelle d’une religion sur les affaires publiques et qui respecte la liberté de conscience, les lois des hommes primant sur celles des religions. Ainsi la laïcité est-elle la condition première de la démocratie : affaiblir l’une revient à fragiliser l’autre. Cf.http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/laicite/

Apparu en France en 1871, le mot laïcité est défini comme une « conception politique impliquant la séparation de la société civile et de la société religieuse, l’État n’exerçant aucun pouvoir religieux et les Églises aucun pouvoir politique ». C’est le principe politique « qui permet à toutes les convictions existentielles de vivre en bonne intelligence les unes avec les autres, à partir de la conviction partagée de l’égalité pour tous du droit d’expression, comme bien commun ».Il y a, dans le principe politique de laïcité, une double dimension : démocratique et républicaine :

-La laïcité est un principe démocratique en tant qu’elle prend en compte la multiplicité des aspirations individuelles ;

-La laïcité est un principe républicain en tant qu’elle prend en compte l’unité nécessaire du corps social autour de valeurs et principes de la République.” Cf. https://www.actu-juridique.fr/administratif/libertes-publiques-ddh/le-principe-de-laicite-une-invention-francaise-ignoree/

Ceci étant posé on découvrira ci-dessous quelques unes des épithètes usitées pour qualifier la laïcité; celle qui est censée avoir cours dans toutes nos institutions républicaines . On peut ainsi à l’envi voir affubler laïcité de qualificatifs aussi divers que :

Ouverte, inclusive, à la française, française, nouvelle, tout court, plurielle , positive, négative, restrictive , stricte , séparative, apaisée, identitaire, d’ouverture, de fermeture, de progrès, simple, dure, orthodoxe, néo-républicaine, aménagée, accommodée, républicaine, instrumentalisée, édulcorée, militante, de combat, anticléricale, dégradée, advenant, advenue, rigide, intransigeante… » (liste non exhaustive, ndlr ! )

A l’instar de J-P Brighelli ( In Liberté, Egalité, Laïcité, Hugo DOC, 2015)on considérera ici qu’adjectiver la laïcité revient à la trahir en la faisant dissoudre dans le « grand bain des communautarismes et des religions. » et qu’à force de l’aménager , de l’ouvrir et de lui donner une géométrie variable afin de l’accommoder aux lubies des diverses communautés, elle se trouve vidée de son sens » ;

Il s’agit donc de revenir à une laïcité sans adjectif car, selon  H. Pena Ruiz, le mot (intraduisible) et lui seul est en l’occurrence suffisant ! De surcroît comme l’écrit Caroline Fourest IN Génie de la Laïcité ; (Grasset, 2016) « la laïcité n’a ni à s’ouvrir, ni à se fermer, ni à s’accommoder, ni à s’arc bouter. Elle doit simplement rester fidèle à son histoire et à l‘esprit de ses fondateurs ». 

« Ni capitulation, ni persécution » disait Ferdinand Buisson !

La laïcité qui fut donc qualifiée de positive par certains vient de faire l’objet d’une nouvelle mise au point dans un article de Catherine Kintzler intitulé :

 
Vous avez dit « laïcité positive » ?

Publié dans Mezetulle le 30 octobre 2022 ledit article souligne que :

« En parlant de « laïcité positive » le ministre de l’Éducation nationale Pap Ndiaye reprend un terme fréquemment utilisé pour réclamer à la laïcité – qu’on juge rigide et trop intransigeante – des « accommodements », une « ouverture »1. Ce terme, que Nicolas Sarkozy avait cru bon de promouvoir à plusieurs reprises2, suggère par lui-même l’aspect politique qui gouverne son emploi. L’adjectif « positive » induit en effet un champ sémantique où prendrait place, à l’opposé, une « laïcité négative » qu’il s’agirait de combattre, de réduire et peut-être même d’effacer3. Mais la thèse d’une « laïcité négative » ne tient pas debout : car la laïcité a posé plus de libertés que ne l’a jamais fait aucune religion. On n’a pas à demander à la laïcité d’être « positive » : c’est aux religions qu’il appartient de le devenir en renonçant à leurs prétentions à l’exclusivité intellectuelle et politique.Examinons donc ce que certains appellent hâtivement un concept : la notion de « laïcité positive ». De quelque côté qu’on la prenne, on débouche sur un vide intellectuel »

Les visiteurs de ce site pourront consulter, en cliquant ici, l’article de Catherine Kintzler.

On retiendra , à l’instar de Caroline Forest , que le génie de la laïcité réside dans le fait que c’est la seule lumière capable de nous éloigner de l’obscurantisme. Selon elle :

-la laïcité (non qualifiée) nous protège ;protégeons la !

-la laïcité nous permet de nous aimer ; aimons la passionnément et faisons la aimer !

Que Catherine Kintzler soit chaleureusement remerciée de nous autoriser à reproduire et à représenter son article original.

Constitutionnaliser la laïcité

Déjà en 2017, Catherine Kintzler proposait d’inscrire dans la Constitution de notre République, les principes de la loi de 1905 (https://www.mezetulle.fr/constitutionnaliser-3-principes-de-loi-de-1905/) dans un article  intitulé :

                    Constitutionnaliser 3 principes de la loi de 1905

 publié dans son blog revue   Mezetulle  le  20 mars 2017. Elle y rapportait que Slate.fr (avait) demandé à 100 chercheurs de rédiger, dans un calibre restreint, des « propositions pour la France » avant l’élection présidentielle. Invitée à cet exercice, elle avait proposé la constitutionnalisation de trois principes inspirés de la loi du 9 décembre 1905.   Selon elle , la proposition à première vue n’est pas vraiment originale ni nouvelle ; mais à sa connaissance elle n’a jamais été présentée ainsi dans ses motifs, son détail et sa « faisabilité ».

On lira la suite  en se rendant à l’adresse : :https://www.slate.fr/story/138932/constitutionnaliser-loi-1905.

 Catherine Kintzler précisait d’emblée : « Vouloir constitutionnaliser un texte législatif, c’est considérer que ce texte dit quelque chose de fondamental sur la nature de l’association politique » . Puis elle poursuivait : « Supprimer de l’article premier de la Constitution une proposition difficile à comprendre et y insérer à la place trois propositions claires inspirées des deux premiers articles de la loi du 9 décembre 1905 permettrait de préciser le caractère «laïque» et «indivisible» de la République. »

 Sa contribution s’achevait ainsi : « La conséquence la plus spectaculaire de cette proposition est l’abandon des dispositions particulières en vigueur provisoirement en Alsace-Moselle et dans certains territoires ultra-marins. Un tel abandon, qui devrait se faire progressivement en respectant les droits des personnels religieux actuellement rétribués par l’État, réunifierait la République «indivisible». Mais la vertu principale du texte ainsi modifié apparaît si on suppose cette étape acquise: expliciter la laïcité de la République par un minimalisme fondateur et libérateur ».

 On comprend aisément que des juristes puissent   s’approprier et investir une telle problématique et que l’on peut donc  découvrir à ce propos un article tel celui  de Mathieu Touzeil-Divina  publié en 2018  et intitulé :

 

« Un principe latitudinaire et non constitutionnel de laïcité ? »

 

Il s’agit d’un chapitre  de  l’ouvrage : « La territorialité de la laïcité » de Mouannès Hiam que l’on pourra consulter à : La territorialité de la laïcité [en ligne]. Toulouse : Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2018 (généré le 31 octobre 2022). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/putc/5675>. ISBN : 9782379280719. DOI : https://doi.org/10.4000/books.putc.5675.

 

Il y apparaît notamment que : «  l’objectif  poursuivi est simple : il s’agit d’exposer (sinon de rappeler) qu’à de nombreuses reprises (encore aujourd’hui) le principe pourtant dit constitutionnel de laïcité s’est effacé et s’efface encore derrière une Loi, un règlement voire un usage comme si la valeur normative et dite suprême de ce dernier s’effaçait ou était – selon les territoires – à géométrie variable : latitudinaire. Les exceptions, qui déconstruisent le principe, s’avèrent alors historiques et, d’un point de vue formel, généralement législatives même si quelques usages ne le sont même pas . Enfin, force est de constater que la plupart (mais non la totalité) des exceptions sont surtout – ce que l’Histoire explique – dues à des traditions ou à des pratiques issues du Concordat . »

 

Si les joutes électorales sont passées, la constitutionnalisation de la laïcité n’est point intervenue . Aussi n’est-il pas surprenant de voir  réapparaître la question dans notamment ufal-INFO, le magazine de l’Union des Familles Laïques  sous la forme d’un article de Charles Arambourou  en date du 29 octobre  2022 intitulé :

 

Constitutionnaliser la laïcité ? Oui, mais pas n’importe comment.

 

Selon l’auteur : « Le média en ligne Opinion internationale du 16 octobre 2022, date anniversaire de l’assassinat de Samuel Paty, a publié un appel, accompagné d’une proposition de loi constitutionnelle

 pour l’adoption d’un titre « laïcité » dans la Constitution. Parmi les premiers signataires, tous personnalités respectables et de couleurs politiques diverses, on compte plusieurs partenaires et amis de l’UFAL.Néanmoins, notre association ne signera pas, et n’invite pas à le faire. Car les bonnes intentions ne suffisent pas à faire de bonnes lois ».

 

 On lira  cependant  avec intérêt  le texte de Charles Arambourou en cliquant ici .

Que les responsables de ufal-Info qui nous ont autorisé à le reproduire pour le représenter sur ce site  en soient chaleureusement remerciés.

Condorcet, l’instruction publique et la naissance du citoyen,

Quatrième édition de l’ouvrage de Catherine Kintzler (Minerve, 2022) 

En 2016, Marie Perret concluait un article paru dans Humanisme 2016/1 (N° 310), 112-113 dévolu à la 3è édition de l’ouvrage de Catherine Kintzler par ce propos :« Parce que Condorcet fut un grand intellectuel et un intellectuel qui n’eut pas peur de descendre dans l’arène politique  pour  dissiper  les  préjugés  et lutter contre toutes les formes d’obscurantismes, y compris les plus insidieuses, la lecture ou la relecture de l’ouvrage de Catherine Kintzler est plus que jamais revigorante. » Cf. https://www.cairn.info/revue-humanisme-2016-1-page-112.htm

 

Minerve, éditeur de la 3è édition, la  présentait ainsi : « Troisième édition, revue et corrigée ; parce qu’il s’interroge sur les effets de la liberté politique, Condorcet construit le concept de l’école républicaine. Faute de lumières et de pensée réflexive, un peuple souverain est exposé à devenir son propre tyran, et le progrès n’est pour lui qu’un processus d’étouffement ; il ne peut être vraiment libre que par la rencontre avec les objets du savoir désintéressé formant l’humaine encyclopédie.Il appartient à la puissance publique d’organiser une telle rencontre afin que chacun soit capable de se soustraire à l’autorité d’autrui et de s’engager sur le chemin de sa propre perfectibilité. L’égalité prend alors sa forme la plus accomplie : l’excellence et la distinction des talents”. « Lire Condorcet, c’est reprendre possession d’une théorie de l’école profondément ancrée dans une philosophie de la liberté. La puissance de la pensée classique est d’une grande actualité : elle permet de mesurer combien les « réformateurs », depuis des décennies, se sont acharnés à éloigner l’école d’une telle hauteur de vue.”

On ne manquera pas de rappeler  ici d’autres  analyses publiées à cette époque  car elles soulignent le caractère fondateur  du LIVRE   de Catherine Kintzler . Ainsi :

1. Celle de Nadia Fartas ( Hypothèses,2016) sous  l’intitulé révélateur : « Condorcet, l’instruction publique et la naissance du citoyen, de Catherine Kintzler : le droit à l’égalité, le droit à la connaissance » (URL :  https://commencer.hypotheses.org/397). On y relève notamment : « l’ouvrage que Catherine Kintzler consacre au philosophe et mathématicien est capital par les éclairages conceptuels qu’il vise. Il s’avère particulièrement précieux pour qui veut appréhender d’un point de vue philosophique les débats et les problèmes actuels… ».

2.Celle de l’Union Rationaliste (Cahier Rationaliste n°639, 2015 ) qui tout en  remerciant Catherine Kintzler de lui avoir permis de reproduire cette réflexion extraite de son blog Mezetulle.net reprenant un article paru dans Marianne du 6 au 12 novembre 2016, dossier consacré à “Condorcet, le professeur de liberté” mettait en exergue que: « l’ouvrage  consacré au philosophe et mathématicien est capital par les éclairages conceptuels qu’il vise. Il s’avère particulièrement précieux pour qui veut appréhender d’un point de vue philosophique les débats et les problèmes actuels qui portent sur la citoyenneté, l’identité, ou la transmission. La raison, le progrès, l’égalité et le citoyen prennent consistance sous l’angle de la théorie de l’Instruction publique conduite par Condorcet »

Dans un texte d’une densité rarement égalée en la matière on relève, pour la part qui nous concerne plus directement :

« Le concept d’instruction publique a pour fonction philosophique d’assurer l’articulation entre la souveraineté populaire et la légitimité des décisions issues de cette souveraineté. Il s’agit bien de l’instruction en ce sens que la question de l’erreur y est décisive”.

« Trois idées accompagnent continuellement cette théorie de l’instruction publique :

   -Aucune réalité sociale n’a par elle-même de légitimité et ne peut se présenter comme fin politique. Il faut à une collectivité humaine quelque raison plus forte que sa propre existence de fait pour s’arroger le droit de faire des lois et d’être obéie.

    -Le seul motif légitime pour lequel on puisse exiger l’obéissance et la soumission d’un être humain devant une décision est la probabilité qu’a cette décision d’être nécessaire et d’être vraie. Cette probabilité doit et peut s’établir. Aucun homme ne peut être tenu par une erreur.

    -L’évitement de l’erreur étant la condition essentielle de la liberté, il est nécessaire d’instruire chacun. Ce qui soulève la question : de quoi faut-il instruire, dont dépend la question : comment instruire ? »cf. l’URL : https://union-rationaliste.org/condorcet-linstruction-publique-et-la-pensee-politique/

3. Celle de  Jean-Pierre Véran  dans la Revue Internationale d’Education  de Sèvres de décembre 2015 dans un article intitulé : ‘Catherine  Kintzler ; Penser la laïcité » où il rappelle  que : « Catherine Kintzler, professeur honoraire à l’Université de Lille, vice-présidente de la société française de philosophie, est notamment connue pour ses travaux sur Condorcet, l’instruction publique et la naissance du citoyen (Gallimard, 1987) et sur la laïcité (Qu’est-ce que la laïcité ?, Vrin, 2008). Le lecteur n’est donc pas surpris que la référence à Condorcet soit l’un des fils conducteurs de son approche rationnelle de la laïcité. Ses références philosophiques permettent de situer la réflexion de l’auteure : Descartes, Kant, Hegel et Bachelard sont parmi les plus cités. Il s’agit pour Catherine Kintzler de « rapatrier la laïcité dans la pensée des Lumières », en commençant par expliciter le concept de laïcité » .  «On retiendra  sa contribution à  l’élucidation du principe et du régime de laïcité, contribution philosophique à un débat largement ouvert à d’autres approches complémentaires, voire contradictoires, sociohistoriques et anthropologiques. Les lecteurs pour qui les débats français semblent abscons y trouveront quelques utiles clés de compréhension, notamment de la distinction entre toleration et laïcité. » Cf.l’URL: https://doi.org/10.4000/ries.4479

 4. Pour finir, l’analyse de l’ouvrage présentée par la FNAC en 2015 retient aussi l’atten tion :  « La laïcité est une idée à la fois simple et difficile – ce n’est pas incompatible. C’est paradoxalement sa pauvreté (son minimalisme) qui en fait la puissance. Il ne sert à rien de dire qu’elle est abstraite : son efficacité concrète s’apprécie à la quantité de liberté qu’elle rend possible. C’est ce qu’on essaie de montrer en examinant les questions « de terrain » qui ont jalonné les deux dernières décennies, entre autres : qu’est-ce que l’extrémisme laïque ? Comment la laïcité a-t-elle été offerte en cadeau à l’extrême droite ? L’interdiction du masque intégral est-elle d’inspiration laïque ? La liberté des cultes requiert-elle un soutien public ? Une entreprise peut-elle revendiquer la laïcité ?Y a-t-il une « spiritualité laïque » ? Autant d’occasions pour l’auteur de tester une théorisation générale et d’élargir la réflexion par des échappées philosophiques sur la nature du lien politique, les formes de la liberté, la notion de communauté, l’identité, la notion de position critique, le statut de la culture, celui de la morale et de la perfectibilité » (Cf.   L’URL : https://livre.fnac.com/a6573962/Catherine-Kintzler-Penser-la-laicite

 

 Sur ces bases consolidées, les visiteurs de ce site pourront consulter, en cliquant ici   , l’annonce de la 4è édition de cet ouvrage essentiel, annonce faite par l’auteure elle-même le 30 septembre 2022 , dans son Blog revue  Mezetulle. L’article en question s’intitule :

« Condorcet, l’instruction publique… » de CK, 4e édition

 

Que Catherine Kintzler soit assurée de notre profonde reconnaissance pour son soutien porté par la qualité de sa pensée et de ses écrits et pour nous autoriser à les reproduire sur ce site.