Le duel légendaire entre Jean de La Fontaine et Corentin,premier évêque de Quimper, conté par L. Durocher . (1885)

 Les visiteurs intéressés par ce prolongement inattendu des légendes arthuriennes et le combat pour l’honneur (et le Graal) de l’auteur du Chartier embourbé – quelque part en Cornouaille- pourront consulter, en cliquant ici, un document 1  présentant  les protagonistes principaux  de cette « affaire ». Ils découvriront  ici  le récit  qu’en fait L. Durocher , en 1885, dans le bihebdomadaire  républicain Le Finistère (document 2).
      
    « Aide toi, le Ciel t’aidera » !
 
                      Document 1 :  Saint Corentin et Jean de La Fontaine
                      Document 2  :  « La Fontaine et Saint-Corentin » de L. Durocher

Fête de la Jeunesse à Brest (1948 ou 1949); souvenirs illustrés de André Le Goff.

Quelques années après la Libération,  André Le Goff  participa avec ses camarades  de  l’école publique de Rosporden (F-29140)  à la Fête de la Jeunesse des Ecoles Publiques* qui se tenait à Brest. Il en  a rassemblé les souvenirs dans un  récit illustré d’un crobar, en filigrane, de la ville de Brest en reconstruction.
 
      Il souligne que ces souvenirs restent étroitement associés   à ceux  de la mort de Edouard MAZE, tué par balle par la gendarmerie mobile le 17 avril 1950 au cours d’une manifestation ouvrière qui se déroulait à Brest. Cet évènement, fondateur pour le syndicalisme ouvrier,  donna lieu, entre autres, à un court-métrage aujourd’hui disparu(?) de René Vautier intitulé « Un homme est mort » (1950) et à un film documentaire de  Kris et  Etienne Davodeau  présenté sur ARTE (arte.tv) le 13 juin 2018. 
 
      * A cette fête, l’auteur avait sans doute, après le défilé rituel en ville, participé  aux activités du lendit.
 
       Les visiteurs intéressés pourront consulter , en cliquant sur les différents liens proposés,un ensemble d’éléments suscités par la contribution de A. Le Goff. Qu’il soit chaleureusement remercié pour son soutien.
         Document 1 cliquer ici.  Fête de la jeunesse à Brest (récit  illustré de A. Le Goff).
         Document 2 cliquer ici Préparation du défilé à la sortie de la gare de Brest (crobar de A.Le Goff).
         Document 3 cliquer ici.  Eléments biographiques de Edouard Mazé.
         Document 4 cliquer ici. « Un homme est mort » (annonce de l’émission sur ARTE- TV ).
         Document 5 cliquer ici.  Les lendits USEP.

Quimper-Corentin – le Cythère breton !

Après la sombre période de l’école normale congréganiste de Quimper et les aléas  des débuts de la 3è République, les normaliens  furent accueillis en 1884  dans le « Palais » de la rue de Rosmadec. Sans doute  étaient-ils peu informés du fait que leur école, implantée sur le site de Roz Avel dominant la vallée de l’Odet se trouvait dans une petite cité de caractère dont les charmes avaient déjà séduit des poètes comme Germain Boullé, préfet du Finistère (1836-1848) du temps de la Monarchie de Juillet. Celui-ci rédigea notamment le texte d’une chanson intitulée « Mon avis sur Quimper-Corentin » dont la partition musicale reste à rechercher .
Les visiteurs intéressés pourront en prendre connaissance en cliquant ici.

Mathématiques, Démarche scientifique, Militantisme associatif engagé et Communication entre les hommes de bonne volonté : Mémoires (1) de Pierre Hénaff , paysan bigouden devenu normalien en 1942

Les visiteurs intéressés par le cursus singulier et le propos de ce protagoniste de l’emblématique promotion EN AVANT (1942-1945) pourront en prendre connaissance en cliquant ici.
Que notre ami P. Hénaff, doyen de notre Association,  soit remercié pour son  témoignage exemplaire. Rédigé en pleine période de crise sanitaire, il est à méditer en ces temps de doute où  l’on est invité à comprendre par l’épreuve.  A l’évidence, notre cher rebelle bigouden nous incite à penser que la science, la raison et l’expérience  émancipatrice donnent aussi accès à quelques unes des clés du fonctionnement de notre société et de notre planète . Il s’agit  désormais de les restaurer.

Pennherez ar palud, poème de Pierre-Jakez Hélias mis en lumière par deux de ses anciens élèves de l’ENG de Quimper

Retrouvé dans ses archives personnelles par François Trividic (promotion 55-59) et illustré par un crobar récent signé par André Le Goff(promotion 54-58) ce poème donna lieu à une traduction française de son auteur.
Il soulignait la difficulté de cette démarche en ces termes : « la translation dans une autre langue -ici le français- est un exercice doublement bénéfique pour l’auteur; il doit d’abord faire l’inventaire complet de ce qui est contenu dans l’original breton. Après quoi reste la tâche de faire passer dans la seconde langue le plus possible des éléments de la première, soit en serrant de près le texte, soit en prenant du recul par rapport à lui pour mieux l’embrasser.Il peut se faire qu’on n’y arrive pas… ». Dure leçon pour ses élèves bretonnants ou pas  !
Quoi qu’il en soit les visiteurs intéressés pourront consulter en cliquant sur les liens la version originale dudit poème, sa traduction française et la version illustrée de la dernière strophe.
    Que les deux protagonistes de cette reconstitution soient chaleureusement remerciés pour leur fructueuse collaboration!

Deux poèmes lyriques de Jacques Denniélou illustrés par André Le Goff

Quand deux anciens élèves-maîtres de l’ENG de Quimper se retrouvent pour faire fructifier en commun leurs talents artistiques et pour célébrer leurs liberté d’expression et de passions ainsi que leurs souvenirs.
Les visiteurs  intéressés par  certains aspects de leur vision du monde pourront consulter, en cliquant ci-dessous, deux documents finalisés récemment et révélateurs à cet égard.  Qu’ils soient tous les deux remerciés chaleureusement pour leurs contributions !

Maurice LE COZ , maréchal-ferrant au LIN en Concarneau (F-29900), l’édition « modernisée » d’un conte illustré de  André Le Goff

Il s’agit  de souvenirs personnels de l’auteur, dédiés  à son oncle qui exerçait le métier de forgeron dans la campagne concarnoise.
Les visiteurs intéressés par la seconde version, mise au goût du jour, pourront la consulter en cliquant ici.  Que André Le Goff  soit  très amicalement remercié pour cette mise au point qui témoigne ,s’il le fallait, de son professionnalisme.

De l’influence de la théologie sur les errements d’un élève-maître – Une brève illustrée de Alain Le Goff !

La pandémie en cours et la crise sanitaire,sociale et économique qui l’accompagnent a donné lieu à une période de « confinement » et de privation de libertés sans doute propice à l’ouverture d’espaces de communication avec soi-même et avec l’essentiel.
Ici notre collègue et ami  A. Le Goff  rapporte un souvenir normalien bien lointain et le remet dans une perspective étonnante.
Les visiteurs intéressés pourront en prendre connaissance en cliquant ici.
Que l’auteur soit  chaleureusement remercié pour sa nouvelle contribution.