Prémices de la célébration du centenaire de la Révolution à Quimper…

Acquisition par le Musée des Beaux Arts du tableau de  Jules Girardet (1887): 
 
              Les révoltés de Fouesnant ramenés à Quimper par  la Garde nationale en 1792. 
 
        Aux premiers jours de septembre 1887, à quelques mois du centenaire de la Révolution de 1789,  Le Finistère -journal politique paraissant le mercredi et le samedi- annonçait , à deux reprises, l’arrivée  au Musée de Quimper de  cette toile célèbre constituant l’une des   scènes  de genre majeures peintes par   J. Girardet (1856-1938).  
       Tout en soulignant les intérêts historique et artistique de l’oeuvre, ce journal  fait état de sa volonté  de remettre en lumière les éléments fondateurs de l’histoire locale dans le contexte de la célébration du centenaire de la Révolution française.  
 
       L’insurrection en question et sa répression eurent lieu à Fouesnant (F-29170)  les 8, 9 ,10 et 11  juillet 1792, à l’époque de la Convention girondine . On notera que  la Monarchie ne  fut abolie et remplacée par la Première République que le 27 septembre 1792 !
 
       Pour mieux se rendre compte de la nature et de la signification des évènements funestes à l’origine de ce tableau, les visiteurs pourront consulter  trois documents ,  en cliquant  successivement sur les items notés en bleu : 
 
     Document 1.   Les deux articles du journal Le Finistère de septembre 1887,
 
     Document 2.   La reproduction du tableau de Jules Girardet exposé au Musée de  Quimper,
 
     Document 3.  Le  récit de la Révolte de Fouesnant , feuilleton du Finistère des 3 et 7 septembre 1887.  
 

Les élèves-maîtres en formation professionnelle à l’école d’application Jules Ferry de Quimper étaient affublés du surnom de « P’tits boucs » par les écoliers de « La Jules »!

La fermeture de cette école , décidée par le conseil municipal de la Ville de Quimper en 2017, provoqua une vive émotion tant chez les parents des derniers élèves que chez les anciens élèves de cet établissement  emblématique de la cité. La presse locale s’en fit largement l’écho tout en rapportant sur  le devenir de l’ensemble immobilier libéré. 
 
          C’est en glanant dans cette presse qu’un adhérent-qui a souhaité garder l’anonymat- a découvert des photos de classe d’application réalisées dans cet établissement au milieu du 20è siècle où les écoliers de « La Jules » étaient encadrés par des binômes normaliens en « blouse grise et cravate « .  Par ailleurs le témoignage de l’un de ces ex-écoliers, aujourd’hui retraité, a révélé que  les normaliens  en apprentissage étaient surnommés les  « P’tits Boucs »  car souvent, ils se laissaient  porter une « petite barbe au menton »  sans doute pour assoir leur autorité auprès de leurs jeunes auditoires .
 
         Les visiteurs intéressés pourront consulter en cliquant ici  3 photos-souvenirs  prises en octobre 1957 dans la cour de récréation de « La Jules » .

Lauréat du Prix Raymonde Destreicher décerné par l’Académie Nationale de Médecine en décembre 2020, le physicien Albert Le Floc’h fut élève-maître à l’ENG de Quimper en 56-60.

Qu’il soit tout d’abord  chaleureusement félicité avec son collègue Guy Ropars pour la distinction dont ils font  l’objet. Elle est, pour le premier, le couronnement d’un parcours universitaire  exemplaire où sa confiance inébranlable dans les vertus de la Science -telle qu’elles lui furent enseignées à l’école normale- n’a jamais été démentie .

 

       Mais comment  les deux chercheurs sont-ils  passés  de  la  physique des LASERS à la recherche  sur la DYSLEXIE  qui correspond à un trouble de l’apprentissage du langage écrit et notamment  de la lecture?  La dyslexie n’est pas une maladie, c’est un handicap. Elle fait partie, avec la dysphasie, la dyspraxie ou la dyscalculie, des troubles spécifiques des apprentissages. Ce trouble peut concerner des enfants normalement scolarisés ne présentant ni problème sensoriel (audition, vision), ni déficience intellectuelle, ni lésion neurologique. En revanche, ces enfants souffrent d’un trouble du langage écrit avec un retard de lecture d’au moins 18 mois. La dyslexie peut entraîner, au delà des difficultés d’apprentissage de la lecture, des problèmes sociaux, de comportement ou d’anxiété.

 

       La question  se pose donc  de savoir comment  une telle expérience  et ses accomplissements dans le domaine de la physique sur les lasers pouvait-elle  être mise à profit  pour aider  les enfants dyslexiques d’âge scolaire. A l’évidence la démarche scientifique impliquait un cheminement difficile  dans un environnement  déjà largement  investi tant  par la recherche en sciences médicales  ( ophtalmologie, génétique , neurologie … ) que par la recherche en sciences de l’éducation. 

      Il s’agit selon Franck Ramus  , chercheur au CNRS, d’affronter un  enjeu majeur de société puisqu’aussi bien : » la dyslexie développementale est un trouble spécifique des apprentissages qui touche environ 3 à 7% de la population, et qui est défini comme un trouble spécifique de l’apprentissage de la lecture, ne pouvant être expliqué exclusivement par une faible intelligence, une scolarisation inadaptée, ou des troubles sensoriels ou neurologiques avérés. Les recherches antérieures ont montré que les personnes dyslexiques ont des déficits cognitifs spécifiques, qui ont une base cérébrale et une composante génétique. »

 

      Le  projet  de F. Ramushttps://anr.fr/Projet-ANR-11-BSV4-0014

 ) «  vise à améliorer significativement notre compréhension de la dyslexie aux niveaux cognitif, cérébral et génétique, et à essayer d’élucider les mécanismes par lesquels des gènes influencent le développement et l’architecture cérébrale, de telle manière à engendrer des déficits cognitifs qui perturbent l’apprentissage de la lecture. Pour ce faire il utilise les méthodes de la psychophysique, la magnétoencéphalographie, l’IRM à très haut champ magnétique et les techniques de pointe de séquençage du génome. »

 

       L’approche réalisée par Albert le Floch et son collègue  Guy Ropars, si elle ne permet pas d’idendifier  les composantes cérébrales du dyslexisme ( ce n’en était sans doute pas le but) elle a conduit à  mettre en évidence, au moyen d’un fovéascope que seule l’imagination créatrice d’un physicien peut concevoir , des structures rétiniennes particulières intervenant dans l’expression  des troubles  observés à l’apprentissage de la lecture.  Ceci conduisait à l’observation  majeure  d’une asymétrie droite-gauche des centroïdes de la tâche de Maxwell des fovéas chez des adultes  avec et sans dyslexie. Pour confirmer et  étayer cette découverte, il  resterait  sans doute à mener les expériences complémentaires chez des « échantillons » d’enfants d’âge scolaire.

 

        C’est dans le prolongement de cette découverte majeure que A. Le Floc’h et G. Ropars eurent l’idée lumineuse de moduler la lumière pour « tromper le cerveau et faire en sorte qu’il soit capable de faire le bon choix » lorsque ceci s’impose comme dans le processus de la  lecture (ou et) celui de l’orthographe. C’était la voie d’accès  toute tracée à  la « lampe magique  » pour aider les enfants dyslexiques à apprendre à lire  et aux applications industrielles  correspondantes.

 

    Les visiteurs intéressés par cette belle page d’histoire qui vient de s’écrire à notre porte  pourront accéder,  en cliquant ici,  à un ensemble de liens  permettant  d’illustrer  ces étapes décisives dans une découverte dont l’importance pour notre société et l’ensemble de l’humanité n’échappera à personne.

      On rappellera enfin avec Franck Ramus que » quand bien même on résoudrait le problème des enfants dyslexiques, cela ne résoudra pas le problème plus général de l’illettrisme, qui n’est effectivement pas médical, mais largement social et pédagogique, et sur lequel beaucoup de travail reste à faire « .

 

      Que notre collègue Albert Le Floc’h  soit chaleureusement remercié de nous avoir autorisé à effectuer cette insertion  tout en nous faisant savoir  que son aventure se poursuit   « avec les lunettes à cristaux liquides , les lampes ( non « magiques »), les smartphones, les écrans d’ ordinateurs…et  l’ exploration des connections interhémisphériques  du cerveau , cerveau qui avec ses 85  milliards de neurones et ses processus Hebbiens reste une énigme »!…

Souvenir de l’Ecole normale de Quimper (2è partie du 20è siècle )

« Nous avions une formation professionnelle de qualité »        
             
   Les visiteurs intéressés par le témoignage d’un ancien élève-maître  publié dans le Télégramme du 30 janvier 2021 pourront le consulter en suivant le lien :
 

Souvenir de la vie normalienne ( 2è partie du 20è siècle à l’ENG de Quimper )

    « Ce prof n’avait pas un mot à nous dire pour nous tenir »
 
            Les visiteurs  intéressés sont invités à consulter le témoignage d’un ancien élève-maître paru dans le Télégramme du 7 janvier 2021 en suivant le lien :
https://www.letelegramme.fr/dossiers/sur-les-bancs-de-lecole-normale-de-quimper/souvenir-de-l-ecole-normale-ce-prof-n-avait-pas-un-mot-a-dire-pour-nous-tenir-07-01-2021-12684956.php

« L’Ecole normale : pilier de la République » Bernard Poignant, ancien professeur à l’ENG de Quimper se souvient !

Il confie son témoignage au Télégramme  du 5 janvier 2021.  Les visiteurs pourront en prendre connaissance en suivant le lien :
 
 
https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/l-ecole-normale-pilier-de-la-republique-bernard-poignant-se-souvient-05-01-2021-12683827.php

Ecole normale de Quimper : il était écolier « cobaye » des élèves-maîtres de formation professionnelle (1970-1971) !

Les visiteurs du site pourront accéder,  en suivant le lien proposé, le  témoignage correspondant  recueilli et mis en forme par Olivier Scaglia , journaliste au Télégramme :
          https://www.letelegramme.fr/dossiers/sur-les-bancs-de-lecole-normale-de-quimper/souvenirs-de-l-ecole-normale-il-etait-de-ces-ecoliers-cobayes-25-12-2020-12680313.php


       Il est rappelé, qu’à cette date, les élèves-maîtres n’avaient pas le statut d’étudiant et que  les écoliers  de 7è auxquels ils s’adressaient étaient sans conteste au CM2  !

Regard de femme sur un mémorial orphelin (addendum)

 Après réflexion Jacques Denniélou, auteur  du propos attribué à la pleurante du Monument aux Instituteurs du Finistère Morts pour la France  sculptée par Armel Beaufils  ,    en a proposé une version alternative. Comme les deux  se complètent heureusement elles se trouvent désormais associées dans le document final  que les visiteurs pourront consulter en cliquant ici. 

Qu’y avait-il donc dans les bagages des normaliens ?

Certes des menus  objets  nécessaires à leur vie quotidienne . Cependant  en fin de scolarité normale   devaient s’y entasser les éléments du  » bagage normalien » qui les accompagnaient jusqu’à leurs premier postes d’instituteur  à l’école publique.   Mais ce bagage a changé de nature et de signification au fil des décennies . 
 
          Pour mieux s’en rendre compte les visiteurs sont invités à consulter (entre autres):
 
           1. Ce qui pouvait tenir lieu de bagage en 1887, en lisant l’article de  A. Vessiot paru dans la Revue Pédagogique  :  » Le bagage de l’élève-maître à sa sortie de l’école normale  » en suivant le lien:                      
 
         https://education.persee.fr/doc/revpe_2021-4111_1887_num_10_1_2185
 
               2. Ce qui semble prévaloir par les temps présents, en prenant connaissance  de l’article de Lucie  Roger  paru en 2016 dans Phronesis :
 
           » Le maître cultivé; sa définition et des implications pour une modélisation » auquel on pourra accéder par le lien :
 
https://books.google.fr/books?id=U1bfDQAAQBAJ&pg=PT150&lpg=PT150&dq=Phronesis+le+ma%C3%AEtre+cultiv%C3%A9&source=bl&ots=kThSX0mgHY&sig=ACfU3U2C_a6lXkwlqUcoVYWUeAeIs-nuew&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjE0e_JwZHuAhXEyYUKHUvuAJ8Q6AEwEHoECBMQAg#v=onepage&q=Phronesis%20le%20ma%C3%AEtre%20cultiv%C3%A9&f=false

          On y relèvera notamment  que « pour être des pédagogues cultivés, les enseignants doivent connaître au-delà des objets de la culture seconde contenu dans le programme ; être en mesure de rendre les savoirs intelligibles et signifiants pour les élèves ; avoir un regard critique sur ses propres origines, sur ses pratiques culturelles et sur son rôle social, etc. Il s’agit davantage d’une posture culturelle qui est attendue que d’une culture à transmettre ».

Regard de femme sur un mémorial orphelin

Les anciens élèves-maîtres de l’Ecole normale de garçons de  Quimper reconnaîtront aisément le regard  plein de douleur et de tendresse que porte à jamais, sur les stèles du mémorial des instituteurs et institutrices du Finistère Morts pour la France, la  sculpture de Armel Beaufils constituant  l’élément central de ce monument . 
 
       Parmi  ces gaillards normaliens, Jacques Denniélou  protagoniste de la promotion 1954-1958, ayant encore la force de conviction nécessaire pour faire parler  la pierre, lui a prêté un propos plein de sagesse que l’on pourra consulter en cliquant ici.  Qu’il soit remercié pour sa  contribution.
 
    Force est  de constater que  « Sans un regard de femme, que vaut la peine  des hommes ? » (G. Bachelard) , que   « La vérité  est un regard qui va droit à l’âme » (R. Rolland) et qu’en  définitive  » Si un regard est bien souvent une réponse, le silence en est une autre  » (S. Cottin) !