Cabinet des curiosités normaliennes

Les bons mots de Jakez

Un fidèle visiteur de ce site –  souhaitant conserver l’anonymat- nous a fait remarquer que la rubrique ayant trait au cabinet des curiosités normaliennes lui semblait vivre de ses acquis et qu’il était opportun de susciter de nouvelles contributions pour l’enrichir . Pour sa part, il a glané au fil de ses lectures un certain nombre de pensées  et  citations de son ancien Professeur de « français »  à l’Ecole normale de Quimper (F-29000).Il considère qu’elles sont de nature à  caractériser la « relation affective  privilégiée» instaurée entre le Professeur et les élèves-maîtres dont il fit partie au début de la seconde partie du 20è siècle. Les temps ont changé.

Les cours de Français dispensés par P.-J. Hélias (dit Jakez) aux normaliens des deux premières années du cursus normal étaient souvent ponctués  du récit d’anecdotes  vécues pendant son enfance en pays bigouden.  Ceci  contribuait sans doute à réconcilier les élèves-maîtres bretonnants avec les secrets et les beautés de la langue française.

Les visiteurs pourront consulteren cliquant ici ,  quelques un des bons mots de Jakez.

La peur un des moteurs de l’Histoire

par

Pierre Hénaff

Doyen d’âge de l‘ASVPNF

 

Le doyen d’âge de notre Association, Pierre Hénaff, un  des piliers de la Promotion En Avant (1942-1945), Ecole Normale de Garçons de Quimper, première promotion normalienne hors murs  du fait de la fermeture des lieux par Pétain et leur occupation par les troupes de l’occupant allemand, a repris la plume  en cet automne pluvieux et venteux.

Il  nous  livre avec un humour  teinté de nostalgie les leçons étonnantes qu’il a tirées d’un long cursus marqué par des progrès techniques et technologiques extraordinaires, par son engagement dans la conception et la mise en oeuvre de projets professionnels innovants  d’éducation populaire et par ses expérimentations plus personnelles.

Passionné  tant par les  problèmes de l’énergie et de sa gestion par les collectivités que par ceux  des mutations introduites par l’électricité en terme  de motorisation et de mécanique industrielle, il s’interroge avec réalisme sur  la nature  des  facteurs humains et sociétaux jouant un rôle déterminant dans ces progrès. Il parvient à l’idée de la fonction première de la peur comme  moteur de l’Histoire et de l’ histoire de nos sociétés.

Il a déjà porté un regard critique, au moment opportun, sur la peur du changement climatique et stigmatisé à différentes reprises l’irruption d’une véritable religion verte…  Cette peur aussi est partie prenante  dans les débats intellectuels actuels.  A ce titre on trouvera dans son propos souvent déroutant et ironique des allusions au retour aux énergies renouvelables  et notamment celles  résultant du cycle de l’eau. On notera aussi son adoption raisonnée et sans appel  de l’énergie nucléaire.

Au total il s’agit  pour P. Hénaff au-delà de la peur et de l’inquiétude qui sont le propre  de l’homme,  de garder le cap malgré les vents contraires et ceci exige de l’énergie et surtout un moteur. Faut-il rappeler que ce moteur c’est le cœur qui  n’a pas le droit au retour de manivelle et qui,  sans crier gare, fait circuler dans notre corps  près de 10 m3 de sang par jour. C’est le moteur de la vie !

Soulignons enfin que « la peur est la plus terrible des passions » . Si elle exerce « ses premiers effets contre la raison, elle peut paralyser le cœur et l’esprit ».  Dans un monde où tout s’accélère il est donc nécessaire de savoir la contrôler en restant, selon P. Hénaff, optimiste et confiant dans la recherche du  progrès social et l’innovation scientifique.

Les visiteurs de ce site, agréablement surpris par l’énergie de notre Doyen , pourront consulter son nouveau plaidoyer en cliquant ici. D’autres suivront !

Le Mono … de la Colo

Les visiteurs  de ce site  pourront consulter deux fichiers  relatifs aux Colonies de vacances et à l’implication des normaliens et des normaliennes  dans leur encadrement .(Clic gauche sur les intitulés bleus des fichiers).
Fichier 1Le Mono… de la Colo  (pdf)
Fichier 2. Le mono (pdf). Article original de A.Le Goff

ASVPNF : La sixième Lettre d’Information

      L’Association pour la Sauvegarde et la Valorisation du Patrimoine Normalien du Finistère (ASVPNF) a publié et diffusé le  30 août 2023 sa Lettre annuelle d’information. Elle est  consacrée à ses activités en cours et à ses perspectives en matière patrimoniale.
Les visiteurs de ce site pourront la consulter en cliquant ici.

MOËLAN en MAI

Dans la série inépuisable … 

« André Le Goff raconte »

réactivée  en cette  saison estivale  2023, les visiteurs de ce site pourront consulter le récit illustré  des « évènements » de mai 68  tels qu’il furent vécus par notre collègue , jeune instituteur public  de 30 ans, dans la charmante commune de Moëlan-sur-Mer (F-29150) où il exerçait son métier d’enseignant. Ils se  rendront  compte  que pour  la génération de l’auteur ayant connu l’occupation allemande, la seconde guerre mondiale, la Libération et les guerres de décolonisation , mai 68 fut une  insurévolution. Ils en découvriront des éléments fondateurs au niveau local  et ne manqueront pas de s’interroger sur la signification qu’ils revêtent dans les mémoires individuelle et collective .

Comment ne pas rappeler qu’au sortir de Mai 68, les vacances d’été étaient proches …et  que le slogan « Sous les pavés,la plage ! » était, avec d‘autres, à l’ordre du jour sur les barricades du quartier latin. Cependant la saison balnéaire et touristique paraissait compromise  notamment en Bretagne. En réalité elle fut  relativement animée ainsi qu’en témoigne la  photo d’une des plages de Moëlan-sur-Mer prise en juillet 68 et dont on  trouvera la reproduction  à l’URL : https://bcd.bzh/becedia/fr/loin-des-paves-la-plage-les-vacances-en-bretagne-pendant-l-ete-1968

 La copie du récit   d’André Le Goff (document 1) est  accessible en cliquant ICI : 

Document 1 .    « MOËLAN en MAI » par  André Le Goff , août 2023 (fichier pdf.)

Que notre fidèle contributeur soit chaleureusement remercié pour son témoignage sur Mai 68 . Il devrait en susciter d’autres…

Des leçons de l’histoire aux expériences de la vie

par

Pierre Hénaff

 

Pierre Hénaff, doyen inoxydable de l’ASVPNF et ancien élève-maître de l’ENG de Quimper -Promotion  En Avant 1942/1945 – au sortir de quelques problèmes de santé  a souhaité par une nouvelle contribution, tenter de faire  sortir ses associés et autres visiteurs de ce site de la torpeur estivale. Nous l’avons accueillie après bien  d’autres  déjà en ligne sur ce site, d’autant qu’en toute humilité   son auteur l’avait intitulée  « Réflexions » alors  qu’elle portait un regard singulier  sur un long cursus débuté, il y a belle lurette, dans une école publique créée  sous les auspices de la 3è République dans une  commune rurale du pays bigouden.

 Ceci correspondait au moment où, de retour sur ses terres, il était invité à participer à  la  « Fête des battages » qui se tenait à Pendreff en Pouldreuzic (F-29710).  Cette commune s’est donnée vocation , dans ses projets patrimoniaux, à mettre en valeur les progrès spectaculaires intervenus  en agriculture  notamment en matière de machinisme agricole (Cf.  « Le  Hangar du Patrimoine »  à l’URL :https://www.facebook.com/patrimoinepouldreuzic/?locale=fr_FR .  

La présence de notre aîné à cette manifestation  n’avait pas échappé à l’attention des journalistes  qui vinrent à sa rencontre pour l’interviewer. On pourra prendre connaissance du contenu de la coupure de presse correspondante en se rendant à l’URL ;

https://www.letelegramme.fr/finistere/pouldreuzic-29710/pierre-henaff-98-ans-apprecie-la-fete-de-la-moisson-6406768.php

Il y apparaît que P . Hénaff, fils de cultivateurs, titulaire du Certificat d’Etudes Primaires en 1937 devenu normalien en 1942 (l’année terrible) après un passage par l‘EPS se considère comme un privilégié d’avoir pu bénéficier  des enseignements fondateurs  de  l’école publique de la 3è République instaurée sous la houlette de Jules Ferry. Ladite école faisait référence  à la Science et à la Raison  et nul doute que son rôle émancipateur a largement contribué non seulement  à  former le  jugement de P. Hénaff sur le monde et sur l’agriculture mais aussi à la marche de cette dernière vers le progrès et  sa signification.

Les visiteurs pourront consulter l’article de Pierre Hénaff intitulé : « Des leçons de l’histoire aux expériences de la vie  » en cliquant ici .

Que Pierre Hénaff soit chaleureusement remercié pour ce nouvel article montrant, s’il le fallait, que parmi  les associés de l’ASVPNF  il demeure un adhérent actif exemplaire. On attend son prochain billet …    

Contribution à la connaissance de l’esprit normalien au milieu du 20è siècle

« Petit témoignage sur mon séjour à l’ENG de Quimper »

 par

Jean Le Duff

 « Voici un témoignage personnel. J’ai perdu tout contact avec la demi-douzaine d’instits suppléants qui étaient avec moi. Je ne suis pas sûr qu’en fouillant dans les papiers accumulés j’en retrouve trace, même de leurs noms. Pour ce qui concerne les normaliens de 4 ème année j’ai, par la suite, un peu connu à Avranches  Goaper qui est devenu Prof. de SVT. Je vais essayer de creuser un peu du côté de ce qu’il reste de témoins de cette époque en Finistère. Ce sera plutôt du côté de la mouvance communiste … ».

 Jean Le Duff, Conseiller d’Orientation Psychologue à la retraite , fut en effet sollicité par les responsables de ce site- informés de son séjour en formation professionnelle  à l’ENG de Quimper en 1957- afin qu’il fasse part aux visiteurs des souvenirs de son expérience quimpéroise.  Ses observations, pour ne pas dire son « ressenti » , semblaient en effet de nature à faire émerger des éléments méconnus constitutifs de l’esprit normalien d’autant qu’ils ressortaient du « regard » d’un non-normalien accuelli dans notre Ecole  au sein de la Promotion EMERAUDE (1953-1957), à l’époque des faits en  Formation professionnelle.

Les visiteurs pourront consulter en cliquant ici l’article de Jean Le Duff  qui touche non seulement aux rites étonnants et aux   traditions ayant eu cours  dans notre Ecole mais aussi  aux pratiques pour le moins inquiétantes d’un chef d’établissement qui, sans doute sanctionné par sa hiérarchie, quitta les lieux pour aller exercer ses compétences éducatives ailleurs…

 Les visiteurs pourront également accéder à une biographie  de Jean Le Duff en se rendant à l’URL : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article136976, notice LE DUFF Jean, Roger par Jacques Girault, version mise en ligne le 11 mai 2011, dernière modification le 11 mai 2011 .

 Que notre collègue et ami Jean Le Duff soit très chaleureusement remercié  d’avoir , par sa contribution,  élargi singulièrement le champ des items  de la rubrique « cabinet des curiosités normaliennes » de ce site.

L’ECOLE MATERNELLE EST-ELLE NECESSAIRE ?

Les visiteurs intéressés par cette problématique  d’actualité pourront consulter l’article original que lui consacre Pierre Guinamant  (Document 1)  ainsi que le  fichier pdf qui lui a été associé (Document 2) en cliquant successivement sur :
          Document 1 : Fichier Word (article original).
 
          Document 2 :  Fichier pdf relatif à l’école maternelle française.

Mémoire normale et esprit normalien

André Le Goff raconte ses espoirs de  Tambour devenu Clairon puis  major et adepte de la plume sergent-major

 

Entretenant fidèlement ses anciennes amitiés normaliennes  notre ami André Le Goff  faisait parvenir à ses correspondants encore vaillants–malgré la rigueur des temps présents-un message hautement prémonitoire daté du 16 janvier 2023 , alors qu’il pérégrinait en terres occitanes.

Intitulé « Pierre Bayle , enfant tambour » il l’avait libellé  en ces termes :  « J’ai dégoté l’article dans le Midi Libre! Je connaissais l’importance du tambour (il donnait les ordres à la troupe ),j’ignorais qu’on le devenait à 11 ans ! La Révolution française avait fabriqué Bara ( un français doit vivre pour elle, pour elle un français doit mourir…). Elle avait oublié Bayle. Il est vrai si qu’il ne se trouvait pas devant des Chouans ! L’Histoire de  la France n’admet pas la pitié ! ». Il était accompagné   de ladite coupure  (document 1) que le visiteur pourra  consulter en cliquant ici.

 L’information fut  valorisée par quelques uns, sensibles aux propos de  notre conteur lanceur d’alerte.  Ils furent enclins  à se documenter sur l’enfant–tambour  dont le sacrifice , alors qu’il avait 11 ans, fut célébré lors de l’inauguration de  l’EPS de garçons de Limoux  en 1911 , 117 ans après sa mort au combat contre les espagnols . En réalité il fut déclaré mort pour la France et cité à l’ordre de l’armée, à titre posthume, par le général Dugommier le 10 novembre 1794…

Pierre Bayle devint   le symbole des anciens Enfants de Troupe et aujourd’hui sa mémoire continue d’être honorée via des sculptures (voir le document 2  en cliquant ici) et les activités de l’Association  « Le Chemin du Petit Tambour »   

 Ceci leur permit de trouver ou de retrouver des informations :

1. Sur l’histoire  de Bara (Jeune tambour des hussards républicains,  exécuté le 7 décembre 1793 pour avoir refusé de crier « Vive le roi! » après son arrestation par les Royalistes. Il préféra mourir en criant « Vive la République! » ) et celles  autres tambours célèbres ( URLhttp://www.appat.org/celeustique/index.php/instruments/instrumentistes/tambours-celebres

).

2. Sur  la richesse singulière  du mot « Tambour »(URL ; https://www.cnrtl.fr/definition/academie8/tambour) et de celle de l’expression « Tambour battant » (URL ; https://www.lalanguefrancaise.com/dictionnaire/definition/tambour-battant)…au point de réléguer au second plan l’instrument de percussion de nos cliques , fanfares,  orchestres  et autres bagads au sujet duquel André le Goff  nous livre ses souvenirs  d’enfance  rospordinoise.

L’expérience  qu’il rapporte était sans doute formatrice pour le musicien de talent qu’il devint par la suite  dans le cadre de l’Ecole normale de garçons de Quimper.  Major de promotion, il y fut un lanceur d’alerte sans jamais devenir un sergent-major. Sur la fin de sa scolarité avec quelques autres protagonistes, il expérimenta avec beaucoup de bonheur la plume sergent-major  tout en affirmant  sa vocation d’instituteur et de formateur. Certes tout ceci fut mené tambour battant…

Mais ses correspondants ignoraient jusqu’à présent ses activités passées comme Tambour contrarié puis Clairon à la Clique de l’Amicale laïque de Rosporden, le  charmant pays de son enfance…

Aussi chers visiteurs , à vos baguettes et après quelques ras de 3 et flas de gauche (tant qu’à faire) bien maîtrisés , un passage par le rigodon  et la Diane (  batterie de tambour, sonnerie de clairon ou de trompette exécutée à la pointe du jour pour réveiller les soldats ou les marins ) place à la consultation du document 3   en cliquant ici. Il s’y trouve  rapportée la dernière histoire pacifique  et  illustrée de André Le Goff. Elle est intitulée :

Des bouffées d’espoir déçu

Qu’il soit chaleureusement remercié de nous avoir autorisé à la reproduire pour l’insérer sur ce site.

Document1. Pierre Bayle  l’enfant tambour (Extrait du Midi libre)

Document 2.  L’enfant tambour (Statues)

Document3. Des bouffées d’espoir déçues (récit illustré d’André Le Goff) 

La petite histoire des Ecoles communales de filles L’Ecole de Stang ar Bacol

C’est le 18 avril  1863 que Napoléon, « par la grâce de Dieu et la volonté nationale »,Empereur des français, à tous présents et à venir, décrèta : « Avons sanctionné et sanctionnons, promulgué et promulguons ce qui suit :LOI(Extrait du procès-verbal du Corps législatif)Le Corps législatif a adopté le projet de loi dont la teneur suit :

Art. 1. – Toute commune de cinq cents habitants et au -dessus est tenue d’avoir au moins une école publique de filles, si elle n’en est pas dispensée par le conseil départemental en vertu de l’article 15 de la loi du 15 mars 1850.Dans toute école mixte tenue par un instituteur, une femme nommée par le préfet, sur la proposition du maire, est chargée de diriger les travaux à l’aiguille des filles. Son traitement est fixé par le préfet, après avis du conseil municipal.

Art. 2. – Le nombre des écoles publiques de garçons ou de filles à établir dans chaque commune est fixé par le conseil départemental, sur l’avis du conseil municipal.Le conseil départemental détermine les écoles publiques de filles auxquelles, d’après le nombre des élèves, il doit être attaché une institutrice adjointe… »

Les visiteurs trouveront la suite du texte de cette loi en se rendant à l’adresse :

https://www.education.gouv.fr/loi-sur-l-enseignement-primaire-du-10-avril-1867-11000

On rappellera cependant  le libellé des articles 20 et 21 de ladite loi :

Art. 20. – Tout instituteur ou toute institutrice libre qui, sans en avoir obtenu l’autorisation du conseil départemental, reçoit dans son école des enfants d’un sexe différent du sien, est passible des peines portées à l’article 29 de la loi de 1850.

Art. 21. – Aucune école primaire, publique ou libre, ne peut, sans l’autorisation du conseil départemental, recevoir d’enfants au-dessous de six ans, s’il existe dans la commune une salle d’asile publique ou libre.

 

Victor Duruy était ministre de l’Instruction publique à l’époque… Ceci ne réglait pas, loin s’en faut, la question de l’enseignement des filles.  Ainsi    quelques mois avant la déclaration de la Guerre de 1870  Jules Ferry , alors député républicain, déclarait lors d’une conférence :

« Réclamer l’égalité d’éducation pour toutes les classes, ce n’est faire que la moitié de l’œuvre, que la moitié du nécessaire, que la moitié de ce qui est dû ; cette égalité, je la réclame, je la revendique pour les deux sexes… La difficulté, l’obstacle ici n’est pas dans la dépense, il est dans les mœurs. »

Ce n’est qu’à compter des évènements fondateurs de 1870 -1871, que se produisirent des progrès dans l’organisation de l’enseignement des filles alors que s’ouvrait la voie de la 3è République et de ses lois scolaires.

 

En 1870 pendant le siège de Paris ; les maires de Paris, Étienne Arago puis Jules Ferry réunissent une commission mixte de l’enseignement. Cette commission examine entre autres les questions de gratuité, et les réformes à apporter à l’enseignement primaire et secondaire des filles et des garçons. À cette commission siègent les deux premières femmes bachelières de FranceJulie-Victoire Daubié et Emma Chenu

Au moment de la Commune de Paris, côté Communards, le souci  majeur est celui de la nécessité de laïciser l’éducation : deux tiers des filles scolarisées le sont dans des écoles publiques appartenant aux congréganistes, le reste étant dans des écoles dites « libres », le plus souvent laïques, où les professeurs ne prêtent pas un serment d’obéissance à l’Empire. Édouard Vaillant, le délégué à l’Instruction publique, s’attache alors à laïciser les institutrices républicaines .

 

Sous l’impulsion du ministre de l’éducation de la 3è République Jules Ferry, les lois scolaires de 1881-1882 instituent également pour les filles le même enseignement primaire que les garçons, avec une mise à égalité concernant l’instruction. Elles transforment l’école publique, en instituant au niveau élémentaire la gratuité, l’obligation d’instruction de 6 à 13 ans et la laïcité, sans établir de différence entre les filles et les garçons. Ces mesures législatives ont pour effet d’inculquer les bases du calcul, de l’écriture, de la lecture à l’ensemble des filles.  

Cependant on estime qu’à Paris le tiers des ouvrières des années 1920 n’est pas scolarisé jusqu’à la limite imposée de 13 ans. La mixité est prohibée même si la loi Goblet  du 30 octobre 1886, , ouvre la possibilité d’écoles mixtes à classe unique pour les hameaux ou communes de moins de 500 habitants, sous condition d’autorisation du Conseil départemental.

En ce qui concerne la formation des enseignants, le 9 août 1879, la loi Paul Bert fait obligation à chaque département de créer une école normale de filles — comme une école normale de garçons, d’ailleurs —, c’est-à-dire une école pour former des institutrices ! »  (d’après https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27%C3%A9ducation_des_filles_en_France)

 Deux adhérents de notre Association  qui ont souhaité conserver l’anonymat ont mis à notre disposition des photos de leurs archives personnelles datant de 1934  prises dans une école publique de filles de Plonéour-Lanvern (F-29720 ) à un moment où les lois scolaires de la 3è République et la loi de Séparation de 1905 portaient leurs fruits. Elles témoignent de l’état des lieux il y a bientôt 90 ans et du chemin parcouru depuis en la matière. On rappellera ici que les Institutrices présentes sur ces photos  avaient été formées pendant l’entre-deux guerres  à l’Ecole Normale d’Intitutrices de Quimper. On peut aisément imaginer  le  véritable « sacerdoce »  que représentait pour elles  le fait d’exercer leur métier dans une Ecole de Filles telle celle de Stang ar Bacol sise en la Commune de Plonéour-Lanvern.

Que  nos deux adhérents soient remerciés pour leur contribution   reconstituant quelques éléments matériels attachés au prolongement de la vie normalienne  dans  cette école de village .

Le diaporama relatif à l’histoire de  l’Ecole de Stang ar Bacol que l’on pourra consulter en cliquant ici a été mis en forme par Laurence Cohuet. Qu’elle en soit chaleureusement remerciée.

Posts Navigation

ARTICLES

Les bons mots de Jakez
La peur un des moteurs de l’Histoire
Le Mono … de la Colo
ASVPNF : La sixième Lettre d’Information
MOËLAN en MAI
Des leçons de l’histoire aux expériences de la vie
Contribution à la connaissance de l’esprit normalien au milieu du 20è siècle
L’ECOLE MATERNELLE EST-ELLE NECESSAIRE ?
Mémoire normale et esprit normalien
La petite histoire des Ecoles communales de filles L’Ecole de Stang ar Bacol
En hommage à Jo Le Du
Jean Savina
André Le Goff raconte !
En hommage à Céletin Perrigault, dit “Tintin”
La saga des frères Le Goff, Normaliens quimpérois des années cinquante
Daniel Courtin, la fin d’un mythe
Pierre Hénaff, doyen d’âge de l’ASVPNF, écrit à Jean-Marc Jancovici
Le choeur mixte des Gaillards d’Avant à Ergué-Gabéric (F-29500): Un épilogue dans la bonne humeur !
Aux anciens lauréats du Concours d’entrée à l’EN ! La procédure de nomination des évêques ou comment être sur le podium de la terna alors que le discatère concerné se féminise ?
La Lettre de Pierre Guervinic à Monica
Quand on mettait la lumière sous cloche à Plogastel-Saint-Germain (F-29710)
A notre Ecole orpheline et à ceux qui riches d’idéal lui donnèrent une âme ! Tribulations électorales du printemps 2022
André Le Goff raconte : « Notre voyage de Promo »
Bal des norms 58 à l’ENG de Quimper Addenda
Tradition normalienne quimpéroise : le Bal des Norms par André Le Goff Addendum
Tradition normalienne quimpéroise des années 50 : Le Bal des Norms
A la recherche des anciens directeurs de l’ENG M. UNGERER Homme de la laïcisation de l’Ecole normale de Quimper
André le Goff raconte la savate à l’ENG de Quimper en 1958 ou « Autogestion du sport chez les Norms »
Pierre Hénaff raconte…
En hommage à Jean Kerloc’h à l’origine de notre chorale d’anciens normaliens
Traditions normaliennes quimpéroises L’origine singulière des surnoms des protagonistes de la Carte de Cote
La guerre d’Algérie a-t-elle eu lieu?
Souffrances et turpitudes autour d’un monument devenu mémorial et La jeunesse ensevelie des humbles de vingt ans
Une photo d’archive inédite pour ouvrir un volet méconnu de l’histoire des Instituteurs du Finistère
Anciens normaliens passeurs de mémoire Unissez-vous !
Pour se souvenir et échanger… des photos inédites de l’ENF de Vannes !
La supplique métaphorique d’un défenseur sans concession du patrimoine normalien
Pierre-Jakez Hélias : l’anniversaire oublié
Dans la série André Le Goff raconte ; deux nouvelles illustrées pour soutenir le moral, en pleine pandémie de coronavirus (2020-2021).
En hommage à Madame BOUET(1928-2021) ancienne professeure d’éducation physique et sportive à l’Ecole normale d’Institutrices de QUIMPER (F-29000)
Francois Ménez, professeur de lettres et poète à l’Ecole normale d’instituteurs de Quimper .
Prémices de la célébration du centenaire de la Révolution à Quimper…
Les élèves-maîtres en formation professionnelle à l’école d’application Jules Ferry de Quimper étaient affublés du surnom de « P’tits boucs » par les écoliers de « La Jules »!
Lauréat du Prix Raymonde Destreicher décerné par l’Académie Nationale de Médecine en décembre 2020, le physicien Albert Le Floc’h fut élève-maître à l’ENG de Quimper en 56-60.
Souvenir de l’Ecole normale de Quimper (2è partie du 20è siècle )
Souvenir de la vie normalienne ( 2è partie du 20è siècle à l’ENG de Quimper )
« L’Ecole normale : pilier de la République » Bernard Poignant, ancien professeur à l’ENG de Quimper se souvient !
Ecole normale de Quimper : il était écolier « cobaye » des élèves-maîtres de formation professionnelle (1970-1971) !
Regard de femme sur un mémorial orphelin (addendum)
Qu’y avait-il donc dans les bagages des normaliens ?
Regard de femme sur un mémorial orphelin
Les Ecoles normales primaires de la 3è République étaient-elles vraiment les casernes de Jules Ferry ?
Quand André Le Goff fait l’inventaire -sans concession- de ses anciens maîtres à l’ENG de Quimper, dans les années 50 du siècle dernier !
A la mémoire de nos grands anciens (3): Jean Le Dû(1912-1985) et Daniel Trellu ( 1919-1998) Promotions ENG 29-32 et 35-38
A la mémoire de nos grands anciens (1) : Daniel Trellu (1919-1998) Promotion ENG 1935-1938
A la mémoire de nos grands anciens (2) : Albert Trividic (1909-1990 ) ; promotion ENG 1927-1930
André le Goff raconte son accueil et ses premiers exploits à Rosporden (F-29140)
 » Quand j’étais à Commercy… » ( J. Le Poëzat-Guigner)
Normaliens en blouse grise et écoliers en blouse noire !
Biographie d’un ancien élève-maître de l’ENG de QUIMPER (Promotion 54-58)
A la rencontre de nos camarades du département de la Meuse (F-55 ).
En 1872, aux débuts de la toute jeune 3è République , Jean de Quimper écrit à Jean de La Fontaine pour laver l’affront du « Chartier embourbé » !
Le duel légendaire entre Jean de La Fontaine et Corentin,premier évêque de Quimper, conté par L. Durocher . (1885)
Fête de la Jeunesse à Brest (1948 ou 1949); souvenirs illustrés de André Le Goff.
Quimper-Corentin – le Cythère breton !
Mathématiques, Démarche scientifique, Militantisme associatif engagé et Communication entre les hommes de bonne volonté : Mémoires (1) de Pierre Hénaff , paysan bigouden devenu normalien en 1942
Pennherez ar palud, poème de Pierre-Jakez Hélias mis en lumière par deux de ses anciens élèves de l’ENG de Quimper
Deux poèmes lyriques de Jacques Denniélou illustrés par André Le Goff
Maurice LE COZ , maréchal-ferrant au LIN en Concarneau (F-29900), l’édition « modernisée » d’un conte illustré de  André Le Goff
Le retour d’un ancien élève-maître des années 50 du siècle dernier à son Liré breton !
De l’influence de la théologie sur les errements d’un élève-maître – Une brève illustrée de Alain Le Goff !
La poésie; une composante mal connue de l’esprit normalien
A son de trompe ou de tambour, l’ENG de Quimper se profile enfin  le 1er mai 1882
Le « César » 2020 des curiosités normaliennes
Pour leur soixantième production, les choristes  des « Gaillards d’avant »  étrennent leur tenue de gala  2019 !
L’écusson de l’ENF a été retrouvé !
André Le Goff raconte ses souvenirs d’adolescence !
André Le Goff raconte les histoires de son enfance en pays bigouden…
Précieuses photos de la promotion  ALBATROS(ENG 58-62)mises à jour et à disposition de l’Association
Rentrée du lundi 9 octobre 1939 : repli général vers Stang ar c’hoat, suite à la déclaration de guerre  du 3 septembre
Brèves normaliennes des vacances de Noël 1938. 
Ar c’haoteriad, la cotriade bigoudène ! André  Le Goff  raconte  le retour du pêcheur
Quand les frères Le Goff ,anciens élèves-maîtres de l’ENG de Quimper, assistaient à la Distribution des Prix au Lycée la Tour d’Auvergne  de la même ville…
La conscription chez les normaliens  au début de la 3è République et la loi des « curés sac à dos »
La symbolique de l’hirondelle à l’ENG de Quimper à l’instar des poèmes de Marcel Hief (1899) et de Louise Michel (1871 ?)
La conscription chez les normaliens au début de la 3è République et la loi des « curés sac à dos »
Le nonce apostolique Luigi Ventura et le droit de cuissage ecclésiastique implicitement condamnés par le Vatican(juillet 2019)…
« La révolte des pédagogues »
Noces bretonnes en Haute Cornouaille à Scrignac (F-29640)
Les échos de la crise de 1929 à l’ENG de Quimper
« Changement de front » : l’attaque en règle des cléricaux contre les normaliens et les pédagogues (1905)
Dérives de l’église catholique et mystifications de l’épiscopat
Habemus papa ! Une nouvelle dérive cléricale mise à jour : les enfants de prêtres
Joyeuseté normalienne du milieu du 20è siècle racontée et illustrée par A. Le Goff :  le mauvais coup de la Basse de Coff. !
Le célibat des prêtres de l’église catholique
Poèmes « confidentiels » découverts inopinément dans les colonnes  du périodique Le Flambeau paru en octobre 1931
La voix de la Raison, texte fondateur écrit par Anatole FRANCE (1844-1924)
Les carrefours de l’histoire : à propos de la célébration du centenaire de la conquête de l’Algérie en 1930
Les exploits « légendaires » des normaliens…  au bout des quais fleuris de Quimper !
L’origine « rabelaisienne » du surnom  PICRO  attribué à un élève-maître de la Promotion Etincelle ( ENG,1954-1958)

Posts Navigation