Cabinet des curiosités normaliennes

Une photo d’archive inédite pour ouvrir un volet méconnu de l’histoire des Instituteurs du Finistère

Celui des prisonniers de guerre des oflags et stalags du IIIè reich

 

Deux adhérents de notre Association ont récemment mis à jour, dans leurs archives privées, une photo datant de 1947 dédiée aux élèves d’une classe soit de CE2  soit de CM1 et à leur maître Jean Yves Corcuff   à l’Ecole publique de  garçons de Guilvinec (F-29730). Ils ont souhaité, tout en gardant l’anonymat, mettre ce document à notre disposition  afin qu’il soit représenté sur ce site. Nous les en remercions  très chaleureusement .

 Les  visiteurs  pourront le consulter en cliquant ici. Ils ne manqueront pas de remarquer tant  l’agencement  sommaire des lieux, la hauteur du plafond, la rusticité du mobilier scolaire,  les pupitres  munis des encriers de rigueur et la sobriété de la décoration que la tenue  des écoliers en  blouse noire . Tout en souriant  au photographe, leur attitude témoigne de leur bonheur d’être réunis dans une  classe où transparaît  leur déférence pour un  maître en blouse grise dont la présence et l’autorité  bienveillante    interdit toute velléité de dissipation…

On pourra aussi se rendre compte, avec la  complicité de nos deux adhérents, que Jean Yves  Corcuff, ancien élève-maître à l’Ecole normale de Quimper (Promotion ENG, 1928-1931 ) fut   nommé instituteur stagiaire en  1931  et  mobilisé en 1939 à l’âge de 28 ans. Son régiment fut engagé dans  la drôle de guerre , il fut fait prisonnier en 1940 alors que son frère jumeau -appartenant à la même unité-  fut  tué  au combat . Sa captivité  au stalag IX-B de Bad Orb  en Hesse ,dans le centre-ouest de l’Allemagne, dura cinq ans. Dans ce camp tristement célèbre pour notamment le régime particulier imposé aux prisonniers soviétiques  et la ségrégation raciale exercée à l’égard des soldats juifs américains, il fut soumis à  des travaux forcés  agricoles dans une ferme , propriété  d’un tenant du  nazisme. Il y  souffrit durement de la faim . Mais  au-delà de ces privations et de sa souffrance personnelle, il en revint vivant  et retrouva son poste d’instituteur au Guilvinec en 1945…

 On soulignera   que cette dure  expérience de la guerre dont nous avons ici un exemple saisissant  ne semble pas avoir donné lieu, au moins chez les instituteurs prisonniers à beaucoup d’études ni sur la vie quotidienne dans les stalags ou autres oflags ni sur  les effets dévastateurs  exercés par  la captivité. Celle-ci, en elle-même, constituait déjà un traumatisme majeur et la question se  pose de savoir comment l’on pouvait s’en relever .

On pourra toutefois consulter, en se rendant à l’URL  :

https://books.openedition.org/pur/5477?lang=fr

l’article de  Christian Bougeard et Nathalie Cariou   intitulé : 

“Les prisonniers  de guerre  de 1940-1945 en Bretagne : approches générales et exemple finistérien”

Il est inséré aux pages 117-130 de l’ouvrage collectif, La captivité des prisonniers de guerre (1939-1945). Histoire,art et mémoire,pour une approche européenne, dirigé par  Jean-Claude Catherine publié en 2008 aux PUR . On en retiendra, pour une première approche : “qu’au cours de la Seconde Guerre mondiale, dix millions de soldats alliés ont été faits prisonniers par le Reich nazi tandis qu’onze millions de soldats allemands étaient capturés par les Alliés. Malgré l’ampleur de ce phénomène et les nombreux sévices subis par ces prisonniers de guerre (faim, humiliations, déshumanisation, exil…), leur histoire a été longtemps éclipsée par celle des camps de concentration et d’extermination. Cet ouvrage s’inscrit dans une lignée d’efforts faits pour connaître et faire connaître la captivité des prisonniers de guerre, avec ce double objectif d’en perpétuer la mémoire et d’éclairer des aspects particuliers peu étudiés. À travers une démarche comparatiste en Allemagne, en Autriche, en Pologne et en France, il s’efforce de comprendre la dimension européenne des souffrances causées par la captivité de guerre du fait de la Seconde Guerre mondiale. Dans un contexte de  » devoir de mémoire « , il vise aussi à s’interroger sur la transmission de cette mémoire de la captivité par les témoignages oraux, les œuvres d’art et les initiatives muséographiques. Les études mettent en avant l’intérêt majeur des œuvres créées en captivité par des artistes amateurs ou confirmés. Ces œuvres perpétuent  la mémoire en respectant la vérité  ; elles sont une source essentielle pour la recherche historique, en tant que témoignage de la vie des prisonniers de guerre et comme vecteur de la mémoire de leur génération  » (cf ; l’URL : https://www.decitre.fr/livres/la-captivite-des-prisonniers-de-guerre-1939-1945-9782753506077.html#resume)

 Que  nos deux  adhérents anonymes soient sincèrement remerciés d’avoir suscité cette réflexion. Ell appelle d’autres contributions sur le même thème .  

Anciens normaliens passeurs de mémoire Unissez-vous !

Informée, via notre site internet du Fleurissement par l’ASVPNF   du Monument aux Instituteurs du Finistère Morts pour la France, à l’occasion du 11 novembre 2021 , l’Amicale des anciens normaliens du département de la Meuse  nous fait part  de l’hommage qu’elle a  rendu, à cette même date, aux Instituteurs de la Meuse Morts pour la France .
 
Les visiteurs ce ce site pourront consulter,  en cliquant ici, le reportage illustré  concernant cette cérémonie du souvenir, faisant montre à l’envi de  la grande variabilité interdépartementale qui existe à cet égard.
 
Ainsi que mentionné par notre ami Fernand Lambert , l’Amicale  qu’il préside « continue à honorer les anciens instituteurs morts pour la France. Les enseignants et les élèves de l’école annexe se joignent à nous pour cette cérémonie organisée pendant l’horaire scolaire le jour le plus proche du 11 novembre et les personnalités locales sont invitées ! » 
 
Il nous rappelle par ailleurs que : « notre monument fut érigé à l’Ecole Normale de Garçons de Commercy , puis transféré en 1962 à l’ EN mixte de Bar-le-Duc. L’Amicale l’a fait nettoyer et rénover en 1974-75. Depuis peu, les 3/4 des bâtiments ont été rachetés par le Conseil Départemental qui avait besoin de bureaux. Un seul bâtiment abrite encore l’INSPE. Notre monument est maintenant sur le terrain du Conseil Départemental, mais je ne pense pas que cela pose problème pour l’instant « . 
 
C’est encore le temps des jours heureux !…
 
Que Fernand  Lambert, soit  chaleureusement remercié pour sa contribution et pour nous avoir autorisé  à reproduire le fichier édité par son Association.

Pour se souvenir et échanger… des photos inédites de l’ENF de Vannes !

« C’est en avril 1881, alors que les travaux de l’école normale d’instituteurs ne sont pas encore commencés, que le Conseil général du Morbihan prend la décision de construire une école normale d’institutrices  à Vannes conformément à la loi du 9 août 1879 obligeant les départements à édifier dans un délai de quatre ans une école normale d’instituteurs et une école normale d’institutrices. L’école ouvre ses portes le 20 octobre 1884. Elle figure sur le plan d’alignement du chemin de la Santière de 1884. » (d’après http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/ecole-normale-dite-ecole-normale-d-institutrices/1ec1265e-1d8a-4cad-913a-0abad2d5ca9)
On pourra consulter une photo de ladite école  en cliquant sur Document 1 .
 
Une adhérente de notre Association, ayant des attaches en Morbihan, a bien voulu mettre à notre disposition des copies  de photos  de  groupes de normaliennes de cette Ecole  prises à la fin des années 20 du siècle dernier  . Elle nous a autorisé à les reproduire de façon à les mettre en ligne sur ce site.
 
 Les visiteurs pourront les consulter en cliquant sur Document 2
Ces documents illustrent, entre autres;, les évolutions  se produisant  à cette époque tant dans la coiffure que la tenue vestimentaire des futures  institutrices. On renverra à ce propos les visiteurs au Document 3  où se trouvent réunies  les lauréates  des concours d’entrée  à l’EN  de  1907 et  de 1908. 
 
On rappellera à ce propos les recommandations explicites  du « Code Soleil » de  1923 :« L’institutrice, surtout, aura à se surveiller. Au village, une mise décente et sobre est de rigueur. Point de coquetterie excessive, point de toilettes voyantes et de mauvais goût. Bien entendu, il n’est pas question pour l’institutrice de se négliger, de ne pas se distinguer de la gardeuse d’oies !!! A elle d’apprécier les limites du bon goût et de s’y tenir. »
Que l’adhérente de notre Association , à l’origine  de cette parution, soit cordialement remerciée pour sa contribution.
 
   Document 1 . Ecole normale d’institutrices de Vannes . 
 
    Document 2.   Normaliennes vannetaise des années 20-30  (diaporama).
 
    Document 3 . A l’Ecole normale  de Vannes au début du 20è siècle.

La supplique métaphorique d’un défenseur sans concession du patrimoine normalien

Impliqué depuis bientôt 70 ans dans la défense de l’outil irremplaçable de formation des instituteurs publics constitué par les écoles normales primaires (dont on se débarrassa en 1989, ignorant ce par quoi il fallait les remplacer) et dans les infructueuses démarches en cours pour sauvegarder et  valoriser le patrimoine éducatif correspondant, un ancien normalien adhérent à l’ASVPNF propose à la réflexion des visiteurs de ce site un texte illustré dont il est l’auteur.

Il est intitulé :  

Supplique d’un enseignant pour la survie d’un monument.

Force est de constater que toutes les autres formes de recours, de médiation et de procédures  démocratiques mises en oeuvre pour convaincre de l’utilité sociétale des revendications associatives  formulées  à ce propos   n’ont  généré, à ce jour, que des réponses évasives ou dilatoires de la part des pouvoirs publics et des collectivités territoriales concernés.

Pour quelqu’un qui  connaît l’auteur, le titre par lui-même comporte déjà une dose d’humour car notre ami n’est pas un habitué des prétoires, ni des églises : sans doute est-ce la chanson de Brassens qui l’a inspiré…Le sérieux et l’émotion qui se dégagent du récit sont atténués par la légèreté de ce que Max appelle son crobar. Son travail n’apparaît donc, ni comme un pamphlet, ni comme une prière : c’est une simple demande de justice.  Doit-on rappeler  que « la mémoire est la sentinelle de l’esprit » ?

Les visiteurs de ce site pourront consulter le document correspondant en cliquant ici.

Que l’auteur, répondant au pseudonyme  Max ar Gov, soit remercié pour sa contribution porteuse d’espoir pour la défense d’un patrimoine en cours de dispersion, d’oubli voire de déni.

Pierre-Jakez Hélias : l’anniversaire oublié

Un adhérent de notre Association souhaitant garder l’anonymat nous fait parvenir la reproduction  d’un dessin de Pierre Quiniou  représentant notre ancien professeur de Français , Pierre Hélias,  à l’Ecole Normale d’Instituteurs de Quimper .  C’est à sa demande  que la reproduction  dudit dessin, accessible dans le blog Langue-bretonne.org de  Fañch  Broudic ( parution du 18 août 2020; http://www.langue-bretonne.org/archives/2020/08/18/38485482.html

),se trouve insérée sur ce site. On pourra la consulter en en cliquant ici.

Dans la série André Le Goff raconte ; deux nouvelles illustrées pour soutenir le moral, en pleine pandémie de coronavirus (2020-2021).

Pour résister au présent et se projeter dans l’avenir , dans les circonstances critiques que nous traversons, rien ne vaut un  travail de mémoire sur son propre passé …  C’est la démarche que nous propose  notre ami André Le Goff via deux nouveaux  récits illustrés , un genre dont il a le secret.

Les visiteurs intéressés pourront consulter,  en cliquant sur les items notés en bleu :

          1.Document 1 .   « La  procession« , l’évènement  était, pour l’auteur, un véritable « tralala » en son nouveau pays de Rosporden (F-29140) aux traditions religieuses et  cornouaillaises  bien ancrées. Jusque la Révolution, Rosporden était une trève de la Paroisse d’Elliant, une « petite ville relevant du Roi »…On pourra s’imprégner de l’ambiance locale en suivant le lien :  http://www.bretagneweb.com/photos-29/29-rosporden.htm

 
              2. Document 2 . .    »  π r k  »  : cet intitulé  ne sera intelligible qu’à certains visiteurs, anciens élèves-maîtres de l’Ecole normale d’Instituteurs de Quimper. Cet acronyme singulier correspond, en langage normalien, au surnom  d’un éminent professeur d’histoire-géographie du milieu du 20è siècle, célèbre par l’énigme qu’il propagea autour de la ‘valise de Turenne ».  L’énigme  trouva une solution d’attente lors  d’un « dégagement » implacable imaginé par  des élèves sans complexe et   tel que raconté par A. Le Goff. Aux dernières nouvelles,  ni la valise ni sa clé n’ont été retrouvées à ce jour !

 

 

 Que notre ami A. Le Goff soit chaleureusement remercié de nous avoir autorisé à reproduire et représenter ses deux dernières contributions .

En hommage à Madame BOUET(1928-2021) ancienne professeure d’éducation physique et sportive à l’Ecole normale d’Institutrices de QUIMPER (F-29000)

D’anciennes élèves-maîtresses de l’ENF de Quimper, normaliennes  des années cinquante du siècle dernier, ont souhaité  faire connaître les émouvants témoignages qu’elles avaient  rédigés suite à la disparition de leur professeure d’éducation physique et sportive, en les publiant sur le site de  l’ASVPNF.    

       Ils  soulignent  des qualités humaines  et professionnelles exceptionnelles révélées et affirmées  tout au long  d’un parcours  éducatif et pédagogique inscrit dans le domaine  du sport ,  toutes  trouvant leur fondement  dans  les principes universels  de l’Olympisme. Leur professeure  participa en effet, en 1948, sous le patronyme  de Monique Yvinou, aux Jeux Olympiques d’été de Londres comme membre de l’équipe de France de Gymnastique.

      Les valeurs cardinales  de l’Olympisme ; excellence, amitié et  respect  (voir les liens ci-dessous) furent,  à l’évidence, les déterminants de toute la vie active de Madame Bouet,  vie dédiée tant à l’enseignement et à la formation des futures éducatrices qu’étaient les normaliennes  qu’à l’encadrement et l’entraînement  bénévoles  des gymnastes  du club  “ La Quimpéroise Gymnastique”(Association Loi de 1901). Ledit club bénéficia de ses compétences ,  son engagement ,  sa fidélité  et  de son dévouement exemplaire jusqu’à l’âge de  85 ans !

(1)http://educationalapaixao.org/Fr/mod%208/sm1/approfondissement/valeurs%20de%20l’olympisme.pdf

(2) https://olympians.org/woa/olympism/?langid=2

        Les visiteurs intéressés pourront consulter  en cliquant ici un  fichier rassemblant les items suivants :

1. Coupure de presse du  Télégramme (8 février 2021),

2. Réaction des “Oldest Olympians” (19 février 2021),

3.Témoignage de Yvette Le Gars, épouse Quintric,

4.Témoignage de Anne Marie Corcuff, épouse Le Goff,

5. Les normaliennes championnes d’académie en 1958,

6. Les normaliennes championnes de France  en 1959,

7. Epilogue : une vie bien remplie !

      Que les anciennes collègues et amies  qui se sont investies dans  la rédaction des témoignages soient chaleureusement remerciées pour leurs contributions. Le soutien d’anciens normaliens pour la mise à jour et l’exploitation d’ illustrations inédites a été très précieux . 

Francois Ménez, professeur de lettres et poète à l’Ecole normale d’instituteurs de Quimper .

F. Ménez était, selon  un article du Citoyen de  septembre 1927 signé  par G. Le Bail  déjà mentionné sur ce site,   « le vagabond qui s’en va droit comme une flèche au milieu des solitudes, poursuivi par le cri des grillons et le cantique des alouettes » … Cette appréciation résultait de   l’analyse de son ouvrage  intitulé :  » Aux chants enchantés de Cornouaille » paru en 1927.  En 1923 , F. Ménez   fit paraître chez Plon   »  L’Envoûté  » , cet ouvrage ayant donné lieu à un long article paru dans  L’Union Agricole et Maritime, l’hebdomadaire de Quimperlé.
 
      Mais cet auteur prolifique était professeur à l’Ecole normale de garçons de Quimper ce qui justifie sans ambage  cette insertion sur le site asvpnf.com.  Les visiteurs intéressés pourront se documenter à ce propos  en cliquant successivement sur les 4 items en bleu qui suivent :
 
            Document 1.    Quelques éléments de biographie  de F. Ménez
 
            Document 2 .    L’analyse d’ouvrage relative à  L’Envoûté ( 1923).
     
            Document 3 .    L’article dédié à F. Ménez paru dans Le Citoyen du 29 janvier 1925.
 
            Document 4. .    Le  poème inédit de Corentin  publié le  21 mai 1925  dans Le Citoyen et dédié à F. Ménez

Prémices de la célébration du centenaire de la Révolution à Quimper…

Acquisition par le Musée des Beaux Arts du tableau de  Jules Girardet (1887): 
 
              Les révoltés de Fouesnant ramenés à Quimper par  la Garde nationale en 1792. 
 
        Aux premiers jours de septembre 1887, à quelques mois du centenaire de la Révolution de 1789,  Le Finistère -journal politique paraissant le mercredi et le samedi- annonçait , à deux reprises, l’arrivée  au Musée de Quimper de  cette toile célèbre constituant l’une des   scènes  de genre majeures peintes par   J. Girardet (1856-1938).  
       Tout en soulignant les intérêts historique et artistique de l’oeuvre, ce journal  fait état de sa volonté  de remettre en lumière les éléments fondateurs de l’histoire locale dans le contexte de la célébration du centenaire de la Révolution française.  
 
       L’insurrection en question et sa répression eurent lieu à Fouesnant (F-29170)  les 8, 9 ,10 et 11  juillet 1792, à l’époque de la Convention girondine . On notera que  la Monarchie ne  fut abolie et remplacée par la Première République que le 27 septembre 1792 !
 
       Pour mieux se rendre compte de la nature et de la signification des évènements funestes à l’origine de ce tableau, les visiteurs pourront consulter  trois documents ,  en cliquant  successivement sur les items notés en bleu : 
 
     Document 1.   Les deux articles du journal Le Finistère de septembre 1887,
 
     Document 2.   La reproduction du tableau de Jules Girardet exposé au Musée de  Quimper,
 
     Document 3.  Le  récit de la Révolte de Fouesnant , feuilleton du Finistère des 3 et 7 septembre 1887.  
 

Les élèves-maîtres en formation professionnelle à l’école d’application Jules Ferry de Quimper étaient affublés du surnom de « P’tits boucs » par les écoliers de « La Jules »!

La fermeture de cette école , décidée par le conseil municipal de la Ville de Quimper en 2017, provoqua une vive émotion tant chez les parents des derniers élèves que chez les anciens élèves de cet établissement  emblématique de la cité. La presse locale s’en fit largement l’écho tout en rapportant sur  le devenir de l’ensemble immobilier libéré. 
 
          C’est en glanant dans cette presse qu’un adhérent-qui a souhaité garder l’anonymat- a découvert des photos de classe d’application réalisées dans cet établissement au milieu du 20è siècle où les écoliers de « La Jules » étaient encadrés par des binômes normaliens en « blouse grise et cravate « .  Par ailleurs le témoignage de l’un de ces ex-écoliers, aujourd’hui retraité, a révélé que  les normaliens  en apprentissage étaient surnommés les  « P’tits Boucs »  car souvent, ils se laissaient  porter une « petite barbe au menton »  sans doute pour assoir leur autorité auprès de leurs jeunes auditoires .
 
         Les visiteurs intéressés pourront consulter en cliquant ici  3 photos-souvenirs  prises en octobre 1957 dans la cour de récréation de « La Jules » .

Posts Navigation

ARTICLES

Une photo d’archive inédite pour ouvrir un volet méconnu de l’histoire des Instituteurs du Finistère
Anciens normaliens passeurs de mémoire Unissez-vous !
Pour se souvenir et échanger… des photos inédites de l’ENF de Vannes !
La supplique métaphorique d’un défenseur sans concession du patrimoine normalien
Pierre-Jakez Hélias : l’anniversaire oublié
Dans la série André Le Goff raconte ; deux nouvelles illustrées pour soutenir le moral, en pleine pandémie de coronavirus (2020-2021).
En hommage à Madame BOUET(1928-2021) ancienne professeure d’éducation physique et sportive à l’Ecole normale d’Institutrices de QUIMPER (F-29000)
Francois Ménez, professeur de lettres et poète à l’Ecole normale d’instituteurs de Quimper .
Prémices de la célébration du centenaire de la Révolution à Quimper…
Les élèves-maîtres en formation professionnelle à l’école d’application Jules Ferry de Quimper étaient affublés du surnom de « P’tits boucs » par les écoliers de « La Jules »!
Lauréat du Prix Raymonde Destreicher décerné par l’Académie Nationale de Médecine en décembre 2020, le physicien Albert Le Floc’h fut élève-maître à l’ENG de Quimper en 56-60.
Souvenir de l’Ecole normale de Quimper (2è partie du 20è siècle )
Souvenir de la vie normalienne ( 2è partie du 20è siècle à l’ENG de Quimper )
« L’Ecole normale : pilier de la République » Bernard Poignant, ancien professeur à l’ENG de Quimper se souvient !
Ecole normale de Quimper : il était écolier « cobaye » des élèves-maîtres de formation professionnelle (1970-1971) !
Regard de femme sur un mémorial orphelin (addendum)
Qu’y avait-il donc dans les bagages des normaliens ?
Regard de femme sur un mémorial orphelin
Les Ecoles normales primaires de la 3è République étaient-elles vraiment les casernes de Jules Ferry ?
Quand André Le Goff fait l’inventaire -sans concession- de ses anciens maîtres à l’ENG de Quimper, dans les années 50 du siècle dernier !
A la mémoire de nos grands anciens (3): Jean Le Dû(1912-1985) et Daniel Trellu ( 1919-1998) Promotions ENG 29-32 et 35-38
A la mémoire de nos grands anciens (1) : Daniel Trellu (1919-1998) Promotion ENG 1935-1938
A la mémoire de nos grands anciens (2) : Albert Trividic (1909-1990 ) ; promotion ENG 1927-1930
André le Goff raconte son accueil et ses premiers exploits à Rosporden (F-29140)
 » Quand j’étais à Commercy… » ( J. Le Poëzat-Guigner)
Normaliens en blouse grise et écoliers en blouse noire !
Biographie d’un ancien élève-maître de l’ENG de QUIMPER (Promotion 54-58)
A la rencontre de nos camarades du département de la Meuse (F-55 ).
En 1872, aux débuts de la toute jeune 3è République , Jean de Quimper écrit à Jean de La Fontaine pour laver l’affront du « Chartier embourbé » !
Le duel légendaire entre Jean de La Fontaine et Corentin,premier évêque de Quimper, conté par L. Durocher . (1885)
Fête de la Jeunesse à Brest (1948 ou 1949); souvenirs illustrés de André Le Goff.
Quimper-Corentin – le Cythère breton !
Mathématiques, Démarche scientifique, Militantisme associatif engagé et Communication entre les hommes de bonne volonté : Mémoires (1) de Pierre Hénaff , paysan bigouden devenu normalien en 1942
Pennherez ar palud, poème de Pierre-Jakez Hélias mis en lumière par deux de ses anciens élèves de l’ENG de Quimper
Deux poèmes lyriques de Jacques Denniélou illustrés par André Le Goff
Maurice LE COZ , maréchal-ferrant au LIN en Concarneau (F-29900), l’édition « modernisée » d’un conte illustré de  André Le Goff
Le retour d’un ancien élève-maître des années 50 du siècle dernier à son Liré breton !
De l’influence de la théologie sur les errements d’un élève-maître – Une brève illustrée de Alain Le Goff !
La poésie; une composante mal connue de l’esprit normalien
A son de trompe ou de tambour, l’ENG de Quimper se profile enfin  le 1er mai 1882
Le « César » 2020 des curiosités normaliennes
Pour leur soixantième production, les choristes  des « Gaillards d’avant »  étrennent leur tenue de gala  2019 !
L’écusson de l’ENF a été retrouvé !
André Le Goff raconte ses souvenirs d’adolescence !
André Le Goff raconte les histoires de son enfance en pays bigouden…
Précieuses photos de la promotion  ALBATROS(ENG 58-62)mises à jour et à disposition de l’Association
Rentrée du lundi 9 octobre 1939 : repli général vers Stang ar c’hoat, suite à la déclaration de guerre  du 3 septembre
Brèves normaliennes des vacances de Noël 1938. 
Ar c’haoteriad, la cotriade bigoudène ! André  Le Goff  raconte  le retour du pêcheur
Quand les frères Le Goff ,anciens élèves-maîtres de l’ENG de Quimper, assistaient à la Distribution des Prix au Lycée la Tour d’Auvergne  de la même ville…
La conscription chez les normaliens  au début de la 3è République et la loi des « curés sac à dos »
La symbolique de l’hirondelle à l’ENG de Quimper à l’instar des poèmes de Marcel Hief (1899) et de Louise Michel (1871 ?)
La conscription chez les normaliens au début de la 3è République et la loi des « curés sac à dos »
Le nonce apostolique Luigi Ventura et le droit de cuissage ecclésiastique implicitement condamnés par le Vatican(juillet 2019)…
« La révolte des pédagogues »
Noces bretonnes en Haute Cornouaille à Scrignac (F-29640)
Les échos de la crise de 1929 à l’ENG de Quimper
« Changement de front » : l’attaque en règle des cléricaux contre les normaliens et les pédagogues (1905)
Dérives de l’église catholique et mystifications de l’épiscopat
Habemus papa ! Une nouvelle dérive cléricale mise à jour : les enfants de prêtres
Joyeuseté normalienne du milieu du 20è siècle racontée et illustrée par A. Le Goff :  le mauvais coup de la Basse de Coff. !
Le célibat des prêtres de l’église catholique
Poèmes « confidentiels » découverts inopinément dans les colonnes  du périodique Le Flambeau paru en octobre 1931
La voix de la Raison, texte fondateur écrit par Anatole FRANCE (1844-1924)
Les carrefours de l’histoire : à propos de la célébration du centenaire de la conquête de l’Algérie en 1930
Les exploits « légendaires » des normaliens…  au bout des quais fleuris de Quimper !
L’origine « rabelaisienne » du surnom  PICRO  attribué à un élève-maître de la Promotion Etincelle ( ENG,1954-1958)
En 1928 Le  Flambeau organe périodique régional de la Libre Pensée, publié à  Brest, entretenait une chronique antireligieuse virulente accompagnée d’un « Livre d’Or des curés de France et de Navarre » !
A propos des funérailles de la  Grande Dame de Roz Avel demeurant 8 rue Bertrand de Rosmadec à Quimper
L’histoire dramatique  du jeune Chevalier de la Barre (1745-1766)
Après la révélation des terribles égarements d’une partie du clergé catholique ne datant pas d’hier,
Les risques du métier en 1930
Une gwerz facétieuse de Prosper Proux (barde breton , 1811-1873) et sa traduction en français
Quand les « grenouilles » quimpéroises cherchaient un aumônier … en 1930 !
L’évêque baladé en aviso au mépris de la Loi de 1905
Lauréates et lauréats  des concours d’entrée aux EN de Quimper de 1930
L’itinéraire du voyage de fin d’études de la promotion CHARLESTON (ENG 1927-1930)
Les caricatures de deux élèves-maîtres de l’ENG de Quimper (Promotion ARMOR, 1950-1954) effectuées par leur Professeur de Dessin
L’ECOLE PUBLIQUE de LESTONAN, de 1967 à 1975
Photos oubliées du bagad de l’ENG
Les échos de la Foire  Saint-Corentin à Quimper en 1937
Quelques poésies de Cornouaille récemment mises à jour
Bruits de cloches et laïcité sous le Front Populaire (1936)
Les missives oubliées jalonnant la création du bagad de l’ENG
Rapprochement incongru d’éléments de la vie (normalienne) quimpéroise
Le maréchal-ferrant
Histoire du trousseau normalien
La malle verte d’une normalienne en 1938
A la cuisine, de bons petits moinillons, Après matines, s’en allaient faire réveillon…
Une benne bleue découverte dans la cour d’honneur du domaine de Roz Avel !
Travaux et sauvegarde du patrimoine à Stang ar c’Hoat (mi-novembre 2016)
Groupe d’élèves-maîtres de l’ENG de Quimper (Promotion EMERAUDE) en « grande sortie »… à Mousterlin en 1954.
Quand les anciens de la Promotion Charleston (ENG, 1927-1930) et leurs épouses se retrouvaient…
Du temps où l’Ecole Normale d’Instituteurs de Quimper faisait valoir les qualités architecturales  de son bâtiment principal, outre-Atlantique…
DETOURS ET ALEAS ETHIQUES AUTOUR DE l’HISTOIRE DES INSTITUTEURS PUBLICS
Récréation des demoiselles en robes noires, le 17 janvier 1909
Implication des normaliennes et des normaliens dans la vie de la cité
Dans l’attente de la Cantate à La Tour d’Auvergne…
UNE REPUBLICAINE – Sous l’œil des Cléricaux
Joseph GOURLAY (1906-2005), un « cas d’école » !

Posts Navigation