Instantanés de la vie normalienne quimpéroise du début du 20è siècle

Suite à la signature d’une convention d’utilisation de numérisations en haute définition (300DPI) à titre gracieux entre le MUNAE et l’ASVPNF, 18 fichiers de photos et documents relatifs aux Ecoles Normales Primaires du Finistère ont été mis à notre disposition.
(cliquez sur le vignettes pour acceder au diaporama)

 

Ces fichiers sont soumis au copyright : © Reseau canopee – le musee national de l’education

Souvenirs de la Guerre d’Algérie parJacques Denniélou

La guerre d’Algérie (1954-1962) se trouva implacablement sur le parcours de bon nombre d’anciens normaliens -le plus souvent sursitaires- appelés « sous les drapeaux » dès la fin de leur stagiarisation. Elle ne manqua pas de laisser son empreinte sur leur jeunesse et leur entrée dans la vie active.
Jusqu’à présent, peu d’entre eux se  sont exprimés sur la nature et le sens des expériences vécues au cours de cette période fondatrice de leur vie d’éducateur. C’est donc avec beaucoup d’intérêt que nous accueillons sur le site de notre Association le témoignage de Jacques Denniélou (promotion ENG, 54-58). Il l’a intitulé  « CHERCHELL », la ville où il débuta son « cursus » algérien à l’Ecole Militaire d’Infanterie.
Les visiteurs pourront en prendre connaissance en cliquant ici. L’Association salue cette contribution qui en appelle d’autres et remercie chaleureusement son auteur.

L’inquisition en marche en 1928 , quand l’évêque  Pasquier se fait pourvoyeur de prison

Il s’agit des suites de l’affaire Pasquier/Martin qui fit grand bruit à l’époque. Pasquier était évêque de Séez (Orne) alors que René Martin était directeur-gérant du Flambeau qui stigmatisait durement le cléricalisme ambiant et ses exactions récurrentes. Ce périodique de la Libre Pensée avait publié en 1927, dans la rubrique « Le Livre d’Or des Curés », un écho accusant l’évêque d’avoir favorisé la fuite d’un prêtre de l’Orne, poursuivi pour attentats aux moeurs.
L’évêque porta l’affaire en justice, laquelle condamna sévèrement R. Martin à lui verser des dommages-intérêts d’un montant tel qu’il ne put s’en acquitter. Il se retrouva enfermé à la prison du Bouguen à Brest… les frais occasionnés étant réglés par l’évêque. R. Martin souffrant de tuberculose n’y tarda pas à mourir.
Cette triste affaire suscita beaucoup d’indignation dans certains milieux finistériens. Le Flambeau recueillit les appréciations portées par des hommes politiques, des responsables d’un syndicat enseignant, de la Ligue des droits de l’homme et du Comité départemental d’Action laïque et les publia dans son numéro de novembre 1928.
Les visiteurs intéressés pourront consulter, en cliquant ici, l’article en question où sont présentés successivement les attendus de l’affaire et du jugement du tribunal correctionnel de Brest ainsi que les appréciations portées par quelques personnalités…

Hommage à Jean CORNEC, Président de la FCPE de 1956 à 1980

Le 11 mai dernier Alain CORNEC, organisait à Logonna-Daoulas(F-29460) – sur les terres chères à  ses parents et à ses grands-parents – une exposition et un colloque sur la Laïcité en 2019, rendant ainsi un vibrant hommage à l’oeuvre de son père Jean, né en 1919 et décédé en 2003.
Les visiteurs du site pourront consulter en cliquant ci-dessous trois documents ayant trait à cet évènement fondateur intervenant au moment où l’intangibilité de la Loi de Séparation de 1905 semble encore poser question.

« Votre bouche nous livrait de l’or »; l’hommage de Jacques Denniélou, à Pierre Jakez Hélias, son professeur de français à l’ENG de Quimper

Lauréat du Prix Louis Germain académique en 1997, J. Denniélou reçut son prix des mains de M. Le Recteur de l’Académie de Rennes. L’évènement donna lieu à un article publié dans Ouest-France du 15 mai 1997, article retrouvé récemment par un de nos adhérents.
Les visiteurs intéressés pourront consulter en cliquant ci-dessous, trois documents illustrant l’attribution de cette distinction :

Attendus récents de la chronique anticléricale 

Après les derniers propos présidentiels sur le renforcement et l’application de la Loi de Séparation de 1905 et les efforts enfin consentis à différents niveaux  de la hiérarchie ecclésiale pour  que l’Eglise catholique sorte grandie de ses turpitudes depuis longtemps avérées en matière de pédocriminalité, les non-croyants laïques ne doivent pas baisser la garde. Il s’agit en premier lieu de rester vigilant et bien informé.
Les  visiteurs pourront déjà consulter, en cliquant ici, deux documents récents concernant les « Douze Travaux de soeur Margron »  et la  « Nouvelle curie du pape François » :

L’Ecole à l’épreuve du colonialisme : Une exposition du Musée National de l’Education à ROUEN ( du 8 avril 2017 au  2 avril 2018) intitulée  » L’école en Algérie, l’Algérie à l’école depuis 1830″

 » L’histoire de l’école dans l’Algérie coloniale est celle d’une cohabitation complexe, difficile et souvent conflictuelle entre plusieurs systèmes d’enseignement.Ruiné et méprisé par les conquérants,le système traditionnel constitue néanmoins un espace majeur de résistance,que les autorités françaises essaient de contenir et de contrôler. Il survivra dans des conditions précaires,ainsi qu’à travers des tentatives de réforme « .
Les visiteurs du site pourront accéder à l’ensemble de l’information et notamment aux affiches  proposées en suivant le lien :