Les prémices(?) de la parité et de l’égalité réelle entre femmes et hommes dans le monde ecclésiastique

 Ce site s’était fait l’écho, en temps utile, de la candidature de Mme   Anne  Soupa  à la succession  du Cardinal Barbarin à la tête de  l’archevêché de Lyon. Il avait également fait mention de la nomination  de son successeur.
 
   Les visiteurs ,intéressés par ces aspects singuliers de la vie épiscopale, pourront consulter en cliquant ici un article à ce propos de Philippe Ardent publié dans Golias News du 26 novembre 2020 et intitulé :
 
                                       « Ainsi soient-elles ! « 
 
   Que le rédacteur en chef de Golias  soit remercié de nous autoriser à reproduire ce document.  

Lundi 4 octobre 1954 ; la rentrée (et ses suites) des « lauréats » du concours d’admission à l’ENG de QUIMPER racontées et illustrées par André Le Goff.

     

Ce jour là en effet une bonne quarantaine de « Bleus »(âgés de 16 ans) débarquaient, avec armes et bagages, au 8 rue de Rosmadec pour un séjour de 4 années scolaires… aux frais de la République.  
 
      Ils y furent accueillis par un comité ad hoc   constitué des anciens de la « Maison » dont la prévenance , le sens de la fraternité et la permanence (sic ) ne tardèrent pas à se manifester. A. le Goff  rapporte ici quelques uns de ses souvenirs relevant de « l’impossible mémoire du bizutage  dans les Ecoles Normales  d’Instituteurs « . Il s’agit  d’une mémoire trop longtemps restée silencieuse  qu’il resterait à reconstituer et à restituer.  Est-elle partie constitutive  de l’esprit normalien?
 
     Les visiteurs intéressés pourront consulter le récit illustré en question en en cliquant ici.  
 
     On rappellera, pour contextualiser cette rentrée parmi tant d’autres, que le 10 octobre du même mois d’octobre 1954  se déclenchait l’insurrection armée en  Algérie, ceci n’ayant rien à voir avec ce qui précède -encore que les premières victimes  de ce conflit furent des instituteurs. 
 
     Que notre ami A. Le Goff soit chaleureusement remercié pour son témoignage mesuré  sur des rites d’intégration, sans doute venus de loin, et transmis sans encombre de génération  en génération  de normaliens…                    

L’école républicaine fabrique des égaux.

Tel est l’intitulé de  l’article de Damien Pernet paru dans le n°  82 de Ufal INFO  (juillet, août, septembre 2020 , 11-13). L’auteur s’y attache, faisant notamment référence à Condorcet, à montrer la valeur institutionnelle et civique  de l’Ecole Publique sous-tendue par la Laïcité. Des fondamentaux qu’il était nécessaire et salutaire de formaliser et de  rappeler par les temps présents .
 
     Les visiteurs intéressés pourront en prendre connaissance en  en cliquant successivement sur les 3 fichiers correspondants . 
 
     Que Christian Gaudray , président UFAL Nationale,  soit  chaleureusement remercié de nous avoir autorisé à reproduire  ce document afin de l’insérer sur ce site.  
                      

La Loi de Séparation des Eglises et de l’Etat de 1905 ,appliquée avec toute la rigueur nécessaire, résout la question du « Séparatisme » .

Il n’y a pas, au sein de nos institutions républicaines, de vide juridique en la matière. 
 
         S’il s’agit en effet de légiférer pour cadrer  « la volonté attribuée à un groupe humain, géographiquement localisé et possédant une homogénéité ethnique, linguistique ou religieuse réelle ou supposée et une tradition historique commune, de se détacher de l’État dont il fait partie pour constituer une entité politique autonome » (Encyclop. univ. t. 14 1972, p. 884), ladite volonté ne s’est pas fait connaître.
 
        S’il s’agit de dissocier ce qui était lié ou ce qui devait l’être ou de mettre à part en vertu d’un statut particulier un groupe humain ou social , on rappelle que la République est une et indivisible.
 
       Alors faut-il rappeler après A. Camus que  »  mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde et ne pas les nommer c’est  nier notre humanité ».
 
        C’est dans ce contexte confus  que la Fédération Nationale de la Libre Pensée a publié  le 10 septembre  2020 une Lettre ouverte  au Président de la République faisant suite au discours contre les « tentations séparatistes » prononcé le 4 septembre 2020 au Panthéon. Elle donne la mesure de ce que peut contenir ce terme.
 
       Les visiteurs intéressés pourront consulter la Lettre en question en cliquant ici. Le Président national de la Libre Pensée nous a autorisé à reproduire ce document et à l’insérer sur ce site. Nous l’en remercions vivement.

Jules Simon raconte ses souvenirs d’élève au Collège de Vannes en 1830.

 Philosophe et homme d’état éminent, Jules Simon naquit à Lorient en 1814.  Devenu ministre de l’Instruction publique sous la 3è République , il conserva une mémoire fidèle du  collégien vannetais  qu’il fut. Les visiteurs  intéressés par ses souvenirs pourront  les consulter en cliquant ici. Il les avait publiés dans le feuilleton du journal Le Finistère en 1886 d’où ils ont été extraits , transcrits puis numérisés. 
      
     Par ailleurs, il est rappelé que:
 
            1.  Jules Simon (1814-1896), « profondément républicain et résolument conservateur », fait partie des républicains modérés qui vivent la transition démocratique en France. Député en 1848, il refuse de prêter serment à l’Empire. En 1870, il rejoint le gouvernement de défense nationale. Au début de la IIIe République, il est ministre de Thiers, puis président du Conseil sous Mac Mahon. En 1877, il s’oppose au président et démissionne. Elu à l’Académie française en 1875, il laisse ses « Souvenirs »…
                                                             cf. gallica.bnf.fr › conseils › content › jules-simon

 
                2.  Le 7  décembre 1851, quelques jours seulement après le coup d’État du 2 décembre instaurant le Second Empire, Jules Simon se rend à son cours de la Sorbonne et prononce l’allocution suivante, devenue célèbre :
« Messieurs, je vous fais ici un cours de morale. Je vous dois aujourd’hui non une leçon, mais un exemple. La France est convoquée demain dans ses comices pour blâmer ou approuver les événements qui viennent de se passer. N’y eût-il qu’un vote de blâme, je viens vous dire publiquement que ce sera le mien. » 
 
                                            

                                                   c

f. Wikipédia

fr.wikipedia.org › wiki › Jules_Simon

 » Pierre-Jakez HELIAS, un anniversaire oublié ! « 

Tel est l’intitulé de l’article de Fanch Broudic publié le 18 août 2020  dans son blog :                                                      
                                           www.langue-bretonne.org     
 
     En effet celui qui fut le maître de bon nombre des adhérents de l’ASVPNF est décédé il y a 25 ans, le 13 août 1995. Son oeuvre et ses prolongements, exemplaires bien au-delà de son pays bigouden natal, se retrouvent ainsi fort opportunément  remis en lumière .  
 
     Les visiteurs intéressés pourront consulter en cliquant ici ce rappel  qui ne manquera de susciter émotion et nostalgie chez les amoureux de la langue bretonne et chez ses défenseurs. Que Fanch Broudic soit chaleureusement remercié pour  l’éminente contribution qu’il a accepté de  mettre  à disposition de l’Association. 
 

Fustiger les abus spirituels et sexuels commis au sein de l’Eglise catholique en 2020 .

Les visiteurs sont invités à consulter à ce propos, en cliquant ici, un article récent de  Sandrine Plaud paru dans Golias news du 9 juillet 2020.  Elle  y  décrit  la lutte menée par  Dr. Isabelle  Chartier-Siben pour analyser les processus intellectuels et  psychologiques  qui, au nom de la foi, peuvent conduire   successivement à l’emprise, l’abus spirituel,  les dérives sexuelles et fatalement  à de graves  traumatismes.

 
  Son  article est intitulé : Dérives sexuelles et manipulations : l’Eglise catholique se remettrait-elle en cause  aujourd’hui  ? 
 
  Que Mme S. Plaud soit remerciée  pour cette contribution particulièrement explicite

Les créationnismes contre la liberté

Pour se préserver  de l’emprise des créationnismes et des idéologies obscurantistes, mener  avec pugnacité  le combat scientifique nécessaire…
Les visiteurs indignés par la montée  des obscurantismes et l’asservissement intellectuel qui en résulte pourront consulter à ce propos, en cliquant ici

Les créationnismes contre la liberté, un article de Catherine Kintzler paru dans son blog  revue Mezetulle le 22 juillet 2020. L’auteure y procède à la recension de l’ouvrage  de :
Cyrille Baudouin et Olivier Brosseau;
« Enquête sur les créationnismes. Réseaux, stratégies et objectifs politiques »
(Paris : Belin, 2013).
Dans ce contexte préoccupant, elle invite les lecteurs  à l’autodéfense intellectuelle.  Qu’elle soit remerciée de nous autoriser  à reproduire  son article intitulé :
                    « Les créationnismes contre la liberté« 

Chronique finistérienne des faits et bruits autour de l’Ecole en 1884 ( à suivre)

Les visiteurs intéressés par le devenir de l’institution scolaire et notamment des écoles normales de Quimper pourront consulter en cliquant ici, un ensemble de coupures de presse donnant accès tant aux événements locaux de l’époque qu’à ceux ayant une portée plus générale.Leurs intitulés sont  listés ci-dessous selon leur ordre d’apparition dans cette parution :
1. Les concours d’entrée aux écoles normales de Quimper
2. L’ouverture de l’Ecole normale de filles à Quimper

3. Les brevets de capacité
4. La guérison de la rage
5.  Les travaux de l’école normale de Quimper à l’exposition du Concours régional de Brest
6. Les concours d’admission aux écoles normales de Quimper
7. L’instruction primaire
8. L’enseignement primaire dans le Finistère
9. Discours de la distribution des prix au Collège de Quimper
10. Le discours de Jules Ferry à Périgueux
11. Nomination d’élèves-maîtres à l’école normale d’instituteurs de Quimper
12. Projet de Congrès d’Instituteurs en 1885
13. Ouverture de l’école normale de garçons de Quimper
14. Première rentrée à l’école normale d’instituteurs de Quimper sur le site de Roz Avel
15. A propos de la nouvelle école normale d’instituteurs
16. Licence laïque ; satire cléricale
17. Les écoles laïques cléricales (sic !)